Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2014

Mommy, cette claque d'amour

mommy,xavier dolan,anne dorval,suzanne clément,antoine-olivier pilon

Les films "claques", je te l'ai déjà dit, j'aime ça. Pourvu que l'émotion y soit juste, pourvu que je sente que ce n'est pas juste dur, comme gratuitement. Ici, Xavier Dolan frappe fort et nous offre l'amour dans tous ses états : manque, larmes, cris, sueur, oubli de soi... Le jeune prodige du cinéma canadien nous avait habitué à ses coups de gueules et de griffes sur pellicule. Son pedigree est plein de films qui bousculent, dérangent, émeuvent, bouleversent. Laurence Anyways et Tom à la ferme pour ne citer que les plus récents. J'ai vu le premier, et je dois avouer que si le propos et la réalisation m'ont plu, je suis restée sur le côté, spectatrice pas totalement embarquée, écoutant ma sœur renifler sur le siège d'à côté. Tom à la ferme, je l'ai raté, mais il est sur ma liste des films à voir.

Cette fois, Dolan monte encore un cran.
Pour la première fois de ma vie, je n'ai pas pu me lever quand les lumières se sont rallumées dans la salle du MK2, il y a plus d'un mois. Depuis, je cherche les mots pour t'en parler ici, depuis je sais qu'il faut que je trouve comment expliquer pourquoi ce film si dur si beau, on ne s'en relève pas tout à fait.

Et c'est pile pour ça qu'il faut aller le voir.


Déjà, et ça aussi je te l'ai déjà dit (forcément depuis 8 ans que je te raconte ma vie, je me répète), j'aime le Québec et je suis toujours contente de retrouver cet accent un peu lourd un peu trainant que j'aime tant.

Surtout je reconnais, sur l'affiche de l'invitation à l'avant-première par le Club 300 d'Allociné, mon actrice favorite Anne Dorval. Elle est avec Marc Labrèche la co-star du programme que je connais par cœur, le Coeur a ses raisons, sorte de version sous acide des soaps américains qui durent 30 ans...
Si tu ne connais pas, je te recommande, c'est bon pour le moral (et bien plus fin qu'il y parait).

Bref, Dolan + Dorval + le Québec, on part plutôt bien. Ajoute à ça Suzanne Clément, la révélation lumineuse et bouleversante de Laurence Anyways, et, juste avant de secouer, verse par-dessus le talent brut et la gueule d'Antoine-Olivier Pilon et nous voilà partis pour le film qui mérite tellement sa palme du jury du Festival de Cannes.

mommy,xavier dolan,anne dorval,suzanne clément,antoine-olivier pilon

mommy,xavier dolan,anne dorval,suzanne clément,antoine-olivier pilon

mommy,xavier dolan,anne dorval,suzanne clément,antoine-olivier pilon

Je n'ai pas envie de te spoiler le film. Je crois qu'il ne faut pas trop en savoir pour garder intactes l'émotion et la magie noire de ce film. Alors je te donne en vrac les raisons pour lesquelles il ne faut pas rater cette pépite.

Les femmes y sont fortes, et belles, malgré leurs défauts (ou peut-être justement à cause d'eux). L'amitié, l'amour filial, l'amour tout court sont bousculés, malmenés, renversés... Mais ils sont au centre du film.

Ce qui fait le plus mal (enfin ce qui a usé tous mes kleenex) bizarrement ce n'est pas la fin de l'histoire, mais bien l'un des moments les plus jolis et plein d'espoir...

Quand, après que tout le monde fut sorti de la salle, bien après la fin du générique ; quand enfin j'ai réussi à me lever et à m'enligner vers la sortie, j'ai emmené avec moi les personnages de cette tragédie moderne. Et il ne se passe pas un jour sans que j'y pense.

C'est dur, évidemment. C'est plié d'avance aussi, comme une tragédie grecque. Mais c'est si beau et juste que je pense qu'on ferait bien de tous le voir. Rien qu'une fois. Au moins.
Pour s'aimer un peu mieux, ou juste bien.

mommy,xavier dolan,anne dorval,suzanne clément,antoine-olivier pilon

mommy,xavier dolan,anne dorval,suzanne clément,antoine-olivier pilon

mommy,xavier dolan,anne dorval,suzanne clément,antoine-olivier pilon

mommy,xavier dolan,anne dorval,suzanne clément,antoine-olivier pilon

mommy,xavier dolan,anne dorval,suzanne clément,antoine-olivier pilon
Crédits photos ©SHAYNE LAVERDIÈRE

Je laisse les mots de la fin à Xavier Dolan, voici un extrait du dossier de presse du film pour la présentation à Cannes en mai 2014 :

"Depuis mon premier film, j’ai beaucoup parlé d’amour. (...)
Mais s’il est un sujet que je connaisse sous toutes ses coutures, qui m’inspire inconditionnellement, et
que j’aime par-dessus tout, c’est bien ma mère. Quand je dis ma mère, je pense que je veux dire LA mère en général, sa figure, son rôle. Car c’est à elle que je reviens toujours. C’est elle que je veux voir gagner la bataille, elle à qui je veux écrire des problèmes pour qu’elle ait toute la gloire de les régler, elle à travers qui je me pose des questions, elle qui criera quand nous nous taisons, qui aura raison quand nous avons tort, c’est elle, quoi qu’on fasse, qui aura le dernier mot, dans ma vie.
À l’époque de J’ai tué ma mère, j’avais voulu, je pense, punir ma mère. Seulement cinq ans ont passé
depuis, mais je crois bien qu’aujourd’hui, à travers Mommy, j’essaie maintenant de la venger. Allez comprendre."

Commentaires

Merci pour cette critique qui donne tellement envie de voir ce film. Je l'ajoute à ma liste.

Écrit par : Guillaume | 07/10/2014

Guillaume : my pleasure et bon film !

Écrit par : Mathilde | 07/10/2014

Les commentaires sont fermés.