Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/11/2011

Et tout un peu tremble et le reste s'éteint

Un peu de danse en ligne, des tas d'applaudissements, des violons et des mots comme il sait si bien me les dire.

Jean-Jacques Goldman, j'ai été élevée à l'écouter.
À 16 ans j'ai reçu l'intégrale (de l'époque, il a quelques CDs de plus sur mes BENNO ikea aujourd'hui). À 32 c'est toujours avec autant de plaisir que je fredonne l'un de ses succès ou un titre plus obscur. Ses textes et ses mélodies m'ont tenu compagnie souvent. Pourtant, je ne l'ai jamais vu sur scène.

Je ne saurai dire pourquoi... Un peu de "has been" attitude (mais ce n'est pas mon genre de ne pas assumer des goûts musicaux qui sortent de ma génération l'ordinaire), le fait que je me sois mise à aller applaudir des artistes in vivo plutôt tard, un manque d'information de cet artiste discret qui ne court pas les plateaux télés ?...

Il n'en reste pas moins qu'il est dans ma wishlist, et quand je vois ça, ça donne envie qu'il fixe une date parisienne fissa. Jean-Jacques, si tu m'entends, viens chanter avec moi (s'il te plait) (vite).

Les commentaires sont fermés.