Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2010

Six Feet Under by HBO

Image 17.png


Six Feet Under
est une série que j'aimais bien dans l'idée, tombant sur quelques épisodes de manière décousue et en version FR. Du coup, j'avais accroché mais jamais au point d'organiser mes séances. Et puis il y a quelques semaines, de passage à la FNAC, je croise les coffrets des 5 saisons... Je craque et m'offre les 63 épisodes.


Image 18.png


Comme par hasard, il ya plus d'un mois Orange mon ami a ENCORE buggé et, paf, je n'ai plus de télévision (je ne m'attarde pas, je risquerais de m'énerver....), bref, me voilà dispo pour commencer proprement Six Feet Under. Depuis un peu plus de 2 semaines, je passe donc mes soirées avec les Fisher. Et hier, j'ai vu le dernier épisode de la dernière saison. Comme le dit Eric, le final est vraiment bien fait et pensé pour les fans. En tout cas,  la fan que je suis ne reste pas sur sa faim...

J'ai adoré cette série, vraiment. Tout est super travaillé et on sent une volonté de sortir du lot. C'est réussi, la série a su imposer un style différent, aborder des sujets peu ou pas présents en télé à l'époque de sa diffusion (de 2001 à 2005). On assiste à un savant mélange des genres : du grave, du sérieux, du douloureux, du presque glauque voisinent avec du drôle, et aussi l'amour est partout. Simplement, ce n'est pas de l'amour habituel de sitcom vitaminé, acidulé et jetable, non, c'est de la fratrie contrariée, c'est une vie réprimée, c'est une sexualité débridée, c'est plus semblable à la vie vraie en fait, en très très concentré seulement.

Après l'intégrale en mode marathon, j'ai retenu deux critères à souligner : je n'ai pas senti de coup de mou scénaristique et les acteurs sont tous restés les 5 ans qu'a duré le show (même les disparus). Mieux, les acteurs sont tous très justes et les seconds rôles ne sont jamais délaissés, la direction de casting a bien bossé. et les auteurs se sont fait plaisir. Un plaisir que le téléspectateur partage.

Les gros mots sont de toutes les phrases et les drogues ne sont pas à usage modéré mais tout est sublimé par l'attention portée à la photographie, aux décors et à la lumière tout le long des 5 saisons. Le charisme des acteurs pèse lourd dans la réussite de la série à mon avis. Une dernière chose, pour l'inconditionnelle que je suis, retrouver Katie Bates si bien entourée n'a rien d'étonnant.
Alors bravo à Alan Ball et son casting magique qui m'ont arraché quelques larmes et fait réfléchir à plein de sujets essentiels et plutôt tabous dans nos sociétés dites civilisées.

Et tu veux que je te dise ? Les DVD sont bien rangés dans mon étagère, à portée de main pour quand les Fisher vont me manquer.
Cause even if everyone is waiting, i'd rather have them closer... so much closer.

Commentaires

tout pareil ... de temps en temps un petit shoot de sia, trop bon !
http://www.youtube.com/watch?v=eNwARV9tPUw

Écrit par : Bertrand | 07/06/2010

Oh oui, Sia c'est toujours bien !

Écrit par : Mathilde | 08/06/2010

Et tu veux que je te dise ? Les DVD sont bien rangés dans mon étagère, à portée de main pour quand les Fisher vont me manquer.

Écrit par : louis vuitton handbags | 15/09/2010

Les commentaires sont fermés.