Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2008

You must love me

Découverte dimanche soir, au Stade de France, voici une chanson toute douce de Madonna, extraite du film Don't cry for me Argentina, qu'elle chante ici à la cérémonie des oscars de 1997 (ce qui explique la robe).

25/09/2008

Qu'à cela ne tienne, j'optimise

Mes journées de travail commencent tôt et finissent bien tard.
Elles sont ponctuées de réunions et autres rendez-vous indispensables, de compte-rendus et débriefs en tous genres, de litres de cafés et de sandwiches face à mon écran... Quand je me lève je ne suis pas vraiment capable de réfléchir ou de socialiser, je me douche, je m'habille, je prends le métro. Quand je rentre il est tard, je réalise que je n'ai rien dans le frigo et prends ma place dans la queue interminable de mon Monop pour manger autre chose que des haricots verts en boîte
(les cassegrain hein) et du thon au citron, je m'évertue à ne pas trop pester intérieurement de gaspiller tant de temps pour rien et n'accorde pas un regard au micro-ondes en rentrant chez moi, pour ne pas voir qu'il affiche 21h20 par exemple... Ainsi la semaine se déroule, mes cernes se creusent et ma vie perso s'amenuise.

Ca c'est un peu le scénario catastrophe. Parce qu'en vrai j'optimise. À mort! Tu ne me crois pas ? Regarde...

Quand je cours d'un rendez-vous à l'autre en taxi, j'en profite pour passer mes coups de fil (l'hebdomadaire à mes parents, le quasi quotidien aux soeurs), quand j'hésite entre pâtes fraîches ou soupe Cottage dans les rayons de Monop je suis en grande conversation avec mon Elise que j'ai appelé sitôt sortie du métro et avec qui je ne raccrocherai qu'arrivée à l'endroit qui cesse de capter dans mon hall d'entrée.
Pour ne pas perdre la main je danse la nuit dans mes rêves...
D'ailleurs c'est dans mes rêves aussi que je fais tout ce que j'aimerai faire le soir (si j'étais le soir ailleurs qu'au bureau) genre :
- pédaler sous l'eau avec mes potes blogueurs,
- switcher affaires d'été & affaires d'hiver dans mon armoire,
- retrouver ma trousse d'iPod,
- prendre le temps d'hydrater mon bronzage qui se fait la malle,
- dîner avec tous les gens que j'ai envie de voir (sans que ça bloque mon agenda jusqu'en 2012)
- faire tourner mes lessives,
- lire tous les bouquins extra que je n'ai pas encore lus et qui me narguent sur mon étagère,
- te raconter enfin mes vacances,
- ...

Tout ça en quelques heures de sommeil, oué suis troooop forte.

24/09/2008

Masterclass & Marie Laforêt

Image 2.png1997, je déballe mes cadeaux d'anniv, et j'ouvre une enveloppe avec une place pour aller applaudir Fanny Ardan sur scène avec ma grande soeur et ma mère. Le spectacle qu'elle interprète c'est Masterclass, ce que j'entends de l'explication maternelle c'est qu'il s'agit d'opéra et de Maria Callas. J'ai laissé ma place à Alexandra et choisi de passer l'après midi au jardin avec Léon tout petit et mon père.

Pour que tu comprennes mon manque de curiosité, sache simplement que la première place de théatre offerte par ma grande soeur pour mes 14 ans m'avait infligé 4 heures d'une pièce surtitrée en allemand, en huit clos... Un souvenir passablement agréable, ce qui explique mon extrême méfiance de l'époque sur ses choix sans doute un peu trop engagés ou intellos pour moi.

2008, parce que Marie Laforêt occupe une place de choix dans iPod, et parce que je ne l'ai jamais vue sur scène, quand je tombe en juillet sur les places à vendre d'un spectacle où elle tient le premier rôle, je me précipite. Rendez-vous est donc pris avec Marie, pour le dimanche du retour des vacances (que je pressentais déjà comme pas évident, j'en reparlerai).

Et ce n'est qu'en en parlant avec mes soeurs, que je réalise que le spectacle en question n'est autre que Masterclass, le fameux. rendez-vous manqué de mes 18 ans.
Et je suis ravie de m'être réservée pour la prestation de Marie. Même si je savais bien qu'elle ne me chanterait pas mes chansons préférées (toutes les vieilles), qu'elle aurati vieilli par rapport à l'image que j'avais gardé d'elle, je me faisais une joie de la voir enfin en "vrai".
Alors ? Alors...oui, elle a vieilli et son visage ne porte pas que les marques du temps, (mais comment serais-je à son âge?) cependant étrangement sa voix est restée la même, celle qui me bouleverse mieux que nulle autre.
D'autant que le texte même lui prête des paroles qui lui vont sur mesure, quand elle entre en diasnt qu'elle est là pour les élèves et non pour qu'on la regarde elle, qu'elle ne chantera pas aujourd'hui...
A la fois poignante, émouvante, dure et terriblement femme dans son interprétation de diva blessée et déchue, elle est magnifique.

J'ai aimé entendre quelques morceaux de la Callas, j'ai frémi en découvrant des passages intimes de la vie de cette grande dame. Un bon moment, et le regard de Marie au moment des applaudissements qui s'éternisèrent ce dimanche là, je ne l'oublierai pas.

IMG_8513.jpg

18/09/2008

Humeur musicale en 3 points

  • Les vacances, c'était : trop court, beaucoup trop court, trop le pied ... ou tout simplement no stress
  • Du coup, rentrée : je me sens prête a repartir, je n'ai pas défait mon sac ni enlevé mon bracelet, ou juste je suis un peu plus près de la folie douce (j'ai comme l'impression d'avoir un souci de priorités et un défaut d'équilibre entre les différents items qui font mon quotidien)
  • Ce qui me vient en tête quand le réveil sonne, quand j'ouvre le bureau le matin, quand j'enclenche l'alarme le soir... (que même si je le sais, ça n'empêche que j'aimerai bien)

17/09/2008

Kemer y aller c'est top, rentrer c'est trop dur

Je ne peux pas encore t'en parler, déjà je manque de temps mais surtout c'est un peu violent le retour, le sevrage, la chute de décibels et de degrés.
Du coup, si je te dis que je me passe en boucle la playlist du club, que je ne parle que de ça avec mes petits camarades de vacances et qu'on est tous sur la liste des pré-résa pour 2009, ça te donnera déjà un aperçu.

Et parce que ce matin c'est un peu rude, je te laisse avec LA chanson qu'on a failli ne jamais retrouver (rapport à faudrait que je m'assure que je comprends toujours bien l'anglais parce que ahem...) et un extrait de la dolca party (comprendre il est 12h on fait les crazy signs autour de la piscine, on se met en formation chenille et on va sur un podium improvisé où les GO nous arrosent de gel douche et d'eau pendant qu'on danse toujours...), je sais ça donne envie !

Les 20 ans de Sequoia

SE080_noir_zoom.jpgHier soir, la marque Sequoia fêtait ses 20 ans à l'Atelier Richelieu. Sequoia, ce sont les sacs et autres accessoires de maroquinerie avec pour signes distinctifs un ou plusieurs anneaux (de cuir, d'acier...). Invitée par l'agence Pietri je suis allée faire un tour le temps d'admirer les 20 créations de d'étudiants faites pour l'occasion, de grignotter deux radis et de parler choux-fleur divin, de faire 3 bisous, de voir beaucoup de journalistes et quelques peoples (Mia Frye, Thierry Frémont et Bruno Putzulu), de rire un peu du collier peigne-de-chien d'un monsieur visiblement très inspiré...

Si je n'avais dû rentrer chez moi rapidos pour bosser c'aurait pu être une bonne soirée !

14/09/2008

Veille de rentrée des classes

fournitures scolaires.jpg

**Humeur du dimanche soir**

Donc je suis rentrée. Les vacances sont finies.
C'était top, mais je t'en parlerai plus tard, parce que là je vais pas pouvoir. Tellement je me sens la barre au ventre et le poids sur les épaules.

Comme quand j'étais petite et que c'était le dernier soir avant la rentrée des classes, le soir où le cartable est prêt, près de la porte d'entrée, où les nouvelles affaires rutilent chacune à sa place (ça restera pas longtemps comme ça), où la tenue du demain soigneusement étudiée (avec l'aval maternel cela va sans dire) se prépare à passer la nuit sur ma chaise de bureau. Le soir où la tête bouillonne à coups de "pourvu que Machinette soit dans ma classe", de "si j'ai encore Trucounet  en maths ça va pas le faire du tout" et de "j'aurai pas du laisser maman me couper les cheveux"...

Un dimanche soir où je sais déjà que je ne vais rien avaler, où je vais me tourner et me retourner dans mon lit la tête pleine de questions. Car si j'ai eu certaines réponses avant mon départ en vacances (et plutôt que des très bonnes nouvelles) il me manque la lumière sur certains points, et mon quotidien va être pour le moins bouleversé à l'agence si tout se passe comme prévu. J'angoisse un peu donc. Et pour apprivoiser, je reprends les bonnes vieilles recettes de ma maman, je me trouve un dvd que j'aime à regarder avant de dormir, mes affaires sont prêtes pour demain (j'évite ainsi les questionnements de dernière minute), des trucs sympa prévus toute la semaine et le week-end qui vient (ambiance ce n'est pas la fin du monde, c'est un nouveau cycle qui commence) et une nouvelle coupe de cheveux que j'aime bien (je reste une fille).

Demain ce sera lundi, le métro, le bureau, les clients, les patrons, les gens qui font la gueule dans la rue partout, le cojean du midi, tout ça. Et parce que j'ai fait le plein de bonne énergie, de soleil et de bonne humeur, parce que cette vie c'est la mienne et que je la partage avec des gens que j'aime et parce que je sais bien (c'est là que ça sert de grandir) que la peur n'évite pas le danger et que mon angoisse me force à donner le meilleur, alors évidemment, ça va se danser. Et bien. Je respire et la barre du ventre se fait plus discrète...

Bonne rentrée à toi aussi (si ce n'est pas déjà fait)