Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2011

Absolut pureté, une pure idée

Mercredi dernier j'ai eu la chance de découvrir en avant-première l'affiche publicitaire de la nouvelle Absolut. Une Absolut Pureté qui démontre d'emblée son côté pur en s'événementialisant grâce à une affiche sans peinture, sans encre. L'artiste qui a réalisé cette prouesse est allemand, Simon Schubert (l'histoire ne dit pas s'il y a un lien avec le compositeur).

La bouteille est très réussie, et ce n'est pas une surprise, les suédois sont forts en packaging, mais l'affiche est assez bluffante je dois dire. Je te laisse décourvir (et aller la voir en vrai à partir du 14 décembre sur l'un des abribus près d'Opéra à Paris).

En attendant, voici une preview, mais en vrai c'est encore mieux.

ABSOLUTPURETÉ vue par SIMON SCHUBERT .jpg

Merci ma bonne fée de Spöka, tu as fait des merveilles une fois de plus (et bravo pour le service chauffeur surtout). Et n'oublie pas, petit lecteur, toute la partie où il est question de consommer avec modération hein.

27/09/2011

SING OFF 100% vocal te fait chanter avec ta télé !

Sur le papier, un nouveau télé crochet en prime time a de quoi faire envie à la fan du genre que je suis. Même après l'essoufflement induit par des saisons de moins en moins (en)chantées et de plus en plus réalito-scénarisées des chaînes concurrentes. Et pourtant comme le dit Eric dans son article sur le plus, le pitch de SING OFF 100% vocal est alléchant, reste juste à accrocher in vivo.

sing off france,sing off 100% vocal,les bcbg,tales of voices,tetes de chien,cinphoniq,starling,france 2,spoka
Alors ? Alors grâce à ma bonne fée de chez Spöka (merci encore) j'ai assisté au premier enregistrement le lundi 19 septembre et j'ai beaucoup aimé. J'ai vibré, applaudi, frissonné. À tel point que j'ai organisé une soirée télé avec des potes amateurs de belles voix et nous avons livetwitté ensemble samedi soir pour la diffusion du premier prime. Viens je te raconte pourquoi il ne faut pas que tu rates ça.

Lire la suite

11/08/2011

Le Mini Palais a tout d'un grand resto

Hier je déjeunais en famille. Et ce fut l'occasion de tester la nouvelle adresse chic et so glam du tout Paris : le Mini Palais. Mini, sans doute pour la filiation docile à ses grands cousins musées (le Petit et le Grand Palais).

Le tout petit dernier cache bien son jeu, dissimulé à l'arrière du Grand Palais, son entrée fait face à la Seine et sans les grandes statutes de l'édifice on pourrait croire une brasserie hype comme les autres... (tu noteras BIEN le conditionnel hein)

mini palais,paris,restaurant,terrasse

Donc j'arrive dans un grand (GRAND) hall, où de jeunes personnes souriantes m'accueillent (c'est le moment de montrer patte blanche et de dire à quel nom ta table a été réservée). Je suis le jeune homme jusqu'à la jolie table en terrasse, de sol y sombras* comme dirait les aficionados d'arènes, et  je consulte le menu.
Déjà, à voir le nom du chef Eric Fréchon et celui de son chef exécutif (WTF?!) Stéphane d'Aboville, je me colle la chanson de Cat Stevens dans la tête direct. mais peut-être qu'il n'y a qu'à moi que ça fait ça?...

mini palais,paris,restaurant,terrasse

À peine le temps de choisir ce qu'on a envie de manger que la serveuse est là, tout sourire avec des gougères au comté 1ère classe en guise de bienvenue. Suivent un panier à pains bien rempli et un beurre qui n'a rien à envier au fameux beurre Echiré.
Là, il est très important de ne pas se laisser déconcentrer pour faire son choix dans la carte mêlant tradition, saison et exotisme.

mini palais,paris,restaurant,terrasse

Nous sommes venues tester. Nous prenons donc une entrée à partager. Un tartare de tomate verte avec une bruschetta provencale et du parmesan et un sorbet basilic. Super joli, cette entrée est légère et bonne, une ouverture d'appétit idéale et fraîche juste après la gougère.

mini palais,paris,restaurant,terrasse

Ensuite, été oblige, j'ai choisi un St Pierre Roti avec tomates assaissonées et roquettes. Il est servi avec des pensées (que je n'ai pas osé manger). La présentation est super soignée et me rappelle les rares restos gastronomiques où je suis allée. Le poisson est cuit parfaitement, comme je suis incapable de le faire chez moi et l'assaisonnement, la sauce sont parfumés et délicats.

mini palais,paris,restaurant,terrasse

Après tout ça, bien arrosé de St Pellegrino et de discussion sur les vacances, je n'ai plus très faim, je dois bien te l'avouer. Mais testeuse jusqu'auboutiste, j'accepte de partager la surprise du chef, un dessert dont j'ai oublié le nom mais qui peut se partager et qu'on a vu passer en début de repas en version pour 4. Nous prenons donc une version pour une personne. Des fraises, des fraises tagada, de la chantilly et des meringues maison, des biscuits aux pépites de chocolat et de la glace vanille. Yum. Bon. Mais je n'ai pas vraiment fait honneur, je n'avais plus de place !

Bref, un bel endroit, un bon repas. Un bon moment comme une parenthèse de vacances dans cette semaine d'août parisienne. Je te le conseille plutôt pour le soir et les grandes occasions, ce n'est pas donné, mais ça vaut le coup !

mini palais,paris,restaurant,terrasse

* ce qui signifie que la table est exposée pile poil, mi ombre mi soleil

06/06/2011

I need to know if I'm needed

Elisa Tovati vient de sortir son deuxième album Le syndrôme de Peter Pan. Le premier single, qui a donné son titre à l'album, a été écrit par Bertrand Soulier, dont je pense le plus grand bien. Et le fameux syndrôme pourrait bien être le mal de ma génération, autant d'indicateurs de choix pour me convaincre d'écouter avec attention l'album sur Spotify.

Et voici Il nous faut,le dernier single dans les bacs, dans la grande tradition du duo bilingue qui claque pour lancer un album. Mission réussie !

31/05/2011

Mercurochrome, un ami qui veut du bien à tes pieds

(et ouais, ça c'est du titre, mais ne te sauve pas y'a du concours plus bas)(et puis tu as échappé à "Parlons peu, parlons petons" donc bon...)

mercurochrome podologie, nouvelle gamme, mercurochrome, loheem, concours photos, pieds
On est déjà passé au rythme estival depuis quelques semaines, la météo ayant décidé de nous offrir une preview bien agréable. Au programme de ces journées ensoleillées : gambettes à l'air, crème solaire mini format dans le sac pour le déjeuner en terrasse impromptu, apéro à rallonge sur les trottoirs exposés, etc.

Ca veut dire aussi qu'on a fini de tout se chambouler l'armoire pour remettre les fringues, accessoires et chaussures d'été au premier plan. Mais qui dit chaussures d'été dit jolis pieds d'été aussi. Et ça ne passe pas que par le vernis color block du moment.

Lire la suite

22/05/2011

Les mots de ma semaine : "Je peux pas ce soir, j'ai..."

photo (1).JPGLa semaine qui se termine a été drôlement (bien) remplie. Tellement que mon frigo, lui, est resté désespérément vide depuis que je suis rentrée de Cannes. Rien à manger en rentrant le soir tard de mes pérégrinations culturelles, rien pour accompagner le thé du matin.

Cette semaine fut donc la semaine du détour au Starbucks de la Place de Clichy tous les jours pour ne pas arriver au bureau le ventre vide. Ce fut aussi l'occasion de faire en cinq soirée le tour du cadran de tout ce que Paris offre de sorties pas que culturelles.

Le dernier Terence Malick, l'Olympia, le théâtre de l'Odéon et même le plateau d'X-Factor, viens, je te raconte ma semaine.

Lire la suite

11/05/2011

Cannes, épisode 64

03C003C004175878-photo-l-affiche-du-64eme-festival-de-cannes-2011-e1302776825575.jpg

Comme chaque année, il y aura "ceux qui y vont" et "les autres". Ce soir s'ouvre le 64ème festival de Cannes, un jury prometteur présidé par De Niro et luminescent en Uma Thurman et Jude Law. Une maîtresse de cérémonie qui a de la chance que je l'aime bien parce qu'on frise l'overdose de Mélanie Laurent en ce moment entre actu album, actu cinéma et actu Cannes donc.

Au rayon des immanquables : les soirées partagées entre les hauts lieux habituels : le VIP de Jean-Roch installé au Palm Beach, ou la Terrazza Martini et les nouveaux très attendus comme la Villa des Inrocks. À Cannes pour vivre heureux, il s'agit de vivre badgé, listé et photocallé...

Cette année, comme les précédentes, je serai au rendez-vous pour un week-end aux accents RP mais où il s'agira surtout de profiter des potes, de la plage et de mes restos cannois préférés.

Joyeux Festival du Film !

Capture d’écran 2011-05-11 à 11.46.20.png

Cannes - Gittery surface au VIP - mai 2010

19/04/2011

J'ai couru comme dans un rêve

la compagnie des sans cou, j'ai couru comme dans une rêve

La Compagnie des Sans Cou a encore frappé. Juste. Et fort.

Je commence à bien connaître cette compagnie de passionnés du verbe et des gestes (le cousin d'une de mes plus proches en fait partie). L'année dernière ils jouaient Masques et Nez, au Studio 13, un spectacle d'improvisation très très bien (qu'ils emmènent d'ailleurs à Avignon en juillet). Je ne t'en avais pas parlé car j'ai assisté à la dernière parisienne, mais si ça repasse par Paris, faut pas le rater, c'est top.

Cette fois, je prends sur mon temps de pause déj pour que tu ne rates pas leur dernière pièce. J'ai couru comme dans un rêve est une création collective de la compagnie, tous les comédiens sur scène et le metteur en scène ont donné leur avis. Sur l'histoire, les personnages, les transitions... (imagine le processus de tours de table animé !)

Alors, je ne vais pas te dire de quoi ça parle, parce que ce serait réducteur. C'est vraiment comme un rêve de nuit agitée. Avec des moments drôles, des moments émouvants, des moments où la gorge se serre si fort qu'on ne sait plus bien si l'on respire encore. La salle de l'Atalante est très petite. Rectangulaire. On est donc au plus près des acteurs. Ils ne pourraient pas jouer faux. Et ça tombe bien, ils sont super justes.

Les personnages sont étonnants. Beaux et attachants tous à leur manière. Cassés. Malmenés. Durs. Flippés. Il n'est pas question de caricature, mais bien de relations humaines. De destin aussi. De famille surtout. Ils forment une famille comme on en connaît plein, une de coeur. Une qui grince et qui tire mais qui réchauffe surtout.

Sur le déroulé de la pièce, que te dire ? C'est décousu, comme la vie. Les passages écrits alternent avec les moments d'improvisation chère à la troupe. Ca chante, ça danse, ça raconte des histoires avec la voix de Clint Eastwood...

À l'arrivée, je garde un de mes meilleurs souvenirs de théâtre, intense et habité. Je suis sortie un peu vacillante, avec le besoin d'un moment avant d'en parler. Après, plus tard, autour d'une bière j'ai pu mettre des mots et analyser ce qu'il y avait de grec (comme les tragédies de l'époque) de contemporain et résolument français. Et j'ai su qu'il faudrait que j'y retourne vite pour prendre un autre shoot de ce petit truc en plus qui signe les pièces réussies.

--------------------------------

Distribution

Clément Aubert
Romain Cottard
Paul Janson
Eléonore Joncquez
Arnaud Pfeiffer
Esther Van Den Driessche
Frédéric Van Den Driessche

Représentations

jeudi 21/04 20h30
vendredi 22/04 20h30
samedi 23/04 15h (c'est le bon plan y'a personne) et 20h30
dimanche 24/04 17h
lundi 25/04 20h30

Astuce : c'est en placement libre alors arrive un peu en avance

L'Atalante Théâtre
10 place Charles Dullin 18e
Réservations 01 46 06 11 90
(environ 20€ tarif normal / 15€ tarif réduit)