Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2007

Douceur et féminité dans la grève

Merci Florence !


 
On ne s'en lasse pas (de Florence, hein, pas la grève). Enfin, moi je ne m'en lasse pas en tout cas.
Un clin d'oeil à l'invité en sommeil du jeudi soir :)

Et merci pour le Joan Collins qui va bien... 

Demain, Journée mondiale de lutte contre le SIDA

Le SIDA, tu sais. Le fléau qu'on t'a raconté au collège, au lycée... Celui qui a vite mis le sexe sur la table des discussions de ton adolescence, souvent suivies d'une démonstration par l'objet du seul moyen de se prémunir que l'on aie : le préservatif.

Celui pour lequel des tas de chercheurs se lèvent tous les matins désireux d'enfin trouver le vaccin, le remède, l'idée. Celui qui a fauché quelques uns de tes ami(e)s. Celui qui fait que tu sais aimer avec un peu de latex, de duron ou que sais-je encore entre toi et l'autre. Celui qui fait surtout qu'en cas de rencontre imprévue, si tu ne trouves pas de préservatif, tu te garderas l'envie au creux des reins, parce que faire l'amour oui, mais risquer de crever non.

Et sais-tu, toi, que le virus vient de passer un nouveau cap en France où la contamination continue d'augmenter ?
Parce que l'on en parle désormais comme si c'était surtout l'Afrique qu'il touche, mais il n'épargne personne et si, bien sûr, les pays africains sont rès touchés, notre vigilance en s'effritant ouvre la porte à cette saloperie. Parce qu'on croit que vivre avec la tri-thérapie c'est simple et que ça permte de ne plus mourir du SIDA... Pour toutes ces raisons, et pour celui auquel je pense, c'est bien qu'il y ait chaque année cette journée mondiale de lutte. Au milieu des hérésies de marketeux ou de démagogues comme la journée des femmes, de l'orgasme ou du chocolat aux poires (j'exagère juste un peu), c'est bien d'avoir un vrai combat à mener, et qui ne se gagnera que si y pense tous les jours, toutes les nuits.

J'y pense. Et je pense à tous ceux qui vivent avec aussi, qui devraient pouvoir ne pas avoir honte ou peur de perdre les gens qu'ils aiment... Et je pense à ceux qui ce soir, ce we, demain ne prendront pas de précautions parce que ce n'est pas grave juste une fois.

C'est grave. Toutes les fois. Une ou cent.
Alors faut prendre soin de soi, et des autres. 


L'anniversaire - Patrick Volson
Spot tourné à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le SIDA de 2003.
 

Liens utiles : L'agenda de la Journée en France, Sidaction, Le Roi de la Capote. 

29/11/2007

Le parfum du mois

ca5e66a712330d65a70e93470fc8d5fe.jpegAprès l'employé du mois, voici venir une nouvelle marque d'attention et de "reconnaissance" professionnelle...

Le parfum du mois.

L'expression prend ses racines dans une autre expression consacrée "être en odeur de sainteté" qui signifie peu ou prou que l'on a la bonne vibe et qu'on est devant un public tout acquis à la cause que l'on prêche (j'avais dit peu ou prou hein...).

Dans certaines boîtes, les parfums du mois se succèdent et ne se ressemblent pas, versatiles, volatiles, parfois même entêtants... L'heureux gagnant (ça marche au féminin aussi, surtout d'ailleurs, on est dans la communication je rappelle) du mois est appelé à briller plus près du soleil, il devient l'élement le plus recherché du bureau, celui dont l'avis compte double et le mot triple... Il y a ceux qui aiment se retrouver au milieu de tout ça et les autres.

Mais personne n'y échappe, même si certains ont déjà fait plusieurs tours. La logique du parfum du mois est assez redoutable, sur les naïfs comme les plus jeunes, ceux qui pensent qu'ils seront toujours l'objet d'autant de fierté et d'attention... Car tu l'as bien compris, c'est marqué dedans "le parfum du mois" par définition ne dure qu'un mois (ou un temps pour ceux qui ont des dérogations). Pour ceux-là, une fois leur mois passé, la descente est raide et le réveil précipité.

Je ne suis pas fan de ce genre de principes managériaux et je pense qu'il est d'autres moyens de faire avancer une équipe... Surtout et c'est là que je voulais en arriver : le point, à mon sens, ce n'est pas tant d'être le parfum du mois ou pas que de sentir vraiment bon.
Et je marrêterai sur LA question qui fait couler toute l'encre de la feuille de chou virtuelle des conversations au-dessus de la cafetière qui fume : on est fin de novembre, qui va parfumer décembre ??


La prochaine fois, je te parlerai d'un proverbe plus utilisé qu'on ne le croit, le fameux "diviser pour mieux règner".

Rita Mitsouko, une page se tourne

b25c705bb1562a5668f73d814df72fcd.jpgParce que mes soeurs les ont écouté toute mon enfance, parce que j'ai même monté des spectacles sons et lumières sur leurs mélodies, parce que leur dernier disque Variety enchante mon itunes, parce qu'il est tout de même parti très tôt, parce qu'un de ces samedis, au Starbucks, on découvrait une brèves qui parlait de l'hospitalisation de Fred Chichin...

Et hier la nouvelle tombe, il a été foudroyé par un cancer.
Alors évidemment tout le monde en parle, évidemment on a tous une anecdote, des souvenirs de danse endiablée sur Marcia... Chapeau au site de l'INA qui a su réagir vite en mettant à dispo des images d'archives du couple mythique (notamment leur premier télécrochet filmé en 81 !!).

Les Rita c'était toute une époque et elle appartient au passé.

Tribute to Fred Chichin

28/11/2007

Parce que la journée a été longue

Big Boss focalise

571380a503f1c39a68cf31bc22f97271.jpgParce qu'il vient de réaliser que j'avais vraiment un blog, la nouvelle lubie de Big Boss c'est de me lire en VO sans rien du tout lissage professionnel, comme ça, ici, chez moi. Et découvrir le moi pas filtré et brut de pomme.

Et je suis pas pour. Du tout.
Du coup, je biaise : chaque fois qu'il pose la question je lui dis que non, que c'est un blog perso, que je ne lui donnerais pas l'adresse parce que je ne souhaite pas me savoir lue par lui, ni les autres patrons.
Que j'aime dire ce que je veux en toute liberté, même si évidemment, pour le néophyte y'à pas outrage, avec les surnoms et les métaphores pas de risque, sauf que voilà pour qui bosse dans ma boîte, ils sont sybillins lesdits surnoms et en deux coups de cuillères à pot, le Big Boss, paf il sait ce que je pense de tout le monde, il voit quand je vomis mes semaines et certains clients...

Bref tout ce qu'il vaut mieux pas.
Je me rassure en me disant qu'il me croit quand je lui dit qu'il peut chercher et qu'il ne trouvera pas (pseudo oblige), mais pas si sûr... S'il cherche bien, il trouvera. L'avantgae c'est qu'il n'est pas du tout en pays conquis sur le web. Cependant, me voilà face à la question fameuse du "j'assume ce que j'écris dans la vie de tous les jours avec les gens de tous les jours ou pas ?".
La réponse est oui, ou presque.

Dans ce presque, on l'aura compris, règne Big Boss accompagné de quelques autres que je sais condamnés au silence si d'aventures ils me lisent et se reconnaissent, comme un jeteur de riz (qui ne doit pas se reconnaître autrement qu'en recoupant les hasards d'un calendrier que je lui contrarie).

Tout ça pour dire que si, par hasard, Big Boss, vous m'avez retrouvée, surtout ne me dîtes rien.
Cette liberté de ton m'est chère, et finalement, je ne dis rien que je ne pense pas juste. Je n'ai simplement pas envie d'engager ce genre de discussion dans la vraie vie, au travail, ni d'avoir à me défendre ou me priver de cet espace.

D'avance merci. 

Quand Paul lâche enfin Emma

6e034326e982c20a26da121bbe5a542b.pngParce que trop de bruit tue le bruit.
Faire une campagne comme on monterait sur un ring, pour prouver qu'on est le plus fort, le plus grand, le plus tout...
Montrer comme on arrive à faire une campagne dans les nouvelles règles de l'art, comme on maîtrise les médias tradis & alternatifs, montrer comme ça vaut le coup de s'appuyer sur les bons leviers pour faire du bruit...
 
Voilà ce que Lagardère Active Media a fait avec son Emma pourchassée sans subtilité par un Paul assidu et décidé à tout mettre en oeuvre.Un Paul qu'on nous a vendu comme monsieur tout le monde qui dépense ses yeux pour user et abuser d'un romantisme échevelé conjugué à 360° !
 
La démonstration est faite, mais le pot aux roses était bien trop gros. Si les médias ont joué le jeu (oui même ma Matinale en a parlé beaucoup) et si Emma nous a parasité quelques semaines, ce "buzz de fer" ne m'a pas convaincue. Les moyens et les canaux importent en communication, évidemment, mais il ne faut jamais oublier qu'il vaut mieux avoir une très bonne idée pour ne pas décevoir tout le monde au moment de vérité.
 
Cette Emma me rappelle un certain Jean-Patrick en 4/3 qui avait envahi Paris un été, les coups de billards en 3 bandes sont risqués ; c'est à dire toucher le grand public pour ensuite remonter vers les professionnels sucseptibles d'acheter de l'espace vu le buzz généré.
Alors je dirais que parce que trop de bruit tue le bruit, tous les coups ne sont pas bons à jouer.