Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2011

Des infinitifs à conjuguer

souffler doucement.jpgEt je commence par un verbe bien de saison, tout autant que les flocons, les moufles et les teintes entre taupe et kaki d'OPI, souhaiter.

Alors, comme les années précédentes (2010, 2009, 2008, 2007 pour si tu veux un pêle-mêle en mots) je te souhaite une belle année 2011.
Les numérologues se frottent les mains rapport aux palindromes à foison de cette année numériquement réfléchie, pour la crise on ne sait pas bien où on en est de la fin du début ou du début de la fin, la planète continue de se réchauffer en nous icerbegisant nos hivers, etc.

Avant de retrousser nos manches pour se construire la meilleure année (planète, économie, démocratie...) possible tous ensemble ; je te souhaite, à toi, d'être heureux.
Genre vraiment heureux. À l'aise dans tes pompes et dans tes choix. Avec ta famille, tes amours, tes amis. De te surprendre et te retrouver où tu ne t'attendrais pas. Et d'aimer ça !

Entre autres, parce qu'en plus de ça, je nous souhaite de ...

Lire la suite

22/12/2010

I'm so hard to handle... I'm selfish and I'm sad

Juste rentrée d'un enfer signé Eurostar. Il neige, ou la pluie est suffisamment froide pour traumatiser préféctures et transporteurs. Noël s'amène et tu sais ce que j'en pense de cette débauche de déco et de cadeaux, de ces moments qui font remonter l'enfance en bulles savoureuses ou acides. Bon, Noël c'est aussi la saison des cadeaux (et ça j'aime bien, tu te doutes). Ceux qu'on offre et ceux qu'on reçoit.

Cette année, sur ma liste des choses à retenir avant ce Noël-là je mets, dans le désordre :
- que je n'irais plus JAMAIS à Londres en décembre
- qu'avec le temps va, tout s'en va
- que savoir laisser revenir les gens, enfin certains gens, c'est bien
- qu'avant de compter il faut laisser compter
- que chanter me fait du bien, toujours.

Et pour finir cette note décousue et sibylline comme je sais si bien te les laisser, j'ajoute un soupçon de Joni Mitchell pour le Christmas Spirit, mais je le mâtine de celui qui sera pour toujours Larry. Enjoy.

29/07/2010

Tavi, prodige des blogs de mode ou bête de foire ?

Image 4.png"Dans mon jeune temps, comme disent les vieux" ainsi commence une chanson de Lynda Lemay sur le temps qui passe. Et tu te souviens comme ça te hérissait quand t'étais jeune toi cette phrase là? Comme dès qu'un  adulte (senior ou non) présent sortait ces quelques mots, tu arrondissais le dos sachant déjà que ce qui allait suivre nous ferait rouler des yeux entre "jeunes" ou vers le ciel si tu es seul représentant du temps que les plus de 20 ans ne peuvent pas connaitre...

Et pourtant. Le temps passe. Et ça fait déjà 11 ans que je suis dans la catégorie des "plus de 20 ans". Alors, sans aller jusqu'à la québécoise expression, il m'arrive de ponctuer mon discours de "quand j'étais petite" et de plus en plus souvent de "quand j'étais jeune" (achevez-moi).

Mais je m'égare. Je voulais te parler de blogueuse mode, pour une fois.

Lire la suite

05/05/2010

Variations sur le don de soi

Se souvenir qu'il faut chanter la vie, c'est parfois aussi simple que de cliquer sur Vodkaster, mon dealer d'extraits de films préféré. Et là, précisément, la perruque noire d'Edouard qui s'agite tandis qu'il improvise sa tirade mythique, avec ses partenaires qui peinent à garder leur sérieux et le chien qui s'endort, c'est pile ce qu'il me faut.
Mieux, c'est mon shoot du jour, et puisque l'ère de l'embed* bat son plein, je le partage avec toi.


*
"embed" c'est un nom barbare de geek passionné de code d'informatique pour signifier dire que l'on peut intégrer des vidéos et autres contenus animés directement sur une page web/un blog/un site... (ouais je masterise la définition aussi)(c'est plaisir d'offrir)

12/03/2010

Dis trente-trois

Image 5.png

Trente-trois jours... Ca laisse rêveur.

03/02/2010

Le syndrome de la page blanche?

pageblanche.gifBon, tu l'auras compris tout seul, comme un grand, je manque à tous mes devoirs de conteuse de sornettes en série, ici, en ce moment.
Panne d'inspiration ? Envie tarie ? Non non, rien de tout cela.

Je suis simplement affairée ailleurs, à préparer mon retour en zone 2 notamment. Je lis. Je prends des photos. Je me nourris l'esprit quoi. Et j'ai retrouvé des vieilleries écrites en prose ou en vers dont je suis en train de choisir quels extraits te faire lire, quelles parties rebosser. C'est 2010 quoi. L'année de la win (comprenne qui en est). Et j'ai bien décidé de me bouger pour qu'elle me ressemble et passe par les Bahamas aussi. Du coup, j'ai des to do longues comme le bras de trucs chiants (SAV...) et d'autres totalement cools (copolymère presque).


A vite.

23/11/2009

Juste un peu de patience encore

Image 7.jpgIl faut croire que rien ne change vraiment tout à fait, que la vie est faite de cycles, tout ça...

Tu te souviens de ça ?

Je suis de nouveau en plein dedans.

Cette phase de réflexion, de trop de choses à faire et pas le temps de venir ici noircir des pixels pour tout bien te raconter, en mots et en storyshooting aussi. Cette phase, où je suis largement occupée IRL, ne me laisse que peu d'espace disponible pour t'écrire ici comme je voudrais.

Et puis il y a déjà twitter où je floode allègrement les timelines amies, FB où je joue du like comme personne et où mes commentaires à forte valeur ajoutée élèvent toujours le débat (ahem).

Et puis, parfois, il faut s'éloigner un peu pour se souvenir.


J'ai envie de me souvenir.
De pourquoi je t'écris. De comment j'ai envie de le faire. De ce que je te raconte, et d'où je mets la limite surtout. Parce que c'est primordial cette histoire de limites. Et que dans ma vie les frontières se brouillent, les visages changent, les repères s'évanouissent ou au contraire continuent de s'installer. Parce que je n'ai toujours pas fini de grandir et que ça passe par des phases de marasme organisé...

Déjà, j'ai réaménagé mon appart juste ce qu'il faut pour redonner de l'air, après 10 ans passés dans ces murs. Ensuite, je suis tournée toute vers l'avenir et il faut que je m'en occupe un peu si je veux qu'il me ressemble.
Enfin, Noël approche, et tu sais ce que j'en pense.

Cette note décousue pour te dire l'essentiel : je ne t'oublie pas.
J'ai une dizaine de notes en brouillon en attente (ça va t'en faire de la lecture quand ça va tomber).

En attendant, si je te manques trop, tu peux toujours fouiller les archives, hein, y'a de tout... De l'enfance en chaussons de danse, de la sociologie de bazar, de l'aventure extrême certifiée real life, du temps qui passe, etc.

 

crédit photo : Benoît Debuisser sur Flickr

-------------------------------------------------------------------------

Lexique pour les non-habitués Facebook & Twitter

IRL = "in real life" en opposition à la virtualité
flooder = verbe du premier groupe qui signifie poster 150 tweets (statuts sur twitter) en une heure
FB = Facebook
like = sur FB quand quelqu'un poste quoi que ce soit (photo, statut) on a la possibilité d'aimer ça (oui c'est ça les réseaux sociaux aussi, de la satisfaction en 1 clic)

09/11/2009

L'anti-grise mine du lundi

Parce qu'il ya des lundis où mon humeur se cale juste dans l'actualité, du côté allemand de la force.
Mais comme elle est con, un peu, mon humeur, elle n'a pas pris la liesse et l'allégresse des 20 ans de la chute du mur de Berlin. Non, mon humeur, elle est allée dans son panier avec son cousin le dogue allemand. Parce que les grévistes me facilitent encore et toujours la vie aussi.

Du coup, ces lundis-là, il faut se souvenir des gens drôles. Alors, je me passe Florence en boucle.

Sinon, plus près de moi, y'en a un qui n'a pas oublié d'être drôle. En revanche, faut le pardonner il débute avec sa caméra hein...