Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2008

"Rayer les mentions inutiles" qu'ils disaient

monde-de-nemo.jpgJ'ai pas l'air mais je suis là.

Un peu a/sous l'eau avec Doris b/workoholic anonyme, ce qui m'occupe un brin a/de jour b/de nuit (bonus : les deux mon capitaine !). Mais je ne t'oublie pas et j'ai plein d'idées de post que a/tu ne liras jamais parce qu'avant d'avoir le temps de les écrire je les aurai oubliées b/tu pourras bientôt découvrir ici même.
Et sinon toi comment tu vas ? Tu cueilles du riz ? Tu chantes la vie en boulangerie ?...

Parce que de mon sous-marin lesté je t'envoie plein de chansons extras et je te souhaite (en avance) un super week-end.

27/10/2008

Mon Tex Avery préféré

C'est débile mais ça me colle le sourire à chaque fois ! Et puis ce Sinatra quand même c'est trop drôle...

26/10/2008

ClubMed Kemer pour des vacances de rêve

Je n'ai que trop tardé. Presque tant que tu ne l'attendais plus ce débrief, hein ?! Mais il faut bien que je te raconte quand même. Même si le raconter au passé, quand là dehors c'est heure d'hiver, nuit super tôt et froid, ça m'envoie bien le message que c'est fini et que c'est loin... Je vais être forte.
Alors voilà !

Lire la suite

24/10/2008

Un mort dans mon salon

C'est officiel, mon convecteur m'a lâché. Il fait froid dans ma vie du coup, et plus particulièrement dans mon salon aux moments du petit-déj et de la télé du soir... Je ne sais pas quel est l'idiot qui parlait de loi des séries mais j'aurai deux trois trucs à lui dire.

C'est pas tout ça mais qu'estce que j'ai fait de mes moufles moi?

23/10/2008

Mesrine, Jacques. Signe distinctif : Enemi Public n°1

Image 2.pngGrâce à France Inter (et mini boss) j'ai découvert lundi soir dernier, en avant première, les 2 volets de la saga "biographique" sur Jacques Mesrine*. L'histoire du scénario est déjà folle, 30 ans que le cinéma lorgnait sur une adaptation de la vie de l'Enemi Public N°1, avant même sa fin médiatique. Il en aura donc fallu des années, des réalisateurs (entre autre : Truffaut), et des pages de scenarii noircies avant que Jacques Mesrine et ses amis ne s'invitent dans les salles obscures. Et je trouve que ça valait le coup d'attendre.

Lire la suite

22/10/2008

Let it be me

Ray LaMontagne c'est un album découvert sur Deezer.
Une voix comme j'aime, un chouille rocailleuse, un rien de douceur, ce qu'il faut d'intensité. Je te présente donc le compagnon de mes journées, qui me chante à l'oreille pendant que je martèle mon clavier et que je peste de n'avoir plus de temps (ou moins de choses à faire...)(either way).

20/10/2008

Soleil, shopping et vélo

Samedi matin, je retrouve Fred dans le train qui rentre là où l'on a grandi. On se réveille en papotant boulot beaucoup et "date" un peu le temps du voyage. Le second arrêt est pour moi, Fred descend au suivant. On se dit "à demain" et je débarque pas du tout chargée (j'avais fait un super effort) sur le parvis de la gare.

Mes parents étant les rois de la commission erronée, mon père n'avait pas eu le bon horaire et j'ai pu finir Voici au soleil en l'attendant (Fred ne m'ayant pas autorisé à le lire avec lui, pfff). Un passage par le bureau de mon père et nous rentrons, avec le pain pour le déjeuner et un bouquet de tulipes pour ma mère (oui je suis sage) on profite du soleil généreux en déjuenant dans le jardin d'hiver et on se fait un café-photos en se racontant les aventures de ces derniers mois.

On profite du beau temps et du terrain, mes parents me montrent les arbres fruitiers qu'ils ont planté et évidemment, je demande où nous en sommes de cette piscine qui joue un peu l'arlésienne et que je suis tellement super pour que je pousse à la roue très fort... Heureusement, j'apprends qu'elle est toujours d'actualité et que juste mon père a quelques soucis de staff donc ça tarde (ouf).

On parle de vacances, de ski, de plage, de Cannes, des amis, des enfants de mes soeurs, de Noël... Je me repose. On pars passer l'après-midi à Troyes et on dévalise les magasins. Le soir, je passe du temps à chercher Puputte et ses petits en vain, et je papote au téléphone avant de m'endormir dans ma chambre si calme. Après la balade matinale d'une heure et quelque à vélo sous le soleil, avec papa et son pote, sur le vélo de Léon (vé-ri-dique)(et c'est pas top un vélo d'ado pour moi en fait) on évite la sieste de justesse en partant à travers champs bottes aux pieds et carottes à la main pour la jolie jument d'à côté.

Le train du retour sera l'occase de papoter encore avec Fred et de me rendre compte que je suis drôlement chargée au retour, à paris une dinette entre filles chez Joan Collins, le sac de Copine qu'elle finit pendant qu'on tisane en choeur et au dodo. Un bon week-end. Au rythme calme mais qui ressource (bien sûr il m'aurait fallu 10 jours de ce régime pour effacer mon teint gris et mes cernes, mais on fait avec ce qu'on a hein !).

PS : sinon, un week-end sans starbucks du tout, c'est nul, je me le note bien pour plus tard.

18/10/2008

Si on me cherche

Je suis en week-end en province, au pays du jogging matinal et du coucher-tôt, là où ma mère officie en cuisine et où je pourrai respirer deux minutes loin du bvd malesherbes, loin de la folie de ces derniers jours et me requinquer, genre pour être parée à affronter l'hiver (parce que quand même fait froid maintenant...)

Bon week-end !

Evidemment, je te laisse de la musique...