Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/02/2007

Je pensais, mais non.

Je pensais avoir du temps ce soir pour écrire un peu de ce qu'il y a dans ma tête, le laisser mûrir ici. Je pensais trouver une idée drôle et cocasse pour recaser ma phrase anthologique d'un lundi soir en bonne compagnie. Je pensais pas recevoir un coup de fil d'une de mes amies les plus proches que ça fait 3 mois que je l'ai pas vue et qu'en substance son coup de fil c'est " je suis enceinte, c'est une fille, et si t'as deux minutes mercredi prochain je me marie dans le 7ème si tu peux passer ce serait top, et toi quoi de neuf?", autant vous dire que moi telle la carpe "...", bref, les bras m'en tombent encore.

Je pensais rentrer plus tôt et prendre le temps de préparer une petite playlist de la semaine et vous mitonner les 3,4 idées qui dorment dans mon carnet attendant l'heure de 'gloire' bloguesque. Je pensais pas me poiler autant en recevant d'un blogueur vierge un mail tout pourri émanant de l'agence au citron (merci R. !). Je pensais pas avoir de ses nouvelles par mail aujourd'hui, et ça, ça fait toujours plaisir, reviens toi vite !
Je pensais à tout ça. Mais là, je pense surtout à mon réveil qui sonne demain trop vite, trop tôt, que je dois quand même un peu dormir et pas que raconter des conneries. Que même si mon horoscope le dit pas, j'ai le droit de dormir.

Et je le prends.

18/02/2007

A little piece of Heaven

C'est un peu mon cadeau du dimanche, c'est mon fond d'écran, c'est ce que je voyais du hublot entre Paris et Marrakech juste avant de fêter mes 27 ans.
On aurait tort de s'en priver, d'autant que parfois je laisse ma tête dedans alors si vous la trouvez, prévenez moi !

medium_IMG_2743.JPG

Le plan B

medium_038037.jpgBon. Action. Le plan B est sans doute déjà en branle, ça va le faire. Déjà, je retrouve mon instinct, mon envie de bien faire. Et c'est dimanche !! Donc, cet aprem, Le dernier roi d'Ecosse avec l'un des aspirants oscarisés donné favori par les médias.

Après bosser un peu, pour l'école. Et poser les bases du plan B le bien-nommé.
Un pas après l'autre.

17/02/2007

Laundry Singy Day

Un samedi matin qui chante, réveillée par coup de fil sympa proposant un little italy pour déj. levée vite, douchée de près (ouais c'est le week-end), chanter sous la douche, sortir, se crémer, se saper, mettre une lessive en route, faire la poussière, en beuglant avec les cranberries à fond...
Remettre ma maison dans un état que j'aime, faire la petite vaisselle, trouver une place à la couverture que le grand schtroumpf a laissé derrière lui en partant s'oxygéner en bretagne, mettre alanis sur la platine et chanter avec, faire les carreaux en papotant au tél avec ma soeur (conversation super top du genre "fais chié le travail/oui moi aussi/ fais chié les sous/oui moi aussi/ et sinon ?..." une discussion de filles quoi).

Retrouver mon Elise rue Montorgueil, manger un bon petit plat de pâtes en rêvant à des vacances en gondoles... Sortir, enfourcher nos lunettes de soleil, et décider de se ballader. Faire un crochet pour admirer Saint Eustache, aux vitraux éclatants et à la "capacité volumique" (merci florence foresti) si top. Arriver au pont neuf et s'extasier sur cet appart, cette terrasse, et l'autre là, trop grand, et cette baie vitrée de rêve donnant sur la seine... Traverser et revenir par le Pont des Arts, en pull, soleil dans le dos, dans le nez, partout, du bonheur bien en avance - on est en février, je rappelle. Passer par la place carrée baignée de lumières, se faire aveugler par la façade du ministère de la communication en acier au soleil, s'attarder jardin du palais royal, se redire la chance de vivre ici parce que c'est trop beau.

Se faire attrapper par le Sephora rue de Rivoli, flâner une heure à essayer les nouveautés et copiner avec la vendeuse, repartir avec des points en plus sur la carte et quelques achats bien mérités (!). Finir par aller dans les Halles à la recherche de cadeau pour un bébé. Partager un fanta/jus de fraise presqu'en terrasse. Raccompagner Elise au RER, et rentrer à pied par mon chemin pref, toujours sous le soleil, toujours le manteau à la main. Faire les bisous du jour aux "petits carreaux" (équipe de jour).

Sortir le linge, l'étendre, mettre une autre lessive en route, Papoter une heure avec ma cousine loin. Faire pêter la soupape des deux côtés pour repartir presque sereines (...). Allumer l'ordi, mettre le nez dans msn, lire un peu mes blogs prefs et rire, passer rapidement, regretter de pas être plus près, se bouleverser, répondre à des mails, passer l'aspi avec un medley des années 60 à fond, poster un peu sur mon blog. Caler un dîner avec mon gang de gars du web. Caler l'heure du rendez vous du dîner des soeurs, et se préparer en musique (j'ai pas encore choisi ni la musique, ni les fringues).

Un samedi, quoi !

14/02/2007

Un mercredi astronomique

Pour détendre l'atmosphère on va parler de choses et d'autres, hein. Parce que pas poster ça me réussit pas, quand je reviens, c'est pour m'épancher...
Donc, juste vite pour dire que je participe à une aventure zodiacalement bloguesque. Et aussi, je m'occupe avec mon ancien directeur de l'assoc des anciens de mon école, chic !! Un peu de taf et pas mal de bons moments !! Et qui c'est qui va donner des cours bientôt... si, si c'est vrai.

Message perso :  Héloïse je pense à toi fort, je suis sûre que tu vas tout déchirer, et si t'es toujours ok on déjeune jeudi.

Un étrange anniversaire

Est-ce que ça se fête ? Est-ce que ça se fait de se souvenir du dernier jour ? Et d'abord est-ce que toi tu t'en souviens ?
Un jour, une lettre, cinq pages volantes qui s'éclatent contre toi. Tout contre. Et moi dedans.

Et depuis. Une vie qui continue, de bons moments, une absence qui ne se sent plus -assez vite, c'est l'avantage d'être allé juste un peu trop loin, hein, se faire mal, bien, comme on sait faire. Se frustrer. Se blâmer. S'en vouloir. Tout ça, tu le fais tout seul maintenant. Je ne joue plus depuis 3 ans déjà. Mieux, j'écoute cette chanson. Je retourne m'assoir à ce café. Je revois ces amis. Je découvre les nymphéas et je me passe assez bien des étoiles, finalement. Tu sais, d'ici j'ai quand même gardé la lune.

Tu vois comme c'est, je ne pense plus à toi, pour de vrai. Même quand je te croise sur ce quai de gare, rien ne pince . Rien d'autre qu'un sentiment de gâchis, pas de regret, pas d'envie de re-. Et pourtant, te voilà qui squatte ma tribune libre, celle où je vis un peu aussi, celle où je n'imaginais pas te voir arriver.
Reste un peu si tu veux, le temps de te reprendre et repars sans faire de bruit, on en a fait assez.

05/02/2007

En vrac

Un rendez-vous dans une agence de communication tout à l'heure. Les budgets ont l'air supers, mais un question me taraude cependant, comment peut-on être dans la com' et ne pas avoir de site d'agence en '07 ?

Un échange 'msn'ien pour clarifier quelques détails encore un peu en travers de ma gorge, du coup je déglutis mieux, merci. En reste un morceau mais Paris ne s'est pas fait en un jour, hein, je vais me laisser le temps de retomber la pression.

Un traquage dans les règles d'un homme au caleçon bien vide, ah lala, récupérer ses sous, c'est parfois bien onéreux en coups de fil, hein, toi le grand. Et comme dit mon pseudo msn du jour "Balls are rare".

Un dilemne : pour mon entretien, les cheveux raides ou bouclés ?! Ouais ok, c'est un dilemne de fille, mais n'empêche... Cornélien s'il en est.

Toujours pas de photo pour illustrer mon signe astro pour un blog collectif à venir... Si vous avez une idée, vous gênez pas !

Comment puis-je être aussi occupée quand justement je n'ai pas de travail ??? J'y réfléchirai plus tard, hein, je file...

03/02/2007

Multi-soirée

Ouais. On prend deux multi-crèpes party de Tefal, une douzaine de blogueurs/euses accompagné(e)s ou pas, un appart de ouf (merci éric & sidonie), une idée super précise (greg, faudra passer nous ré-expliquer quand même hein), un apareil photo de pro et pas des masses de lumière, le tout arrosé de cidre et de coca light... On prend tout ça et vous avez une bonne vue d'ensemble de la soirée qui vient de s'écouler, vous manquent les rires, le chat et un concert improvisé de chanteurs d'une autre époque ; mais faut savoir entretenir le mystère.

Il faut quand même que je m'arrête deux secondes sur une séance photo déplorable qui commença dans l'escalier, passa par le coin cuisine, fit un break sur les toilettes et s'échoua (lamentablement j'en conviens... mais qu'y faire ? - Aragon pour ceux qui arrivent à me suivre, s'il en reste) sur un mur carrelé blanc dans une salle de bain dont la cabine de douche fait la taille de la mienne (de salle de bain, hein), entre un séchoir et le linge propre. Epique vous dis-je. Drôle surtout. Bientôt des photos... si elles sont montrables.

En bouquet final, un 'ride' en taxi (je l'ai casé la prems...) avec un chauffeur qui nous a fait compter les parisiens et les autres, qui confond la place des fêtes et celle des victoires. Et surtout, un retour en taxi avec éric aux faux airs de cuisines & dépendances (comprenne qui pourra).

Maintenant je vais rentabiliser mon shopping et me regarder quelques sex& the city.