Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/09/2013

Ceux que j'ai lu cet été*

Les livres et moi c’est une grande histoire d’amour. La plus longue à ce jour. Ils sont partout avec moi, dans mon sac à main tous les jours, au dessus de mon lit, sur les murs de mon salon… C’est tellement petit chez moi que pour optimiser ils sont aussi (presque) ma seule déco. Les classer fait partie de mes occupations préférées pour un dimanche d’hiver. Et ça permet de changer sensiblement la vue depuis mon canapé quand j’ai besoin d’air vif.

Je lis beaucoup donc, parce que tu te doutes que je ne me contente pas de les regarder dans la couverture. Les auteurs, leurs personnages surtout, vivent avec moi le temps de la lecture, certains restent et ne me quitteront jamais tout à fais. Je lis tout le temps, avec un rythme fluctuant (comme tout le monde je crois), mais jamais moins d’un livre par quinzaine et jamais plus d’un livre par jour (à moins d’un roman graphique) (parce que je ne suis pas une machine et que si je dévore, je ne sais pas lire plus vite que vite).

J’ai envie de te parler un peu de mes lectures de cet été, très jolies découvertes inside, je reprends les titres dans la chronologies où je les ai lus.

florent,marie laberge,le goût du bonheur,québec,livres,livre,books,reading,a week in winter,maeve binchy,replay,ken grinwood,le nao de brown,glynn dillon,you had me at hello,mhairi mcfarlane,l'atelier des miracles,valérie tuong cong,l'homme de lewis,peter may,la maison des sept soeurs,elle eggels,la maladie de sachs,martin winckler,venir au monde,margaret mazzantini


(légende : * aucun intérêt / ** bien  / *** très bien / **** extra à lire absolument)

Florent, Marie Laberge **

librairie de paris,florent,marie laberge,le goût du bonheur,québec,livres,livre,books,reading,a week in winter,maeve binchy,replay,ken grinwood,le nao de brown,glynn dillon,you had me at hello,mhairi mcfarlane,l'atelier des miracles,valérie tuong cong,l'homme de lewis,peter may,la maison des sept soeurs,elle eggels,la maladie de sachs,martin winckler,venir au monde,margaret mazzantini

C’est l’ultime tome d’une trilogie québecoise que j’ai commencée à Paris et terminée à la plage. Parfaite saga familiale à lire l’été avec des expressions québécoise en petit plus dépaysant (parce que l’accent dans la tête du coup, forcément). Florent n’est pas mon tome favori mais m’étant attachée aux personnages j’ai aimé terminer l’histoire malgré les longueurs.

Dans sa trilogie intitulée Le Goût Du Bonheur, Marie Laberge croque avec tendresse la vie de Gabrielle que nous suivons dans le premier tome. On est à la fin des années 20, dans une famille catholique aisée du Québec, la condition de la femme n’est pas un sujet, la famille est régie par l’Eglise et les préjugés… Gabrielle est une femme qui croit en les femmes (et en leurs droits), d'ailleurs elle n'a pas hésité à choisir son mari (un anglais) et élève avec lui leurs enfants. Le second tome qui suit la fille aînée de Gabrielle, Adélaïde, a pour toile de fond le Canada de la seconde guerre mondiale. Ce n’est clairement pas un indispensable de la littérature, mais j’ai passé un bon moment dans cette grande famille recomposée à Québec.

A Week In Winter, Maeve Binchy **

librairie de paris,florent,marie laberge,le goût du bonheur,québec,livres,livre,books,reading,a week in winter,maeve binchy,replay,ken grinwood,le nao de brown,glynn dillon,you had me at hello,mhairi mcfarlane,l'atelier des miracles,valérie tuong cong,l'homme de lewis,peter may,la maison des sept soeurs,elle eggels,la maladie de sachs,martin winckler,venir au monde,margaret mazzantini

Maeve Binchy est une de mes auteurs de chick-litt’ UK favorite. Mon premier livre d'elle, je l'ai dévoré en français (une trouvaille de ma mère pour un été sur la plage) : C'était pourtant l'été. Depuis, chacun de mes passages au Royaume Uni est l'occasion de rapporter un de ces livres en VO, je commence à avoir une belle collection. Elle est irlandaise et me donne chaque fois plus envie de découvrir cette île (à tout moment je peux prendre un A/R).

Dans A Week In Winter, on suit les aventures d'une jeune irlandaise rebelle qui quitte l'Irlande précipitamment avec son amoureux. Elle revient veuve et trentenaire s'installer dans le village de son enfance, et décide de faire du vieux manoir une maison d'hôte. L'ouverture est prévue en plein hiver et on passe la semaine avec un groupe d'une petite dizaine de personnes dans ce bord de mer irlandais. Ce qui m'a plu : chaque chapitre raconte un morceau de l'histoire vu par l'un des protagonistes, et ça tourne comme ça. Encore une fois, un bon moment mais pas le livre de l'année.

Replay, Ken Grinwood ***

librairie de paris,florent,marie laberge,le goût du bonheur,québec,livres,livre,books,reading,a week in winter,maeve binchy,replay,ken grinwood,le nao de brown,glynn dillon,you had me at hello,mhairi mcfarlane,l'atelier des miracles,valérie tuong cong,l'homme de lewis,peter may,la maison des sept soeurs,elle eggels,la maladie de sachs,martin winckler,venir au monde,margaret mazzantini

Une jolie surprise.
Si mes souvenirs ne me font pas défaut, j'ai choisi ce livre dans ma librairie préférée (<3 sur la librairie de Paris) entre le rayon où j'ai pris le livre cadeau pour une amie et la caisse, parce que le titre m'a fait de l’œil. Et puis, je n'ai jamais été déçue par cette librairie au goût et à la sélection aussi sûrs que les conseils de ses libraires. Bref, Replay, je n'avais noté que son titre et l'avais payé sans y repenser.
Au moment de faire la valise des vacances, je sors la pile des "bouquins à lire" et je fais mon choix. Ne nous mentons pas, le fait que je l'ai acheté en poche a fortement joué (Valise, si tu me regardes...).
À Cannes, une fois terminée la semaine en Irlande en hiver avec Maeve, j'attaque ce petit bout de livre. Et au début j'ai un peu de mal, je ne vois pas bien où va l'histoire, je ne m'attache pas aux personnages... mais vite c'est très sympa et je ne sais pas si les droits ont été achetés pour le cinéma mais je m'y voyais déjà !

Le pitch (oui parce que je te raconte ma vie là, mais toi, tu veux en savoir plus sur le livre, je te vois) : un homme de 44 ans, américain, marié, ni heureux ni malheureux, est au téléphone avec sa femme quand il fait une crise cardiaque et meurt. Il se réveille un peu plus tard, dans sa chambre d'étudiant à la fac, il a 23 ans et se retrouve à recommencer sa vie sans rien avoir oublié de la précédente. Et ce n'est que le début...

Le Nao de Brown, Glynn Dillon ***

librairie de paris,florent,marie laberge,le goût du bonheur,québec,livres,livre,books,reading,a week in winter,maeve binchy,replay,ken grinwood,le nao de brown,glynn dillon,you had me at hello,mhairi mcfarlane,l'atelier des miracles,valérie tuong cong,l'homme de lewis,peter may,la maison des sept soeurs,elle eggels,la maladie de sachs,martin winckler,venir au monde,margaret mazzantini

Les BD et autres romans graphiques, à la base je n'y connais rien et surtout j'ai longtemps cru que je n'aimais pas ça.
Jusqu'à ce que Pénélope ne m'offre et me conseille quelques opus que j'ai adoré. Désormais, je me risque même parfois à choisir seule. Celui-là (qui fut si je ne me trompe distingué au cours du dernier festival d'Angoulême) c'est justement elle qui me l'a offert.

Je l'ai donc emporté en vacances en faisant fi de son poids, de confiance. Et j'ai bien fait. C'est étonnant, hyper beau (dans la forme autant que le fond), attachant. Mais je vais laisser les experts en parler, c'est le mieux : la chronique de Pénélope sur Madmoizelle.

You had me at Hello, Mhairi McFarlane ***

librairie de paris,florent,marie laberge,le goût du bonheur,québec,livres,livre,books,reading,a week in winter,maeve binchy,replay,ken grinwood,le nao de brown,glynn dillon,you had me at hello,mhairi mcfarlane,l'atelier des miracles,valérie tuong cong,l'homme de lewis,peter may,la maison des sept soeurs,elle eggels,la maladie de sachs,martin winckler,venir au monde,margaret mazzantini

Le cliché de la chick litt' avec cette histoire romantique. Déjà le titre a plu à la midinette en moi, parce que je ne peux entendre You had me at Hello sans penser à cette scène et que bon..., passons j'étais jeune et Renée et Tom aussi dis donc tout ça.

Le pitch : Rachel et Ben se rencontrent à l'université et là c'est Rachel & Ben et Ben & Rachel. Puis ils se séparent. 10 ans passent et, un jour de pluie, Rachel bouscule quelqu'un dans la rue (et tu te doutes bien) PAF c'est Ben. Ils boivent un café, il est marié elle vient de rompre avec son petit ami. Et ils recommencent à se voir en amis.
Ce que dit la 4ème de couv' résume bien bien ce qui m'est arrivé avec ce petit pavé écossais parfait pour l'été : hilarious, heartbreaking and everything in between, you'll be hooked from their first "hello".

L’atelier des Miracles, Valérie Tuong Cong **

librairie de paris,florent,marie laberge,le goût du bonheur,québec,livres,livre,books,reading,a week in winter,maeve binchy,replay,ken grinwood,le nao de brown,glynn dillon,you had me at hello,mhairi mcfarlane,l'atelier des miracles,valérie tuong cong,l'homme de lewis,peter may,la maison des sept soeurs,elle eggels,la maladie de sachs,martin winckler,venir au monde,margaret mazzantini

Je ne sais pas par quelle bizarrerie, je me souviens d'avoir vu de bouquin d'abord de dos. Et son dos m'a plu, j'y ai lu : "c'était un atelier d'horlogerie, a-t-il souri. Remettre les pendules à l'heure, réparer la mécanique humaine c'est un peu notre spécialité, non ?". Je l'ai acheté sans le retourner, ni l'ouvrir.

En vacances, je l'ouvre, je commence ma lecture en semant de l'indice 50+ sur les premières pages. C'est agréables à lire. Le pitch : on suit Mariette, Mike et Millie, personnages paumés, en fin de course de toute évidence. Et un beau jour, un homme (Jean) leur tend la main et les conduit vers leur nouvelle vie qui commencera avec lui à ce qu'il appelle l'Atelier. Cet atelier est particulier, entre la secte et le kibboutz. Mais il semble efficace et tout le monde commence à aller mieux. Quand soudain...

Pourquoi je n'ai finalement pas tant aimé que ça ? Parce que ça m'a semblé un peu trop caricatural et pas très fouillé ni tournée vers les émotions des personnages. Parce que la fin est trop tirée par les cheveux. Parce que, quoi.

L’homme de Lewis, Peter May ****

librairie de paris,florent,marie laberge,le goût du bonheur,québec,livres,livre,books,reading,a week in winter,maeve binchy,replay,ken grinwood,le nao de brown,glynn dillon,you had me at hello,mhairi mcfarlane,l'atelier des miracles,valérie tuong cong,l'homme de lewis,peter may,la maison des sept soeurs,elle eggels,la maladie de sachs,martin winckler,venir au monde,margaret mazzantini

Là, c'est une drôle d'histoire. Dans la vraie vie, j'ai plutôt une très bonne mémoire (si, demande à mes amis), pourtant ce n'est qu'une fois l'Homme de Lewis bien commencé que je me suis dit que les personnages me disaient quelque chose. Jusqu'à une phrase dont je me souvenais parfaitement, là, j'ai lu entièrement la 4ème de couverture pour m'apercevoir que j'étais en train de lire la suite d'un de mes polars préférés ever : L'île des chasseurs d'oiseaux (si tu veux tu peux lire ce qu'en avait pensé Delphine à qui je l'ai offert).

Et sans surprise c'est top. Mais ça ne se raconte pas. Lis les vite. Parce que la bonne nouvelle, c'est qu'une nouvelle suite vient de sortir. YOUPI.

La maison des sept sœurs, Elle Eggels *

librairie de paris,florent,marie laberge,le goût du bonheur,québec,livres,livre,books,reading,a week in winter,maeve binchy,replay,ken grinwood,le nao de brown,glynn dillon,you had me at hello,mhairi mcfarlane,l'atelier des miracles,valérie tuong cong,l'homme de lewis,peter may,la maison des sept soeurs,elle eggels,la maladie de sachs,martin winckler,venir au monde,margaret mazzantini

Avant l'été, je suis allée aider mes parents à remplir la bibliothèque flambant neuve du palier de leur maison. Du coup, à force de charrier des cartons et de ranger les bouquins, forcément, j'ai un peu fait mon marché et suis revenue avec quelques empruntés à ajouter sur l'étagère des "prêtés". Celui-ci je l'ai choisi parce que j'ai aimé la couverture, et le titre. Mais je n'ai pas accroché à l'histoire de cette famille de soeurs sans père ni mère qui tiennent la boulangerie du village. Chou blanc. Next.

La Maladie de Sachs, Martin Winckler ****

librairie de paris,florent,marie laberge,le goût du bonheur,québec,livres,livre,books,reading,a week in winter,maeve binchy,replay,ken grinwood,le nao de brown,glynn dillon,you had me at hello,mhairi mcfarlane,l'atelier des miracles,valérie tuong cong,l'homme de lewis,peter may,la maison des sept soeurs,elle eggels,la maladie de sachs,martin winckler,venir au monde,margaret mazzantini

Ce livre fait partie d'une moisson sur Amazon à mon retour de Cannes, après un dîner animé avec trois de mes amis, où nous avons chacun parlé de nos livres préférés. Ce genre de discussion qui te colle des envies de lectures pour tout de suite et que tu es à deux doigts de prendre la bouffe à emporter et de rentrer bouquiner, tu vois ? Dans les titres que j'avais retenu et que j'ai compulsivement acheté en ligne le soir en rentrant, il y avait la Maladie de Sachs, et c'est l'un des premiers que j'ai reçu, et lu dans la foulée.

Ce livre est super chouette, vraiment. C'est l'histoire un médecin généraliste, en Bourgogne. Je ne sais plus trop quel âge il a mais je dirais entre 30 et 40. La particularité de ce livre, en dehors de la vision qu'a Bruno Sachs de sa médecine, réside là encore dans le procédé de narration. Tour à tour, ce sont les patients qui nous parlent de lui et petit à petit les pièces du puzzle s'emboîtent. C'est un livre émouvant, touchant. J'ai vu qu'il avait été adapté en film à la fin des années 90 avec Albert Dupontel dans le rôle principal et j'ai très envie de le découvrir.

Venir au Monde, Margaret Mazzantini ***

librairie de paris,florent,marie laberge,le goût du bonheur,québec,livres,livre,books,reading,a week in winter,maeve binchy,replay,ken grinwood,le nao de brown,glynn dillon,you had me at hello,mhairi mcfarlane,l'atelier des miracles,valérie tuong cong,l'homme de lewis,peter may,la maison des sept soeurs,elle eggels,la maladie de sachs,martin winckler,venir au monde,margaret mazzantini

Quelle claque.
Dans mon iPhone j'ai un note toujours d'actualité où je compile les recommandations film / livre / musique que l'on me fait. Je ne sais plus qui m'avait parlé de celui-ci mais qui que ce soit, merci.
Ce n'est pas du tout le genre de livre que je choisirais seule. Et pourtant, j'aurais eu drôlement tort, alors je t'en parle, ok, mais c'est encore un peu frais je l'ai fini dans la nuit...
Déjà, l'écriture est blessée, dure, sans concessions. On suit une italienne Gemma, qu'on rencontre à Sarajevo puis qu'on va suivre chez elle à Rome ensuite. Elle est venue sur les traces d'un poète qu'elle aime (Andric) et forcément elle rencontre deux garçons là-bas, Gojko, un local qui deviendra son ami, et Diego, un italien (de Gènes) qui deviendra son mari.


Le livre commence à Rome, quand Gemma reçoit un coup de fil de Gojko qui l'invite à revenir car il y a une commémoration de la guerre avec une exposition des photos de Diego (dont on comprend qu'il est mort mais on ne sait pas comment). Elle décide d'emmener avec elle son fils Pietro (né là bas pendant la guerre au cours d'un des voyages de Gemma et Diego à Sarajevo). Le reste c'est les allers-retours du passé au présent, de la guerre à la paix, c'est la dureté des sentiments et de la vie, c'est l'obsession. Ce sont aussi les rebondissements qui jalonnent le livre et m'ont prise au dépourvu (au point de voler quelques bouts de nuit). Une histoire dure et crue. L'amour dans tout ce qu'il a de plus beau mais aussi de plus laid. Et l'éternelle question de l'enfantement et de la filiation. Il ne faut pas passer à côté.
Là encore, j'ai vu que l'adaptation cinéma était sortie, mais bizarrement je ne suis pas pressée, je doute de la capacité d'un réalisateur à reproduire le ton de l'auteure.

 

* Pardon my jeu de mots digne de la mauvaise traduction des titres d'épisodes de Friends, toi-même tu sais.

Les commentaires sont fermés.