Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2013

Me and my head high and my tears dry

Je ne regarde plus Taratata en live comme je le faisais il y a une grosse dizaine d'années. Pourtant, je suis de près l'appli iPhone de l'émission et me régale la plupart du temps des duos improbables que j'y trouve. Parmi les derniers que j'ai découvert, cette reprise d'Amy Winehouse par Amandine Bourgeois et Bernhoft (dont je t'ai déjà parlé) est un vrai joli moment.

Sur ce, bonne fin de lundi et bon TopChef !

20/03/2013

Then it's hard to tell who's kind, they do look alike

Parce que ça fait des lustres que je ne suis pas venue me déshabiller les pensées ici.
Parce que ce n'est pas faute d'avoir des choses à te dire. À leur dire.
Parce qu'il semblerait que moins je t'écris, moins je sais le faire.

Et pourtant (comme disait Aznavour) parce que l'envie est toujours là, je reviens, et je recommence en douceur, en musique, en acoustique avec une chanson souvenir bittersweet (sortie en 2006, entrée dans ma vie en grande pompe en 2009), mais que j'aime quand même. Please welcome Phoenix with One Time Too Many :

Et puisque le clip by La Blogothèque nous fait faire un tour de Paris, j'en profite pour t'annoncer que dès aujourd'hui tu peux t'offrir 5 saisons à Paris LE guide indispensable pour vivre ou juste passer par ici. Il est signé Deedee, recèle plein d'adresses secrètes d'initiés et c'est un must (et je ne dis pas ça parce que c'est mon amie)(ni parce que j'adore Paris).

5 saisons à paris,deedee,delphine desneiges,phoenix,one time too many,message personnel,bittersweet

Joyeux printemps et surtout joyeux anniversaire Maman !

19/11/2012

I wanna make you hate me then change your mind

Depuis que les jours n'en finissent plus de raccourcir, la marmotte en moi passerait bien tout son temps d'éveil vautrée sous une couette devant la télé. Parce que je ne peux pas vraiment faire ça la semaine, il est des dimanches de novembre où je ne me gène pas. Surtout juste sortie de la crève grippale de saison.

Ces dimanches-là, je pioche dans les étagères à DVDs autant que dans les grilles de programmes de la TNT. Et parfois, quand tout n'est que rediff, junk-real-TV et match de foot, je succombe à l'appel de la VOD notamment sur le channel Sundance dispo via numéricable.

C'est comme ça que j'ai regardé des films dont je n'avais pas (ou trop peu) entendu parler comme Another Happy Day (pas mal du tout), The Art of Getting By (pas dingue) et The Romantics.

C'est dans ce dernier que j'ai découvert la chanson que je te propose de découvrir aujourd'hui. We can't be friends de Lorene Scafaria ne m'a toujours pas lâché, bien après avoir vu le film (que j'ai beaucoup aimé donc)(le film)(mais la chanson aussi)(bref).

17/10/2012

Il faudra bien qu'on s'en parle

Un clip lumineux (rien de trop étonnant le nouvel album s'intitule Sunset), une chanteuse toujours aussi solaire, un texte juste et une mélodie qui reste en tête. La dernière chanson de Superbus me plaît. Elle parle d'eux et bizarrement je n'entends pas que ça. J'entends bien plus que ça. Cette chanson, ce clip appuient ailleurs et résonnent chez moi.

Ca me parle de nous. De ces dérives à portée de clics, de ce qu'on devient maintenant que les loups ne sont plus dans les bois, maintenant qu'on est grand et que les comptines on ne se les chante plus au coucher. Maintenant qu'on se les sert à toute heure et à tous les temps, qu'on se rêve plus que parfait dans un futur plus si proche du présent.

Maintenant qu'on se tient par la main de toutes les connexions possibles sans savoir se parler ou s'entendre ou même juste être là. Un commentaire vaut-il un sourire ? Un like un regard complice ? Combien de share pour un coup de téléphone ? Combien de RT pour se prouver qu'on compte ? Quel pagerank pour une soirée ensemble ?...

Je n'arrive toujours pas à trouver les mots pour te parler de ça, ici. Ma note sur le sujet est en brouillon depuis plus de 3 ans. Ridicule ? Pas si sûr. Elle viendra. T'inquiète. Elle mûrit. En attendant, écoute À la chaîne et tu auras déjà des indices.

11/09/2012

Giving substance ever more

Une chanson qui nous vient des années 70. Avec un chanteur qui s'il fait bien son âge, fait aussi drôlement bien son job.
C'est une jolie balade un peu folk, un peu brumeuse, plutôt romantico-désenchantée. C'est dans l'album de la BO des Petits Mouchoirs que je l'ai découverte au hasard du shuffle de mon iPod sur la plage.

Et elle reste l'une de mes chansons de cet été. Moins pour ce qu'elle dit que pour ce que la mélodie me fait éprouver. Un mélange de nostalgie de l'été, de souvenir de jeunesse et d'émotions mêlées.

Alors puisque le couvercle gris s'est remis sur Paris, puisqu'il a plu sur mes boucles à la pause déj, puisque New York c'est dans 10 jours, je nous offre un petit shoot de douceur venue d'ailleurs.

20/08/2012

Revenir du Sud

Déjà presqu'un mois que je suis revenue de vacances. Je crois qu'on peut parler de rentrée consommée quoi. Pourtant je n'ai pas encore pris le temps de venir te dire comment je vais, de prendre de tes nouvelles, tout ça.

Il faut dire que j'ai pris le large...

photo(6).JPG

Lire la suite

09/05/2012

But my mind holds the key

Je dois t'avouer que je ne connais que très mal Peter Gabriel, mais j'ai découvert cette sublime reprise d'Arcade Fire My body is a cage hier soir, devant House. Cette version orchestrale et à la fois épurée m'a beaucoup plu. Merci les séries US de nous mitonner des BO aux petits oignons pour continuer de remplir nos iPods (et d'enrichir iTunes).
Bref, je te fais (re)découvrir ce titre, pour le plaisir et aussi un peu pour oublier que ce mercredi de mai ressemble à s'y méprendre à un lundi de novembre.

Et aussi, sache que j'ai plein de billets de retard, alors si je trouve le temps, il se pourrait que je te raconte vite (genre avant l'été) le concert MAGIQUE d'Imany à l'Olympia en avril et ma semaine à New York aussi. A vite.

21/03/2012

Because a vision softly creeping

Le fait que je n'ai pas envie de faire de ce blog une tribune politique ne m'enlève pas le devoir droit de faire une exception.

Je ne vais pas revenir sur l'aspect sensationnel des récents évènements dans le sud ouest de la France (ni sur le fait qu'il ne s'agit que de la partie émergée d'un iceberg que nous feignons tous n'avoir pas vu...). J'ai simplement envie de rappeler qu'à la base on n'est pas là pour s'entretuer. Et que si Dieu existe, de quelque bord qu'Il soit, je pense que maintenant c'est le bon timing pour ranger Sa chambre, et envoyer au coin ceux qui le méritent. Et s'Il n'existe pas ou s'est lassé de réparer nos horreurs erreurs, qu'un homme s'avance (avec ou sans rose à la main) et soit de taille à nous montrer un autre chemin.
Parce que ça suffit.

Et aussi faisons-nous du bien et taisons-nous un peu, pour voir.