Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2011

De plonger en ouvrant les yeux

Aujourd'hui je passe en coup de vent, juste le temps de te faire partager ma jolie découverte de l'hiver dernier. Une voix douce presque fragile, des mélodies toutes simples et de vraies intentions. Un nom d'artiste joli et pas dénué de sens... Je te présente La Fiancée. La fille en C. Camille, quoi.

Un univers de fille, des chansons à textes, un site web très joli. La fiancée a déjà deux EP disponibles sur iTunes et dans les bacs. Ils tournent régulièrement dans mon iPod. Je te laisse mes deux titres préférés : on avait juré et les mains sales. De quoi en vouloir plus !

 

23/05/2011

I'm a motherfucking P-I-M-P

(alors Papa, Maman, si vous tapez ce titre dans google translate, oui c'est très TRÈS grossier, mais ce sont les paroles de la chanson, pardon)

Je n'écoute pas de rap (et pas à cause des gros mots en pagaille)...
À de très rares exceptions près, souvent des duos avec un chanteur plus pop ou variété d'ailleurs (Eminem & Dido, Passi & Calogero, etc.). Vendredi j'ai découvert sur Spotify une jeune pianiste chanteuse : Lise. ll se trouve Lise a enregistré une cover de P.I.M.P de 50cents et que j'aime vraiment bien l'énergie et le tempo qu'elle lui donne. Avec sa petite voix et le piano ça donne un air qui me trotte dans la tête toute la journée !

22/05/2011

Les mots de ma semaine : "Je peux pas ce soir, j'ai..."

photo (1).JPGLa semaine qui se termine a été drôlement (bien) remplie. Tellement que mon frigo, lui, est resté désespérément vide depuis que je suis rentrée de Cannes. Rien à manger en rentrant le soir tard de mes pérégrinations culturelles, rien pour accompagner le thé du matin.

Cette semaine fut donc la semaine du détour au Starbucks de la Place de Clichy tous les jours pour ne pas arriver au bureau le ventre vide. Ce fut aussi l'occasion de faire en cinq soirée le tour du cadran de tout ce que Paris offre de sorties pas que culturelles.

Le dernier Terence Malick, l'Olympia, le théâtre de l'Odéon et même le plateau d'X-Factor, viens, je te raconte ma semaine.

Lire la suite

02/05/2011

Cocoon à l'Olympia

cocoon,olympia,mark daumail, morgane imbeaud, where the ocean end,comets,my friends all died on a plane crash

Cocoon c'est le premier groupe dont j'ai acheté un album direct sur iTunes avec mon brand new iPod touch en 2007. Ils m'ont eu avec le titre de leur premier album My Friend All Died In A Plane Crash. Tout de suite après, ce fut le coup de foudre pour leurs voix, leurs mélodies, leurs harmonies, la douceur et le zeste de mélancolie qui plane sur cet album.

En septembre 2008 sur les marches de notre terrasse à Kemer, je découvrais une version intimiste de On My Way magique... (Bob si tu me lis, big up). 
Un tube dans mon iPod et de chouettes souvenirs donc. Ca aurait pu en rester là.

Lire la suite

12/11/2010

Si on se dit pas tout comme au cinéma...

La version n'est pas terrible, mais j'adore cette chanson, et je serai ce soir à L'Olympia pour le Prix Constantin, pour le quel Arnaud est nommé. Je t'ai déjà parlé de son album, La Reproduction, qui tourne dans mon iPod sans faillir.

Mais je n'ai jamais vu Arnaud en vrai ou en interview alors je ne sais pas si le bonhomme me plaira, mais cet album, je l'aime et cette chanson, c'est ma préférée.

31/10/2010

LOHEEM, la jolie découverte de mon samedi soir

Loheem.jpg

Ce soir, invitée par Laurent et Thien, j'ai vécu mon premier concert acoustique en appartement. Avec un chat qui mange tranquillement ses croquettes, quand assis sagement (qui en tailleur, qui adossé au mur, tels les enfants sages un soir de veillée) nous n'avions d'oreilles et d'yeux que pour la jeune femme à la guitare. Le premier titre résonne et je découvre en même temps la voix (sublime), l'univers (pop, folk avec un rien de country qui vibre) et les titres s'enchaînent, alternant l'anglais et le français mais racontant la même histoire.

En trois briques (pour rester dans le ton de la discussion de bord de mur à 3) je dirais de LOHEEM : touchante, vibrante, extra.

À écouter fissa, partout où tu pourras. Je te laisse pas comme ça va, tu n'es pas perdu, regarde : sa page Facebook, sa page Noomiz, et des titres à écouter plus bas pour te faire ton idée sur cette fille qui choisit aussi bien ses reprises (Bad Romance en acoustique, au top) que ses baskets adidas montantes grises et roses.

Crédit Photo : Benjamin Rinaldi*

------------------------------

*Et dédicace à celui qui se reconnaîtra : ça ce confirme, TOUS les photographes s'appellent Benjamin (ok, presque)

29/10/2010

Presque

Il s'en est fallu de si peu. C'est vrai quoi. Ca s'est joué à rien. Un cheveu, bon ok deux. Mais quand même, pendant ces dernières semaines, il a failli m'arriver tellement de choses. Quelques chemins que je n'ai pas pris, d'autres qui soudain me font de l'oeil. Et la vraie vie par-dessus. Celles de tous les jours, avec les pauses déj et les réunions qui sautent ou qui s'ajoutent en un ballet incessant.

Tellement de trucs que j'ai failli faire que je ne pouvais décemment pas te laisser comme ça, sans rien te dire. Allez, viens, je te raconte !

Lire la suite

10/09/2010

La fille de l'après-midi, Elodie Frégé

Elodie Frégé, je t'en ai déjà parlé souvent. Avant et après l'avoir vue sur scène, pour le plaisir ; et parfois même elle m'a aidé à faire passer des messages (pas si) subliminaux.

Capture d’écran 2010-09-10 à 00.33.57.png

Alors, quand j'ai reçu l'invitation de Lucie d'Universal à venir l'écouter chanter quelques titres de son prochain album en acoustique, tu penses bien que j'ai fait de la place dans mon agenda. J'ai aussi évidemment proposé à mon +1 préféré (fan lui aussi) de m'accompagner. Cerise sur le gâteau, Lucie me propose d'avoir un créneau pour un entretien avec Elodie. Nous décidons donc de faire une interview à deux, et rendez-vous est pris.

Je reçois l'album, La Fille de l'après-midi, dans la semaine et je manque de temps pour l'écouter comme il faudrait. Néanmoins, j'ai déjà pu entendre le single, la fille de l'après-midi, qui fonctionne bien et me plaît. On y sent une Elodie différente et à la fois on l'y retrouve. Je ne m'attarde pas sur l'album, parce que ma semaine est pleine. Et ce n'est que la veille au soir que je survole d'une oreille l'album de promo.
Là, une chanson se détache : Les Heures Inertes. 

Ca ne suffira pas pour poser toutes les questions qu'il faudrait, mais je fais confiance à notre duo pour trouver sur place. Et puis, on connait bien ses deux albums précédents... On brainstorme un peu dans le taxi qui nous conduit dans le 5ème pour savoir si on lui demande sa marque de céréales favorite ou l'usage qu'elle fait des médias sociaux (au final on n'aura demandé ni l'un, ni l'autre).

On arrive juste à temps, et je l'aperçois à l'entrée du studio, saisissante dans sa petite robe noire asymétrique, perchée sur des Louboutins vernies. Sa beauté est flagrante, et sa gentillesse aussi. Elle nous accueille avec la bise et se présente d'un "Elo, enchantée". 

Quand je l'avais vue sur scène, nous étions peu (grève oblige) et La Nouvelle Eve étant un lieu à l'atmosphère cosy et intimiste, elle m'avait déjà étonnée par son naturel, sa propension à se moquer d'elle et à partager avec son public ; c'est encore plus vrai en tout petit comité. Souriante, elle nous dit de nous installer où l'on veut et s'éclipse pour un raccord maquillage. Là, Lucie nous explique qu'une équipe de tournage voudrait assister à notre interview pour 100% mag et nous commençons à regretter de n'avoir pas mieux préparé... Qu'à cela ne tienne, nous serons décalés un peu et curieux surtout.

Nous nous installons sur la petite scène et indiquons un des sièges rouges à Elodie, pour changer les rôles. Elle s'assied, et nous commençons, éclairés par la caméra d'M6. Nous parlons évidemment de son album, elle nous raconte les étapes de la création (elle a écrit et composé la majorité des titres, aidée par son bassiste Benjamin)(pas Biolay). Son implication s'est étendue à la production cette fois-ci, elle a arrangé certains titres, toujours avec Benjamin. Elle est très heureuse de cette expérience approfondie, elle espère que le disque étonnera, troublera et plaira évidemment.

Quand on lui parle de ses influences elle cite Gainsbourg, Biolay, Sia, Massive Attack... Elle parle aussi beaucoup de Belle de Jour, une petite cousine de sa Fille de l'après midi. Elle aime se plier à l'exercice de l'explication, confesse sans se faire prier et dans un sourire qu'il y a beaucoup d'elle dans les textes de ce 3ème album. Ecrire lui permet de sortir, de canaliser un peu, d'expier. On sent que c'est aussi une jolie histoire de partage...
À la question sur le duo de ses rêves, elle répond Damien Rice et (évidemment) je serai super pour (Damien if you're reading...).

Finalement, nous aurons été beaucoup plus sérieux que prévu durant cet entretien, et on sent Elodie très investie dans cet album. Nous mettons fin à l'interview juste après qu'elle ait évoqué ses envies d'apprendre (dans le désordre) la poterie, la peinture, le piano... et pendant qu'elle file se changer nous sortons retrouver William pour patienter avant le showcase.

Installée dans les fauteuils rouges, je découvre le mini documentaire en noir et blanc signé universal où Elodie parle de l'album, puis le clip de la Fille de l'après midi (très réussi).

Elodie arrive ensuite avec ses musiciens. Touchante, émue, "traqueuse" comme elle dit elle commence avec les Heures Inertes. Suivent Le Pont, la Fille de l'après midi et une autre dont j'ai oublié le titre, sous le coup de l'émotion elle change des paroles et s'y reprend à deux fois. Cette fille est vraiment étonnante, un instant elle est attendrissante à souhait et juste après elle chante si bien qu'on oublierait presque sa fragilité.

Comme tu dois le lire sans mal, je suis cuite à point pour aimer son album désormais. Maintenant qu'elle me l'a expliqué, maintenant qu'elle m'a transmis l'émotion nécessaire, maintenant que le gros de ma semaine est derrière moi.

Je te laisse avec la seule photo presque pas ratée que j'ai prise pour fêter ça, et je te conseille d'écouter attentivement l'album qui sort le 4 octobre, parce que cette fille-là, en plus d'être belle (de jour et de fin d'aprem), elle sait écrire et ça s'entend. 

IMG_1313.JPG