Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2010

El secreto de sus ojos (Dans ses yeux)

Image 3.pngAu cinéma on va passer un bon moment, retrouver des acteurs qu'on aime, découvrir des paysages et des ambiances, se dépayser, se faire raconter une histoire...

Parfois, on sent perler une larme, on sent monter l'émotion depuis le ventre jusqu'à se coincer en boule dans la gorge. Parfois, la musique du film est partout dans les yeux des acteurs, dans leur voix, dans les différents plans. Parfois, ce n'est pas une claque qu'on se prend, mais un grand bol de bouleversement.

Dans ses yeux (dont le titre original est tellement plus joli: El secreto de sus ojos, je ne te fais pas l'affront de traduire hein...), est de ces films-là. Viens, je te raconte comment ce film oscarisé à raison a changé mon dimanche d'il ya un mois.


Capture d’écran 2010-06-15 à 23.56.00.png

Ce n'est pas une histoire d'amour. Ce n'est pas une histoire de carrière. Ce n'est pas une histoire policière. Ce n'est pas une histoire d'amitié. C'est tout ça.
Emmêlé.

Et mieux que je ne saurai le dire. Mieux que je ne veux le dire, d'ailleurs pour te préserver le plaisir de voir cette histoire banale et complètement folle à la fois.
Que toi aussi tu t'attaches à Benjamin joué par Ricardo Darin, que tu le trouves de plus en plus beau au fil des scènes (la voix joue aussi, forcément). Que tu assistes à ce moment-là de sa vie où tout a basculé. Que tu soupires d'impuissance avec lui de voir son grand ami Pablo, joué à la perfection par Guillermo Francella, s'étourdir dans l'alcool et devenir une ombre vociférante. Que tu tombes amoureux d'Irene qu'incarne la si jolie Soledad Villamil aussi. Que tu cherches le tueur. Et que tu suives les regards.
Oui surtout ça en fait. Percer le secret des regards. Et ouvrir un peu les fenêtres sur âmes qu'on te propose. Sans oublier tout le reste : la culpabilité, l'impuissance, l'attente, l'amitié, l'amour, le désir, l'effroi, la mémoire.

La photographie est soignée, la musique m'a laissé un souvenir extra et décidément l'espagnol a un  haut pouvoir troublant sur moi. Les personnages ne sont pas que croqués mais ont une vraie épaisseur, un charme fou et le coeur se serre à les voir s'agiter parfois. C'est une perle. De celles qu'on ne croyait plus trouver après avoir ouvert des centaines d'huîtres. File le voir.

Capture d’écran 2010-06-15 à 23.57.00.png

Plus d'infos

> La critique sur Première.fr
> Le site du film (en espagnol)
> La critique sur angles de vue
> Le groupe FB

Le trailer

Commentaires

un des plus beaux films que je n'ai jamais vu.... et la scène au stad de foot est incroyable...! et ricardo darin il est si tendre....!!!!

Écrit par : tsetse | 06/07/2010

coucou cousine!

moi aussi j'ai beaucoup aimé ce joli film.

Dans un style très opposé (et un peu plus dynamique) sa langueur m'a fait pensé à in the mood for love. un charme plane sur le film.
un film a ne voir qu'au cinema, en grand ecran et en espagnol :-) et surtout ne pas louper le début (mon mari s'est endormi au debut et forcement après, il s'est ennuyé)
NB: super ce blog, il manque juste un flux RSS pour que je le rajoute à mon google reader.
bisous
Alexa Rivoallan-Ananou

Écrit par : Alexa | 29/07/2010

Hello ma cousine :)
(j'ai du retard dans les commentaires!)
Je n'ai pas vu In the mood for love, mais ça donne envie du coup :)
On essaie de se voir vite ?
Merci pour les compliments et pour le flux RSS la non-geekette que je suis ne peut rien faire...)
Bises

Écrit par : Mathilde | 13/08/2010

Merci pour dossier Mr NOBODY!!

Écrit par : Guerre | 16/10/2010

Les commentaires sont fermés.