Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2007

Je te laisse les clefs

cb765f08e7c32cad7eb5d59fdb3735dd.jpgParce que là, moi, tu vois, je suis en train de me préparer psychologiquement à partir en vacances, avant ça faut que je prépare mon sac (tout va bien, j'ai une liste, t'as cru que je débutais ?) que je m'assure de rien oublier genre passeport, billets, tout ça. Après des semaines éprouvantes, je les attends ces vacances, et voir Sara aussi, parler anglais, m'essayer encore au Gallois (et échouer misérablement mais c'est drôle).

Et faire du shopping... Si. parce que je suis une fille, une vraie. Et que même le shopping, la vie des marques que j'aime c'est un peu mon dada. D'ailleurs à mon retour, je revisite les catégories et j'ajoute un zeste de truc ici et un schouille de chose là, pour que tu te rendes bien compte...

Et aussi, dormir, écrire un peu pour moi juste. Pour revenir en pleine forme. Prête à clôturer cette première saison des picnics du jeudi le 23/08, avec un soleil de folie, jardin du carroussel, avec des gens de toutes les couleurs, mais sans tortue puisque manqueront ceux qui nous l'ont inspirée. Au rayon des absent parce qu'en vacances, on comptera celui qui assura tout l'été la hotline des bannières multicolores.

Rendez-vous le 23 !

12/07/2007

Voeu exaucé !

Je pars demain pour un mini break dans le sud. Mon papa a eu pitié de moi et m'offre l'aller retour. un week-end en famille et pour voir aussi copine, bien sûr. Et plage, mer, soleil, soleil, soleil...
Ouééé.
Trop de la chance.

ps : si je demande la lune sur mon blog, tu crois qu'UPS me la livre demain matin ??...

28/05/2007

Comme promis

Alors on va faire bref, parce que sinon, je ne m'en sortirai jamais... Cannes, donc.
Sortie du train avec plus d'une heure de retard (la SNCF est en passe de devenir ma meilleure amie de la vie), et non sans avoir réclamé à corps et à cri l'enveloppe de remboursement, me voilà devant la gare de Cannes, mon sac énorme (pas pu choisir) sur l'épaule.

Un coup d'oeil au portable et j'apprend que Copine m'attends en face dans un troquet, le nez dans un café fort pour oublier qu'il est 7h du mat. Je la rejoins, et malgré l'heure matinale, on lève les bras, on se congratule sur les têtes du matin qui vont bien, lalala. Et hop, ça sent les vacances. Même si pas dormi de la nuit car papoté avec petit Charles, même si juste 3 jours et pas 2 mois de vacances... Peut importe. Le soleil brille, les rues sont vides (sûrement rapport à l'heure), et on est bien.

On rentre à la maison de copine, chuuut faut pas réveiller coloc qui dort, tiens des chiens, des chats, tiens fort boyard (ta tata ta tata tatatatata...), hop un café sur la terrasse magique, au soleil. Un déj en famille (mes parents étaient à cannes aussi) sur la plage à la mode de ce 60ème festival, l'Annex, où la sole délicieuse coûte juste le prix d'un billet de train...

Retour (un peu azymutée, toujours pas dormi) à l'appart de Folie, hop, raté Eric déjà reparti bosser, mais justement pile le temps pour petite sieste réparatrice... retrouvailles à 3 au réveil de sieste, trop bien, on peut dire 4 avec le soleil... hein. Et le soir apéro et dîner avec les amis de copine et nous, Madame Princesse et Stéphane, puis dîner. La nuit, avant de rentrer, passage par la plage pour humer et goûter la mer du doigt de pied, hum trop bonne, hum sent trop bon, hum vacances...

Les jours d'après sont tout à la fois passés trop vites et super remplis ! Des soirées improbables : des pots sur le trottoirs, au bar du Martinez, des rencontres inattendues : de coloc dans le couloir de qui je court tous les matins en tongs, à patriiick à qui on vole une chaise, sans oublier mon Javier qui me vole une heure (sourire béat), des matelas au soleil et des brasses coulées jusqu'à la bouée, des "petits cons" qui jouent des rp, les gros fous rires des amis qui nicassent, un langage presque codé à la limite du supportable,...

Tout ça. trop bien, vite. Encore.

ps : comme d'hab les liens marchent pas, je les mets de chez moi dès que je pense...lalala

update : j'y ai pensé...

16/05/2007

Break

Demain matin je me réveille à Cannes... ça laisse rêveur, on tient le bon bout les copains, demain on se fouille :)

30/11/2006

Week-end à Londres

medium_B00009R62U.02.LZZZZZZZ.2.jpgCe week-end, j'emmène ma maman à Londres, elle qui n'est jamais allée en Angleterre et qui adore voyager. On va se faire la tournée des touristeries pour elle et le plein de shops pour moi !!!
Evidemment, j'ai des listes de thés longues comme le bras à ramener, la tube map dans la poche, les cartes mémoires de mon appareil vidées prêtes à s'emplir de clichés souvenir (en français dans le texte!). Ne me manque que le A-Z (plan détaillé de Londres par quartier) que je prendrai à l'arrivée à Waterloo.

J'aime cette ville, toute bourrée de monde qu'elle soit, toute super chère... tant pis je l'aime quand même et les anglais sont tellement... anglais. Après une grosse dizaine de périples, je commence à connaître les subtilités de la ville et de ses habitants. Ce qui ne m'empêche pas de bouquiner religieusement les nouveaux guides chez WH Smith, rue de Rivoli. Comme cette fois nous ne restons que deux jours j'ai limité les transports inutiles et nous ai concocté un programme avec culture gé et découverte le matin, balade (avec un seul l, merci Oderik :]) pittoresque et shopping l'aprem. Pour les repas, je vais initier ma mère au fameux fish and chips. Mon amie Galloise qui a vécu à Londres m'avait vanté le fisch and chips comme étant, je cite "du poisson et des pommes de terre bouillies". ca m'a vacciné. Mais la dernière fois, j'ai vu son plat et j'ai gouté, en fait ça va, c'est même pas mal !!

Bien sûr le dimanche, ce sera high tea à l'Orangery... quand même !!

Hâte ! Déjà mes rêves sont in english... Et pour me mettre dans le bain j'en profite pour découvrir (merci Héloïse)Everyone worth knowing le dernier opus de Lauren Weisberger (auteur du fameux Devil wears Prada) qui est pas mal du tout !! même si je le lis pas si vite que les bouquins en français, hein, forcément !!

20/11/2006

A eux de nous faire ****

medium_sncf.jpgPréférer le train. 
Qu'ils disent.
Une bien jolie signature de marque, ça, hein. mais faudrait voir à pas tendre le bâton, comme dirait mon Fred (qui trouvera la suite de ce dicton populaire ?!).

Que je vous raconte... Vendredi je devais donc rallier la ville de province où vivent mes parents, une bourgade bien chamarrée, dans l'Aube. Un voyage pas franchement compliqué, un trajet d'une heure et 15 minutes entre la gare de l'est et celle de Romilly les Chaussettes. Mais c'est sans compter sur la SNCF. Ah. La SNCF.
Une bien belle invention. La SNCF et son personnel naviguant, et ses trains, et ses horaires de trains, et ses garanties...
Vous voyez, quoi.

Bon bah, autant ne pas vous teaser plus longtemps, elle et moi on n'est plus du tout copines. comment vous expliquer en faisant court. Vendredi donc. J'arrive gare de l'est vers 19h40 et j'achète mon billet pour le train de 20h12. Déjà, comme je suis passée de l'autre côté des réduc (celui où, en plus d'être plus vieille mais pas assez, t'en as plus, de réduc) je râle de laisser 18€ à la boîte jaune pour juste rentrer voir mes parents. Bref.

La petite dame de la voix de la gare annonce vers 20h que justement mon train, il s'est pris une bête (on n'en saura pas plus quant à la nature de bête vache, sanglier, moustique, la police ne s'est toujours pas prononcée... Pffffff) et que du coup ledit train aura un temps de retard "impossible à évaluer pour le moment" -sic-. Ca ça veut dire, que tu peux en avoir pour 20 min ou deux semaines d'attente. Je vous passe les détails mais après dans le désordre : m'être fait rembourser le billet, avoir attendu dans le vent des heures,  avoir rencontré/retrouvé des gens sympas,avoir repris un billet, avoir assisté à une bagarre musclée, avoir vu les flics débarquer, avoir dû changer 2 fois de trains, s'être tapé la gare en long en large et en travers... J'ai fini par arriver dans cette p*** de ville aux alentours de minuit et demi.
Si, j'oubliais, on sera pas remboursés hein, c'est une bête, c'est pas leur faute.

Maintenant c'est promis, je ne dépasse plus le périph. C'est fini.