Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/08/2013

La quecla

article_Stromae.jpg

Si tu ne l'as pas déjà fait, file écouter Racine Carrée, le dernier album de Stromae. Je me suis pris une vraie claque en l'écoutant lundi matin. À tel point que j'ai pris mes billets pour aller l'applaudir au Zénith, je veux voir ce que ça donne en live.
Je ne m'apesantis pas sur Papaoutai et Formidable qui ont déjà eu le temps de s'user dans mon iPhone cet été.
En revanche, je ne peux pas te laisser comme ça, avec juste une photo, si bien construite soit-elle. Alors je t'invite vivement à écouter mes deux autres coups de foudre de l'album : Carmen et Sommeil.

 

Le pari de mettre des vrais jolis textes coups de poings sur des musiques d'aujourd'hui est osé et, à mon avis, brillamment réussi. Bravo Maestro !

Ferré, Brel et les autres te remercient de prouver une fois de plus si besoin était que la chanson francophone a plus d'une corde à son ton arc. Et, du haut de mes écouteurs blancs et de mon compte iTunes, moi aussi je te remercie et te donne rendez-vous en avril au Zénith, donc.

31/05/2013

Parle à mon sweat

Il faut que je t'avoue un truc...
En plus d'un amour soudain des pois (sur à peu près tout de la jupe aux collants en passant par le foulard), je me trouve totalement dénuée de modération et pâmée d'amour devant les pulls/tee/sweats à messages qui fleurissent sur les étagères de mon armoire Ikea. Tout avait commencé il ya deux ans avec mes premiers tees Le Musique. Un pull marine informaticien sur Asos plus récemment et la semaine dernière, le drame. Viens, je te présente French Disorder*, la marque des sweats de nos vies.

La page FB m'avait déjà bien préparé à avoir envie de messages sur textile. Et sans surprise à l'ouverture de la boutique en ligne, j'ai craqué. Une petite précision : French Disorder a été notamment lançé par un de mes amis (coucou Cédric) ce qui ne m'empêche pas d'être objective (oui, en fringues aussi je suis chiante exigeante). Les sweats sont super bien coupés (attention ils taillent un peu petit), les débardeurs tombent comme j'aime et surtout la qualité est au rendez-vous, j'ai déjà lavé l'un de mes nouveaux sweats et tout va bien, rien n'a bougé.

Bref, je te recommande chaudement ces sweats/tees originaux et basiques, faciles à porter même au bureau (toute l'agence en veut maintenant, c'est malin). Je te présente ceux que j'ai choisi :

Capture d’écran 2013-05-31 à 17.38.04.png

Sweat Vague à l'âme ou bien lame de fond (parce que y'en a marre de la mi-saison)

Capture d’écran 2013-05-31 à 17.41.24.png

Débardeur Il est mort le soleil (pour mieux le voir revenir)

Capture d’écran 2013-05-31 à 17.38.56.png

Sweat de canaille (parce que non, Flo, je ne suis pas VIEILLE)

 

ATTENTION BON PLAN : Si tu as aussi envie de t'encanailler en 100% coton, de te la jouer années 80 du buste, n'hésite pas, tu as jusqu'à ce soir pour bénéficier de 15% sur ta première commande avec le code FRIENDS. Enjoy !

17/10/2012

Il faudra bien qu'on s'en parle

Un clip lumineux (rien de trop étonnant le nouvel album s'intitule Sunset), une chanteuse toujours aussi solaire, un texte juste et une mélodie qui reste en tête. La dernière chanson de Superbus me plaît. Elle parle d'eux et bizarrement je n'entends pas que ça. J'entends bien plus que ça. Cette chanson, ce clip appuient ailleurs et résonnent chez moi.

Ca me parle de nous. De ces dérives à portée de clics, de ce qu'on devient maintenant que les loups ne sont plus dans les bois, maintenant qu'on est grand et que les comptines on ne se les chante plus au coucher. Maintenant qu'on se les sert à toute heure et à tous les temps, qu'on se rêve plus que parfait dans un futur plus si proche du présent.

Maintenant qu'on se tient par la main de toutes les connexions possibles sans savoir se parler ou s'entendre ou même juste être là. Un commentaire vaut-il un sourire ? Un like un regard complice ? Combien de share pour un coup de téléphone ? Combien de RT pour se prouver qu'on compte ? Quel pagerank pour une soirée ensemble ?...

Je n'arrive toujours pas à trouver les mots pour te parler de ça, ici. Ma note sur le sujet est en brouillon depuis plus de 3 ans. Ridicule ? Pas si sûr. Elle viendra. T'inquiète. Elle mûrit. En attendant, écoute À la chaîne et tu auras déjà des indices.

07/06/2012

Festival du Film #Cannes2012

C'est hashtag à l'appui que je t'écris. Cannes, le Festival, toute cette pression, j'en suis revenue (comme dans la chanson).

Depuis Paris, j'ai vu le soleil se pointer quand j'étais loin de la plage, des photos de marches rouges, des gens badgés, des enpapillonés...
Et moi? J'ai passé 4 jours à bord du Festival du film 2012. J'ai vu l'affiche où Marilyn souffle les bougies dans toutes les boutiques de la rue d'Antibes. Mais pas que.

Alors, cette 65eme édition? Je t'en dis quoi ?

Lire la suite

15/05/2012

Festival de Cannes, 65ème prise

Les tapis rouges sont bien aspirés, les marches ont été révisées, les escabeaux sont prêts à s'enchaîner sur la Croisette pour permettre aux photographes et aux badauds d'être aux premières loges ; les Cannois disent au revoir au calme provençal de la ville. Si on était dans un western, les portes battantes du saloon s'ouvriraient sur une boule de feuillage emportée par le vent sur la terre battue.

Tu vois l'idée quoi.
Le Festival c'est demain. Dès demain matin, les paillettes, l'effervescence, les limousines, les palaces, les badges, l'efferalgan et le citrate de bétaïne, le champagne, la course aux accrèd', les invitations. La délocalisation du grand et du petit journal de Canal+, les People qui envahissent le Palais et les rues alentours.
Demain, mercredi 16 mai, c'est l'ouverture du 65 Festival International du Film. Happy Birthday Mister Festival ! Schhhh...

festival de cannes 2012, FIF 2012, cannes, 65eme festival de Cannes

Et, comme tous les ans, je vais aller chercher ma dose de rires et d'amitié le temps d'un week-end à la mer. J'en profiterai aussi pour me réchauffer aux projecteurs du star system et j'espère même attraper quelques rayons de soleil assez pugnaces pour me faire passer la journée sur ma plage préférée vautrée sur un matelas beige.

Cette année, je serai même cannoise juste à l'heure pour la sortie du film d'ouverture (Moonrise Kingdom que je vais rater à Cannes mais que j'irai voir en rentrant du coup). Le temps de sortir du TGV, de poser les affaires à la maison et hop direction les festivités sur la Croisette.

Météo France prévoit un temps instable à tendance humide (très) et orageux (un peu). Mon banquier croise les doigts pour qu'il n'en soit rien, on sait bien que s'il pleut je vais finir par arpenter la rue d'Antibes tous les jours. Et 4 jours avec une CB qui supporte mal la pluie dans LA rue commerçante de Cannes, c'est presqu'aussi sanglant qu'un bon gros western.

Bref, le Festival étant ce qu'il est, on ne peut jamais prévoir de quoi il sera fait tant quon y est pas. Ce que je sais : mon sac n'est pas une vache cette année (je suis pas peu fière), je vais retrouver plein d'amis, je vais forcément aller au moins une fois manger chez Vincent et Nicolas (mon resto favori de Cannes), je vais retrouver la Villa des Inrocks avec plaisir et en supermégabonus y voir Gossip en live (merci Céline), je vais croiser les doigts pour tomber sur Tim Roth (Awwww), je vais éviter de me jeter toute habillée dans une piscine (ahem), je vais découvrir le Château des Cercles et ne raterai aucun des  rendez-vous quotidiens en live de "Cannes I Come" by Premiere, je vais passer mes nuits à danser sur les sets des People au 3.14 (le seul palace où les boules à facettes sont dans les toilettes!) et mes aprems à profiter de la Villa Schweppes juste en face.

Je sais aussi que cette année je n'ai ni accréditation, ni invitation pourtant j'ai super envie de voir presque tous les films d'Un Certain Regard et j'attends avec impatience quelques-uns de ceux en compétition officielle (notamment le Audiard, le Cronenberg, le Salles, le Kiarostami). Je suis quitte pour  passer des heures à l'UGC des Halles en rentrant !

Voilà ce que je sais.

Le reste, il va falloir que je patiente un peu pour le savoir. Et je te raconterai, si tu es sage. 
Si toi non plus, tu ne veux rien manquer de Cannes, connecte-toi sur "Cannes I Come" sur G+ et tu suivras le meilleur de Cannes en live. Du cinéma bien sûr, mais aussi de la musique de la mode et des People : pendant 10 jours suis en exclusivité les chroniqueurs dans les coulisses du FIF. Tu sauras tout comme si tu y étais ! Les 2 rendez-vous quotidiens à ne pas manquer : 12h30 et 18h30.

En attendant l'ouverture officielle, je vais finir mon sac. Bon grand week-end à toi !


Pour lire les épisodes des éditions précédentes c'est par là : 2007 / 2008 / 2009 / 2010 (bon ok, mea culpa, cette note-là est enocre en brouillon (oups) / 2011 

26/01/2012

Detachment by Tony Kaye

images.jpegIl y'a des films "claques", comme un uppercut, des qui se cognent contre toi avec toute la beauté de cette violence-là. Avec un hyper-réalisme au bord de la catastrophe. Dans cette catégorie, la dingue de listes que je suis range La journée de la jupe et Tout est parfait entre autres.


Il y'a des films chouettes qui parlent de relations humaines. Des familles hallucinantes, des tribus un peu beaucoup passionnément... psychotiques noyées dans leurs schémas, souvent ça tient à un regard de réalisateur, à une complicité entre acteurs... Là, dans mon top personnel on trouve Darjeeling Unlimited (tout à la fois drôle et touchant), Les petits mouchoirs et bien d'autres.


Il y'a des films tristes, des qui te tordent les cordes vocales et te nouent gorge et tripes. Où résonnent des tragédies grecques dès les premières scènes. Ici, je range Une séparation, Gran torino, Match point et Dans ses yeux.


Il y a des films étonnants, où les acteurs irradient où tout est esthétisme où la gorge se serre aussi parfois. Des qui doivent te laisser le temps de les intégrer, de les digérer. Pour qu'enfin un matin (ou un soir), tu en sois sûr. Ces films-là tu les as aimé. Mieux que les mots ne peuvent le dire.
Dans cette dernière catégorie, j'ai rangé M. Nobody. Après avoir laissé filer 3 semaines et quelques dodos, c'est justement la place que j'ai décidé de donner à Detachment.

Lire la suite

10/01/2012

Alors je prie, Dieu me pardonne

Étonnant. Je ne suis pas fan d'Émilie Simon, loin s'en faut. Pourtant j'ai laissé spotify m'influencer et j'ai écouté Franky Knight, son dernier opus.

Un charme désuet et une vraie originalité contemporaine se cachent dans ce dernier album. Le single, Mon Chevalier me plaît particulièrement. Est-ce la musique petite valse entêtante ? Est-ce la voix perchée sur un fil ? Est-ce la prière ?
Qui, comme Gepetto avec son pantin en bois, donne vie à une balade sur fond d'orgue de barbarie. Une balade où l'on se surprend à guetter le happy ending, le bruit des sabots qui reviennent, un peu...

Un joli moment suspendu. Et il n'y en a pas tant pour qu'on se permette de cracher dessus.

24/12/2011

Joyeux Noël

Je vais pas te faire une dissertation, tu risquerais de rater la dinde...


Juste : je te souhaite de bonnes fêtes.
Ris, chante, bois, éclate-toi le bide, toussa. Prends des photos et allume toutes les loupiotes du sapin aussi. Et éteins bien les braises dans la cheminée pour le monsieur à barbe blanche surtout. Joyeux Noël quoi !

photo-1.JPG

photo.JPG

photo-3.JPG

photo-2.JPG
(et pour fêter ça quelques snapshots de ma toute petite maison à l'heure de Noël)