Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2007

Cromalins, derinox & cartes de visite

Une vraie journée de grands. Genre du travail, mais tu sais, tout qui part à l'envers.

Le client qui change 78 fois d'avis sur comment monter cette p***** de double page. Le mec du studio créa - notre Gringo national parce qu'il est bon son café, oh! - qui s'arrache les cheveux rapport au directeur de création qui n'assume pas ses mauvais choix et qui fait semblant de pas savoir que ça fait déjà bien 80 heures de créa sur ce mag pour juste une double page presque validée, et t'as bien entendu le presque... Pfffffff.
Et hier, telle la fleur, le fameur directeur de créa qui vient bosser toute la journée dans notre studio créa avec Gringo, et là genre, l'homme étant un animal particulier qui semble plus facile à vivre que la femme (ou bien est-ce juste moi ?), le DC est devenu son meilleur ami du jour. Peu importe que cette journée fut consacrée à démonter tout le travail abattu jusque là, peu importe que le mag soit toujours pas près du bouclage- de toute façon super hors délai...

Une journée où mon allergie chronique se rappelle à mon souvenir et où Sophie lutte contre les symptômes fulgurants d'une angine naissante foudroyante. A notre bureau donc, les discussions volent juste à hauteur de pharmacie et autre paratrucs magiques, nos royaumes de rêve. Oui oui, tout ça.

Comme le feraient deux mères de familles se croisant au square et se félicitant mutuellement sur leur splendide progéniture, Sophie et moi nous armons aussitôt de nos trousses-de-secours-spécial-journée-au-bureau. Ahah...
Je vois déjà les apothicaires de grand chemin se frotter les mains et les yeux de mon pères se lever au ciel à mesure que nous détaillons le contenu de nos fameuses trousses. Qui du spasfon, qui du propofan, qui les gouttes innoxa,... Suivis par un roll on destressant aux huiles essentielles, un nurofen esseulé, du sérum physio, etc. En double on trouve de l'aérius et du nasonex, allergies obligent.
Le plus drôle ? C'est ce qu'on se dit en remballant nos trésors :
"De toute façon, juste de les avoir sur moi, ca va déjà mieux.
- Ouais, pareil."
... Pourvu que ça dure, pensent nos pharmagiciens.

Une journée où l'assistante d'un des big boss - celle qui nous envoie des mémos pour savoir répondre au téléphone, j'en reparlerai...- nous amène nos cartes de visites tout juste imprimées. Les premières pour Sophie qui ne se lasse pas d'admirer son tas et compte déjà sur ses doigts les gens à qui elle va pouvoir la distribuer. Une troisième pour moi. Paf, le souvenir de deux boîtes  : les fous dingues de Bastille et les d'ical addicts de la cave en plexi de Ternes. Paf, tiens une agence au citron où je n'en ai jamais eu.
Paf, ici, maintenant.
Au boulot.

A lier

24/04/2007

Feeling good

23/04/2007

L'est pas tout ça, juste le reste

22/04/2007

Découverte grinçante, jouissante

21/04/2007

Oups... 2 fois Janis, la 2ème c'aurait du être ça

L'automne vibrant acoustique

20/04/2007

Quand Rose l'a, elle aussi écoute Janis