Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2007

C'est un métier

De ne rien faire. non, vraiment. Pasque finalement, comme on bosse pas et que on espère que vite on va rebosser on est dans une espèce de sursis où faut pro-fi-ter. Comprenez voir les gens qu'on n'a jamais le temps de voir, faire tous les trucs qu'on dit qu'on aimerait faire et qu'on fait jamais (les expos, le dessous des meubles, les CDs de photos des enfants pour ma mère, des compils pour les prochains blind test, tout ça)...  

Et sortir, puisque le matin, enfin le lendemain quoi quelle que soit l'heure, y'à pas d'impératif vraiment impératif. On se dit qu'on peut sortir, erreur grossière d'oisive non-avertie, du coup chaque soir me voit veiller tard pour sortir avec des amis, boire des verres ou ranger mon appart (quand même je fais pas que ça, hein, pas que). Et après les gens me croisent et me reluquent étonnés "oh t'as l'air fatiguée" comme si je devais avoir la tête d'une fille qui revient de 3 mois de thalasso/spa/ au pays du bonheur.

Alors que ceux-là écoutent bien, non, quand on est au chômage on ne reste pas dans un bain chaud avec des bougies parfumées toute la sainte journée (déjà parce que sinon on serait vite tout fripé et en plus vous savez bien que j'ai pas de baignoire, bon), non on ne s'assoit pas le matin sur un bout de canapé qu'on ne quitterait que pour aller se coucher, non on ne se fait pas congeler pour la durée de l'oisiveté afin d'avoir le teint frais et la lippe enjouée au retour du travail. Non, pour nous aussi la vie continue, la vie et sa ronde d'occasions de sortir avec des amis, sa famille, les courses chez monop, la vaiselle à faire, tous les services qu'on rend aux autres parce que justement on est 'libre/dispo' en ce moment et que les gens ne l'oublient pas...

Finalement, je me demande même si c'est pas plus fatiguant que de bosser... nan, là je déconne c'était juste pour voir si vous suiviez ! Allez, demain, 3ème entretien. Normalement au troisième rendez-vous on couche, nan ??!

Commentaires

Bon courage ,je suis passée par la et on oscille toujours entre culpabilité ( quand on se fait plaisr) et stress (qd on prepare les entretiens ou qd on reponds au annonces..)
Dans tt les cas essais de profiter car le boulot se repointe svt à l improviste et apres tchao les dodo passait 10 h et les soirées infinissables!

Écrit par : Charlotte | 25/01/2007

Merci bien et c'est ce que je compte faire justement !

Écrit par : Mathilde | 25/01/2007

Moi je suis un garçon tout ce qu'il y a de (presque) parigot mais je te comprends bien quand même. Mon histoire est peut-être un peu différente mais peut-être aussi un peu proche. J'ai perdu mon taffe, un job super bien payé dans les hightech, la boîte avec des capitaux indiens a lâché l'affaire et s'est retirée nous laissant sur le carreau moi et mes quatre autres collègues tous jeunes et pleins d'entrain. Pour finir, mon épouse m'annonce le jour de l'an qu'elle souhaite divorcer soit disant que nos (ses) sentiments se sont effilochés ces derniers mois (c'est sûr que je n'étais pas au top top question forme vu que la boîte partait en live !). Bref. Tout m'est tombé dessus en même temps et la douche est bien froide. Alors, ce petit message pour te dire de ne pas désespérer que tu trouveras un super taffe qui te redonnera le moral comme le souligne Charlotte et pour te dire que même dans la galère il faut garder espoir car c'est la plus merveilleuse chose que la vie nous ait donné. Et tu le fais admirablement bien en entretenant ce petit blog ! Bon courage, le vent va tourner en ta faveur !

Écrit par : HK | 26/01/2007

Merci bcp. Les mots des autres font tjs plaisir quand les miens ne font que vider le surplus. Je te souhaite plein de courage pour cette traversée pas facile dont tu parles et n'oublies pas que forcément la roue tourne.
A bientôt !

Écrit par : Mathilde | 26/01/2007

Les commentaires sont fermés.