Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/05/2008

Attendre le bus pendant que le soleil se casse

A trop attendre le bus, il arrive. Parfois. Si c'est vrai !

979738690.png

Hier soir, nous sommes allés applaudir in extremis Florence Foresti au théâtre dans l'Abribus. Elle joue avec Philippe Elno également auteur de la pièce. Mais tu sais quoi ? Pour nous, l'aventure a commencé il ya fort fort longtemps...

/// Notre histoire
On était 5 à avoir très envie de voir cette pièce, tous fans que nous étions de Florence et ses mimiques et ses répliques qui nous accompagnent depuis 2 ans, mais on avait tous de sombres histoires de filofax, palm, blackberry, agenda, invit' outlook à gérer avant de tomber d'accord sur une date. Tant et si bien qu'un sale jour on apprend que  tac, y'a plus de places pour le spectacle, c'est mort. On  n'ira pas. La mort dans l'âme on se console comme on peut (comment ça je surjoue?!!!)...

Un beau matin, échange de mails (c'est assez rare pour être souligné... ahem), où l'on apprend que Miss Blablabla n'écoutant que sa pugnacité nous a dégotté des places pour la dernière !! Yeah, joie et allégresse !!! Bon ok, on sera pas à côté mais on ne sera pas sur les strapontins et pis la dernière à la Gaité Montparnasse c'est top, c'est le 13 mai, on se met à attendre.

Le 13 mai, on investit les cafés environnants le théatre (un petit benchmark nous apprend que la cote du coca light est plus forte du côté pair de la rue), on se prépare psychologiquement, et ça y est ! On y est, on s'installe, on fait les sales mômes qui se textotent ou se parlent en langage des signes parce qu'on est séparés depuis 5 minutes, on s'étonne sur l'accoutrement de deux fans en abeilles avec banderole d'amour et tout (oui je sais nous aussi ça nous a fait un choc) et le rideau s'ouvre.

/// La pièce
L-tz et Miss BBB en ont déjà très bien parlé (Eric va en parler vite c'est sûr, et Blü n'arrivera jamais à caser ça dans sa ligne éditoriale), je vais donc t'éviter les tartines de rien.
L'abribus
est une "petite musique" plutôt drôle & émouvante et Philippe Elno y est attendrissant en ours mal léché. Le rôle d'Isa est du sur-mesure pour notre Florence nationale (totalement bilingue...) qui du coup s'en donne à coeur joie.
La partie pseudo moralisatrice sur : la vie c'est mieux quand on prend le temps de déguster le thé à Dédé en regardant zinzanuler les mésanges ne m'a pas convaincue (vilaine citadine que je suis). J'ai aimé la mise en scène sobre mais efficace et Florence ne m'a pas déçue.
L'émotion de la "dernière" en revanche était palpable pendant tout le spectacle. Quelques oublis de textes (tous du côté de Philippe trop fan du jeu de sa comédienne ?) et un souci technique avec le soleil en pleine éclipse ont permis aux acteurs de nous faire partager un peu plus leur soirée, en témoins bienveillants des accrochages quoi. Un bon moment.

/// L'après théatre
(où l'on mange et boit et chante et ri et se gausse)
Dans le bistrot juste en face du théatre, les os à moelle ne nous ayant pas attendus si tard, avec la tablée théatrale juste à côté, avec de bonnes choses à manger, du Sancerre comme on l'aime, des histoires de "et après t'as dit quoi?" "noooon" "tu l'as fait?" "troooop fort" et de vacances, et de week-ends, et de Mickey, et de terrasses à tester, enfin plein de choses quoi. Un peu de rires aussi quand même (c'est comme les mails, ça c'est assez rare!). Une bonne soirée quoi.
Merci les Tortues, pour l'ensemble de votre oeuvre... (Pis merci Florence et Philippe hein, et les fans hystéros aussi va)