Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2012

Festival du Film #Cannes2012

C'est hashtag à l'appui que je t'écris. Cannes, le Festival, toute cette pression, j'en suis revenue (comme dans la chanson).

Depuis Paris, j'ai vu le soleil se pointer quand j'étais loin de la plage, des photos de marches rouges, des gens badgés, des enpapillonés...
Et moi? J'ai passé 4 jours à bord du Festival du film 2012. J'ai vu l'affiche où Marilyn souffle les bougies dans toutes les boutiques de la rue d'Antibes. Mais pas que.

Alors, cette 65eme édition? Je t'en dis quoi ?

Lire la suite

15/05/2012

Festival de Cannes, 65ème prise

Les tapis rouges sont bien aspirés, les marches ont été révisées, les escabeaux sont prêts à s'enchaîner sur la Croisette pour permettre aux photographes et aux badauds d'être aux premières loges ; les Cannois disent au revoir au calme provençal de la ville. Si on était dans un western, les portes battantes du saloon s'ouvriraient sur une boule de feuillage emportée par le vent sur la terre battue.

Tu vois l'idée quoi.
Le Festival c'est demain. Dès demain matin, les paillettes, l'effervescence, les limousines, les palaces, les badges, l'efferalgan et le citrate de bétaïne, le champagne, la course aux accrèd', les invitations. La délocalisation du grand et du petit journal de Canal+, les People qui envahissent le Palais et les rues alentours.
Demain, mercredi 16 mai, c'est l'ouverture du 65 Festival International du Film. Happy Birthday Mister Festival ! Schhhh...

festival de cannes 2012, FIF 2012, cannes, 65eme festival de Cannes

Et, comme tous les ans, je vais aller chercher ma dose de rires et d'amitié le temps d'un week-end à la mer. J'en profiterai aussi pour me réchauffer aux projecteurs du star system et j'espère même attraper quelques rayons de soleil assez pugnaces pour me faire passer la journée sur ma plage préférée vautrée sur un matelas beige.

Cette année, je serai même cannoise juste à l'heure pour la sortie du film d'ouverture (Moonrise Kingdom que je vais rater à Cannes mais que j'irai voir en rentrant du coup). Le temps de sortir du TGV, de poser les affaires à la maison et hop direction les festivités sur la Croisette.

Météo France prévoit un temps instable à tendance humide (très) et orageux (un peu). Mon banquier croise les doigts pour qu'il n'en soit rien, on sait bien que s'il pleut je vais finir par arpenter la rue d'Antibes tous les jours. Et 4 jours avec une CB qui supporte mal la pluie dans LA rue commerçante de Cannes, c'est presqu'aussi sanglant qu'un bon gros western.

Bref, le Festival étant ce qu'il est, on ne peut jamais prévoir de quoi il sera fait tant quon y est pas. Ce que je sais : mon sac n'est pas une vache cette année (je suis pas peu fière), je vais retrouver plein d'amis, je vais forcément aller au moins une fois manger chez Vincent et Nicolas (mon resto favori de Cannes), je vais retrouver la Villa des Inrocks avec plaisir et en supermégabonus y voir Gossip en live (merci Céline), je vais croiser les doigts pour tomber sur Tim Roth (Awwww), je vais éviter de me jeter toute habillée dans une piscine (ahem), je vais découvrir le Château des Cercles et ne raterai aucun des  rendez-vous quotidiens en live de "Cannes I Come" by Premiere, je vais passer mes nuits à danser sur les sets des People au 3.14 (le seul palace où les boules à facettes sont dans les toilettes!) et mes aprems à profiter de la Villa Schweppes juste en face.

Je sais aussi que cette année je n'ai ni accréditation, ni invitation pourtant j'ai super envie de voir presque tous les films d'Un Certain Regard et j'attends avec impatience quelques-uns de ceux en compétition officielle (notamment le Audiard, le Cronenberg, le Salles, le Kiarostami). Je suis quitte pour  passer des heures à l'UGC des Halles en rentrant !

Voilà ce que je sais.

Le reste, il va falloir que je patiente un peu pour le savoir. Et je te raconterai, si tu es sage. 
Si toi non plus, tu ne veux rien manquer de Cannes, connecte-toi sur "Cannes I Come" sur G+ et tu suivras le meilleur de Cannes en live. Du cinéma bien sûr, mais aussi de la musique de la mode et des People : pendant 10 jours suis en exclusivité les chroniqueurs dans les coulisses du FIF. Tu sauras tout comme si tu y étais ! Les 2 rendez-vous quotidiens à ne pas manquer : 12h30 et 18h30.

En attendant l'ouverture officielle, je vais finir mon sac. Bon grand week-end à toi !


Pour lire les épisodes des éditions précédentes c'est par là : 2007 / 2008 / 2009 / 2010 (bon ok, mea culpa, cette note-là est enocre en brouillon (oups) / 2011 

26/01/2012

Detachment by Tony Kaye

images.jpegIl y'a des films "claques", comme un uppercut, des qui se cognent contre toi avec toute la beauté de cette violence-là. Avec un hyper-réalisme au bord de la catastrophe. Dans cette catégorie, la dingue de listes que je suis range La journée de la jupe et Tout est parfait entre autres.


Il y'a des films chouettes qui parlent de relations humaines. Des familles hallucinantes, des tribus un peu beaucoup passionnément... psychotiques noyées dans leurs schémas, souvent ça tient à un regard de réalisateur, à une complicité entre acteurs... Là, dans mon top personnel on trouve Darjeeling Unlimited (tout à la fois drôle et touchant), Les petits mouchoirs et bien d'autres.


Il y'a des films tristes, des qui te tordent les cordes vocales et te nouent gorge et tripes. Où résonnent des tragédies grecques dès les premières scènes. Ici, je range Une séparation, Gran torino, Match point et Dans ses yeux.


Il y a des films étonnants, où les acteurs irradient où tout est esthétisme où la gorge se serre aussi parfois. Des qui doivent te laisser le temps de les intégrer, de les digérer. Pour qu'enfin un matin (ou un soir), tu en sois sûr. Ces films-là tu les as aimé. Mieux que les mots ne peuvent le dire.
Dans cette dernière catégorie, j'ai rangé M. Nobody. Après avoir laissé filer 3 semaines et quelques dodos, c'est justement la place que j'ai décidé de donner à Detachment.

Lire la suite

02/01/2012

Sous le charme de Michael Fassbender, l'acteur carnassier du moment

Les deux derniers films que j'ai vus au cinéma, Shame et A dangerous method, ont un point commun.

Un point commun éclatant, talentueux et avec un sourire carnassier reconnaissable entre mille (ok j'ai un truc avec les dents) (mais les dents c'est important en même temps) (non?).
Je te le présente, il s'appelle Michael Fassbender, dis bonjour :

michael fassbender,shame,a dangerous method,cronenberg

Lire la suite

22/05/2011

Festival de Cannes, quelques jours au bord des marches

cannes,festival du film 2011,chez vincent et nicolas

La semaine dernière, à l'heure où je t'écris, j'étais vautrée sur un canapé avec option trivial pursuit genius. Après avoir squatté les fat boy de la Villa des Inrocks et encore après le transat avec vue, à deux pas d'une des piscines surprises des toits de la Croisette, sur la Terrasse UGC, les Ray Ban dûment chaussées, j'apprenais avec Fred comment passer l'un des premiers niveaux d'Angry Birds (suis vraiment pas douée mais je m'accroche). Cannes, mai, une journée ordinaire se termine. Le festival toute cette pression... Pour tout comprendre de l'univers impitoyable de cet événement mondial du cinéma, regarde les dessins de Pénélope sur le site d'Arte.

Cette année, pas d'accréditation donc pas de montée des marches, mais vivre au bord des marches c'est sympa aussi ! Surtout quand on a des potes qui gèrent les badges des villas et autres bateaux.

Sur les lieux de l'année je ne m'étais pas trompée la villa des Inrocks était une tuerie avec ses cocktails audacieux. La villa Schweppes, installée sur la plage du 3.14 fut un des autres places to be.
 

photo(11).JPG

Au rayon des mauvaises nouvelles, j'ai réalisé que j'étais vieille en dinant dans un endroit que j'aime beaucoup (en général), le Mocca Café, seulement les soirs de week-end durant le Festival, l'ambiance sonore fait passer le Queen pour un salon de thé calme. Heureusement, le samedi, nous sommes allés chez Vincent et Nicolas mon resto préféré de Cannes.

En bref, j'ai rencontré plein de gens très sympas autour des cocktails chamarrés du Café le Porto (face au Palais, reconnaissable à ses serveurs en polos roses), j'ai retrouvé des potes, j'ai pris quelques photos, j'ai découvert qu'un homme se cachait derrière Madmoizelle (et j'ai oublié d'éviter sa caméra une fois qu'j'avais bien testé la framboise à la vodka), j'ai beaucoup trop trinqué et surtout, surtout, j'ai croisé Anthony LaPaglia (Jaaaaack Malone). Une édition 2011 réussie, où la pluie n'aura pas trop empiété sur le soleil, même si au jeu du gros nuage j'ai perdu ma journée de plage. 

So long Cannes, I'll be back ! 

photo(15).JPG

Merci Fred pour les Inrocks ;)

18/04/2011

Et soudain tout le monde me manque

et soudain tout le monde me manque,film français,michel blanc,mélanie laurentEt soudain tout le monde me manque est le second long métrage de Jennifer Devoldère. Le premier, Jusqu'à toi, m'a laissé un bon souvenir. 

Je l'avais choisi comme ça, hasard de programmation des séances et de mon samedi. Je savais que j'y retrouverai une histoire romantique sans prétention et Mélanie Laurent. Ce que je ne savais pas c'est que l'histoire serait aussi douce, rêveuse et fraîche.

Alors, quand Ogilvy PR m'a proposé d'assister à l'avant-première du second long métrage de la réalisatrice et scénariste, je n'ai pas hésité longtemps avant d'accepter. Et j'ai drôlement bien fait !

Lire la suite

10/02/2011

No one's got it all

Le film 500 jours ensemble (500 days of Summer) est extra et pour une fois ce n'est pas une comédie romantique qui finit à l'américaine. C'est une histoire comme plein d'autres qui commence avec trois fois rien : une odeur, un regard, une mèche de cheveu, une cambrure de rein, une voix... Qui est chouette et finit par ne plus l'être.

La BO très présente est top, tour à tour ryhtmée, pêchue, entêtante, so sad...  De toute façon, dès qu'il y a Regina Spektor, pour moi, c'est bien. Alors, je te laisse avec son Hero entêtant et un duo d'acteur squi fonctionne bien (et si t'as envie d'été après, c'est normal, on en est tous là) (on compte les mois).

29/01/2011

Le Discours d'un Roi

le discours d'un roi,colin firth,geoffrey rush,helena bonham carter,tom hooper,golden globes,oscars,the king's speechC'est le premier film que j'avais très envie de voir cette année. Sans avoir vu la bande annonce ou une interview de promo. Juste de confiance, pour l'affiche simple et efficace, pour Colin Firth, et pour Geoffrey Rush. Grâce au club 300 d'Allociné, j'ai pu assister à l'avant-première du Discours d'un Roi de Tom Hooper mercredi soir.

Confortablement installée dans la salle 500 du Forum des images, j'ai aimé chacune des 118 minutes. Quand je suis sortie du forum les yeux humides, la gorge un peu nouée et avec le sourire, j'ai su que la barre étaient bien haute pour les prochains films de ma cuvée 2011...

 

Lire la suite