Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2006

Coupe, couleur et bigoudis

medium_pochette-lp-v4-med.jpg1 coiffeur, 10 russes, 6 clientes.

Oui, ça fait du monde tout ça. Mais je ne peux pas ne pas vous raconter un peu de mon après-midi d'hier... Une sorte d'épopée de la fille qui veut se faire coiffer pas cher et qui tombe un peu dans un truc de dingue !
Genre, en allant au Louvre voir l'expo Hogart/Rembrandt l'autre jour, je me fais arrêter par une fille qui me propose une coupe pour 10€ chez un grand coiffeur du 1er arrondissement.
Comme je suis 1/ une fille 2/faible 3/oisive, évidemment, une ampoule s'allume dans ma tête et rendez-vous est pris avec le-dit salon pour le lendemain 14h. J'arrive donc mercredi à 14h dans le salon, et je suis invitée à patienter avec un café, dans un petit salon en compagnie des 5 autres cobayes de l'après-midi.

Des caricatures...

La première, une blondinette toute mimi, calme et discrète, on l'entendra surtout demander si elle peut aller fumer. Ce sera celle à côté de moi, celle donc avec qui je papoterai le plus.

Ensuite l'actrice ratée, blonde, 3 cheveux qui se battent en duel, sapée genre Loana, qui se trémousse et babille dès que le grand nom de la coiffure parisienne passe nous voir. Essayant vainement d'attirer son attention et de le charmer avec ses pauvres appâts, pour le moins, heu, défraichis. Qui frétillera de bonheur en voyant que c'est un homme qui la coiffe, qui craindra si fort pour ses deux cheveux qu'elle parlera sans cesse à l'homme russe en charge de sa coiffure, évidemment le russe ne comprenant pas un mot de français..., et qui pour finir improvisera une gigue endiablée en découvrant sa nouvelle tête façon de hurler à la face des hommes présents un 100ème RE-GAR-DEZ moi. Désespérée. Désespérante surtout.

Une autre, la cinquantaine pimpante, brushing impeccable, fleuriste en province, venue à Paris pour la journée, elle n'en reviendra pas du comportement de Miss mauvais goût et lèvera ses yeux au ciel à chacune de ses phrases. Elle aura des choses à raconter en rentrant, elle c'est sûr, et elle est repartie ravie de sa coupe.

La "bon chic bon genre" de service, quarante ans, faux tailleur couture, air sombre et mots fléchés à la main, façon ne me voyez pas, ne me parlez pas, on me coiffe et je m'en vais. elle en fera voir de toute les couleurs aux coiffeurs.

La cinquième, 18 ans toute mouillée, juste arrivée de province pour suivre les cours de son école de Danse. Elle vient pour sa première vraie coupe de cheveux (les pointes ça compte pas) qu'elle porte depuis 18 ans très très longs, épais, blonds... Elle ne s'en remettra pas et, malgré une coupe sous les épaules très réussie, elle restera un bon moment à pleurer ses les mèches coupées éparpillées par terre. Notre groupe disparate s'improvisera alors choeur de consolatrices...

Et moi. Seule brune du lot. La seule au cheveux plus tortellini que spaghetti. Celle qui faussement absorbée dans son bouquin ne perdra pas une miette de ce spectacle impromptu qui réapparaîtra dans une nouvelle, forcément.

Je vous passe le retard et l'allure des coiffeurs et coiffeuses Russes occupés à dilapider leur pouvoir d'achat tout neuf chez Gucci, Diesel et autres noms qu'il fait bon (?) porter monogrammés. Je vous passe l'interprète et le côté "viens on va donner des cours sur ta tête"... Une épopée vous dis-je !!

Au fait, je vous ai pas dit : ma nouvelle tête me plaît bien :]

Commentaires

Ca fait vraiment caricature de coiffeur pour dame ;-)
Les hommes ne font pas tant de chichis

Écrit par : Oderik | 16/11/2006

Et c'est que la partie émergée de l'iceberg si tu savais !!
:]

Écrit par : Maddie | 16/11/2006

encore mdr !!!
J'ai hâte de lire la nouvelle ! (ohhhh, comme je suis sans-gêne !)

Écrit par : Lou | 17/11/2006

Même pas sans gêne copine !
D'abord tu liras les autres... et dès qu'elle sera finie tu pourras lire celle du coiffeur pour dames.

Écrit par : maddie | 17/11/2006

Les commentaires sont fermés.