Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2012

Festival du Film #Cannes2012

C'est hashtag à l'appui que je t'écris. Cannes, le Festival, toute cette pression, j'en suis revenue (comme dans la chanson).

Depuis Paris, j'ai vu le soleil se pointer quand j'étais loin de la plage, des photos de marches rouges, des gens badgés, des enpapillonés...
Et moi? J'ai passé 4 jours à bord du Festival du film 2012. J'ai vu l'affiche où Marilyn souffle les bougies dans toutes les boutiques de la rue d'Antibes. Mais pas que.

Alors, cette 65eme édition? Je t'en dis quoi ?


Cette année n'a pas ressemblé aux années précédentes pour plein de raisons.
Déjà parce que l'aventure cannoise n'a pas commencé par l'attente des taxis (qui sont 2 à tourner bravement dans les rues...)(ok à peine plus) à la gare. Non, cette fois-ci, j'ai eu le service 6 étoiles je te prie, avec Céline qui vient nous chercher au kiss & fly local à peine allumée la cigarette post-TGV.

Le temps de se parer de paillettes et en route pour la soirée d'ouverture des festivités au 3.14 (le QG de ces quelques jours) où les copines et les coquillettes nous attendent.

Ensuite, c'est un tourbillon ininterrompu de réveil qui sonne tôt, check-in sur foursquare, d'Instagram, de Villa des Inrocks, de Chez Vincent et Nicolas, des marches du Suquet (ah l'escalade de la rue de la boucherie...) et de Jean-Luc Pelé. J'ai cherché Tim Roth partout sans succès. En revanche, une fois passées les 2h de plage du premier jour, j'ai eu la pluie et le froid sans rien demander.

Aussi, en lieu et place des comédiens et autres stars pelliculables, et sans compter Axelle Lafont, Rossy de Palma et Julie Gayet spotted au 3.14 ; j'ai surtout croisé des grands noms de la mode : Jean-Paul Gauthier, Jean-Claude Jitrois (avec Sarah Marshall et son petit ami, une trinité sponsorisée par Botox), Inès de la Fressange et Natalia Vodanova pour ne citer que les plus connus.

Enfin, à la place du traditionnel pot du soir à la terrasse du bar du Martinez, j'ai eu la chance d'être invitée par L'Oréal à boire du Moët dans des calices dorés au 7ème, le pied. Et nous avons pu danser comme des fous à la Villa Schweppes.

En mémoire, en plus des jolies photos je garderai : le concert de Gossip totalement hallucinant sur la scène de la Villa des Inrocks (qui fait oublier les mille heures de queue pour un mauvais cocktail) / la découverte de Google+ (et hop une addiction de plus) et les bulles quotidiennes de Cannes I Come by Première / l'écrin de calme et de féminité du Studio 116 sur la terrasse du 3.14 où Sophie, Jenny, Joss and co ont su prendre soin de moi / la sortie de l'ascenseur au 7ème étage du Martinez avec paparazzi et photocall / Etc.

À l'année prochaine !

photo.JPG

-------------------------------

* Cannes I Come By Première, le Best Of.
* Le blog de Céleste qui raconte son festival

Merci merci merci en vrac pour l'accueil chaleureux, les rires, les photos, les textos, les allers/retours en mini, Le Musique (et j'en oublie), les sourires, les chansons et le croque-monsieur du train : Céline, Anne, Emilie, Rose, Sophie, Jenny et Eric.

Commentaires

Qui est le crétin qui mettait le réveil aussi tôt ? #OhWait

Écrit par : Eric | 07/06/2012

*hug misère*

Écrit par : Mathilde | 07/06/2012

Les commentaires sont fermés.