Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/01/2008

Un certain temps qui passe

Trois mois que je ne suis pas retournée chez mes parents.
Imagine un peu la fête qu'ils vont me faire, quand je descendrai du train tout à l'heure...! Pourtant, c'est à autre chose que je pense depuis ce matin. Depuis que j'ai fait mon sac avec les affaires du ski (pour le périple au Canada ouééé), depuis qu'au moment de décrocher mes clefs de la campagne je réalise que je ne les ai plus.
Je n'ai pas encore les clefs de cette nouvelle maison visitée quelques fois mais jamais habitée encore. Et c'est là que j'ai réalisé que pour la première fois,  sortis de la gare de Romilly ce n'est pas la route de la maison que nous prendrons.
 
Non, nous ne passerons même pas par la rue Jean Jaurès. Nous filerons, en passant devant chez ma prof de piano, devant le cerlce hippique puis tout droit sur la nationale pour changer de département, traverser l'Aube et arriver, après moins de 15 minutes de trajet, dans la commune de la nouvelle maison.
 
Trois mois aussi que je n'ai pas passé plus de quelques heures volées à des agendas surbookés avec celle qui m'accompagne ce week-end. Pour étrenner ma chambre mauve et gris, pour apprivoiser les nouvelles sonorités de mon piano d'études, pour faire les soldes samedi aussi (on reste des filles), pour le pélerinage dans mon petit resto pref de Troyes, rue Paillot de Montabert, la cantine de l'époque du DEUG. Drôlement longtemps que je ne m'attarde plus dans ces endroits où j'ai appris à faire la fête, à vivre en amour, à grandir un peu déjà.
 
Ce week-end, ça ne sera pas galette des rois car mon boulanger préféré est à la retraite (damned), ce ne sera pas râlage contre les voisins d'avant et leur musique à fond, ce ne sera pas l'odeur de ma chambre au parquet ciré et aux craquements familiers.
Ce sera la première nuit dans la nouvelle maison. Ce sera le premier jogging du dimanche dans les champs. Ce sera les voir de nouveau habiter ensemble. Ce sera grandir encore.
 
Ce sera aussi, je le sais déjà, guetter les tensions, retrouver la place du milieu pas si confortable. Ce sera différent peut-être ?

Les commentaires sont fermés.