Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2007

Une journée tripot

Un samedi passé dehors.
D'abord avec elle, une rendez vous fixé à midi sur mon terrain. Ma moinelle retrouvée. Un déjeuner dans un resto de la rue montorgueil (l'épicerie) et ensuite un rapide tour dans les halles, pour tâcher de trouver quelques affaires à faire malgré le monde. Bon, bien sûr on a réussi.

Ensuite le thé avec petit gâteau dans un de mes endroits préférés rue quincampoix, près de la grande cheminée de la salle aux poutres apparentes. Une après-midi entre Elise et Ronan. tellement d'histoires à la con, tellement de rires et les heures passent. On sort enfin, un peu aidés par la serveuse qui veut dresser ses tables pour le service du sois, et dehors c'est le soir, c'est la pluie. On décide de ne pas se quitter comme ça, nous voilà dans le marais au féria café. Un verre en attendant notre quatrième larron qui nous rejoint vers 20h15.
Direction la pizzeria d'en face, pour un dîner aux combinaisons multiples (!!) et surtout où l'on n'en finit pas de travailler nos abdos, crise de rire après crise de rire. Evidemment on est placé au sous-sol près des toilettes et avec une tablée d'une trentaine de filles qui pépient avec beaucoup beaucoup trop de décibels et pas du tout de classe.
Comme on n'a même pas peur nous voici en quête d'un autre endroit où boire un "dernier" verre (on y croit !), on s'arrête au café en face des philosophes. Là notre quête de la plus grosse vanne continue, devant de nouveaux verres et avec de nouveaux abdos !
Elise rentrera sagement se coucher après ce verre-là. Nous autres polissons nous offriront une virée par okawa avant de rentrer à pied par les rues désertes ou presque du 4ème, 3ème et 2ème arrondissement. En chantant en vrac la petite maison dans la prairie, le téléphone pleure, la bohème...

Une bonne journée.

19/01/2007

Un zeste

Hier soir citronnade improvisée.
Après une journée bien laborieuse où il s'est agit d'enfin classer mes 74 boîtes de photos et d'en faire de jolis albums (passionnante ma journée, quoi). En plus évidemment, on prévoit jamais assez d'albums ni de petits coins de photos, enfin je vous passe les détails de ma vie d'oisive...

Citronnade donc. Partie au départ pour un pot entre filles avec Virginie, on s'est fait rejoindre rapidement par quelques anciens de la boîte au citron et d'autres du groupe. Apéro bien sympa, vannes à l'appui et autres fourchage de langues toujours aussi appréciés ! Je me suis notamment embourbée dans une explication largement illustrée de gestes, de ma 'salle de bains', qui en étonne toujours plus d'un. Mon 01 national a bien failli ne pas me laisser finir mais je crois avoir réussi, suis même plus sûre.

ps : tu vois que je parle de vous :]

ps2 : désolée c'est pas très palpitant mais j'ai pas mieux...

18/01/2007

Les voyelles chantent

Si Si.
Elles chantent même des trucs qu'on connaît genre les enfoirés, 'barbra' et daniel guichard... C'est dire !!
Evidemment je parle d'un resto très sympa rue des Lombards, Paris 1er, "Le Chant des Voyelles". Un dîner entre amis férus de voyages, de cinéma cannois et de vacances (on a un planning bien chargé déjà...). Sans oublier le côté king size de la chose !

Merci Eric pour cette idée de meeting off qui t'es venue from scratch, on a raté la tombola mais c'était une très bonne soirée.

Programme du jour, cv et lettres encore. Puis un petit ciné et ensuite un pot près de mon ancien taf.
Joyeux Jeudi les gens !

17/01/2007

Toc Toc

medium_Divers-16-janvier-005.jpgToutes Obsessions Contrôlées. Presque, en fait, une sûrement.

J'ai fini de ranger mes Cd par ordre alphabétique dans mes étagères toutes propres. J'ai remis chaque disque dans sa pochette et classé tout ce petit monde, occasion rêvée pour mettre un coup de chiffon sur chacun.

Le problème, quand je range, c'est que je sais pas m'arrêter. Je récure tout, je déplace, je frotte, je rince, je fais briller, je dépoussière, j'aère, je change, je trie, et je recommence ! C'est comme l'idée que je me fais d'une fille qui se ferait refaire le nez : après plus rien ne va ensemble et faut tout refaire. Et ben moi, quand je nettoie après tout le reste m'apparaît miteux et je me lance dans des grands travaux...

En ce moment, ça va, j'ai le temps alors je me bricole un chez-moi tout propre et je joue avec mes névroses, demain après-midi j'attaque les livres !

13/01/2007

It's sales time

medium_soldes.jpgYeah !! Fatalement, c'est un peu l'émeute, on est samedi, les gens se sont tous donné rendez-vous rue de Rennes et dans le quartier St germain, comme partout dans la capitale je crois, pour dépenser plein de sous et faire des affaires qui à la fin n'en sont plus vraiment, tant il y en a. Bref, les soldes quoi.

Pour ne pas déroger, moi aussi je m'y suis collée, avec Alexandra, ma soeur, et on a plutôt bien trompé l'ennemi ! Puisqu'on cherchait surtout des habits/chaussures pour ses enfants et dans les boutiques pour petits ce n'était pas trop l'affluence. On a tout trouvé : le manteau de l'ado (va-t-il aimer? parce qu'à son âge...), les bottes, jupes, blouses de la petite ; et les sweats et jeans de Lulu. J'ai même trouvé malencontreusement quelques hauts chez Gap (à 1€99 quand même!). Bref, contrairement au grand méchant loup des trois petits cochons, nous ne rentrons pas bredouilles.

Me reste à écrire quelques lettres de motivation (motivée, motivée qu'y dit le coach), à redécouvrir Paris je t'aime en dvd puisque j'ai la flemme de ressortir pour le ciné. A tester ce fameux poisson qui gît dans mon frigo. Et à écouter pousser mes cheveux.
Yeah !

Ce qui coûte

On dit souvent que c'est le premier pas vers l'autre qui coûte. Mais je suis pas si sûre de ça.
Le premier pas, dans n'importe quelle relation (j'entends relation amoureuse ou amicale, un lien entre deux êtres quoi), est souvent dicté par l'occasion, le moment, le verre de trop...

Mais tout ceux d'après. Ceux de quand tu dois faire un effort gros pour comprendre et te mettre à la place de l'autre, ceux de quand y'a eu dispute et distance et que tu décides d'être celle qui rappelle même si t'es pas prête à endosser le tort de toute l'histoire, ceux de quand ça fait tellement longtemps que les autres pas ont depuis oublié de laisser des empreintes. Tout ça. Pour moi ce sont ceux-là qui coûtent et qui sont plus difficile à faire.

Et pourtant. Laisser s'évanouir dans la nature une amitié ou un amour que l'on a mis du temps à construire, pour lequel on a essayé d'être meilleure. Le laisser dormir juste pour pas faire un foutu pas qui coûte, c'est quoi ?

C'est pas moi en tout cas. Je t'ai appelé. Laissé le message. Tendue la perche. A toi de prouver.

12/01/2007

Le marque-ta-page et moi

medium_logo1.jpgEvidemment j'adore lire. Du coup je lis beaucoup. Fatalement j'ai plein de livres dans mon petit chez moi. Et en bonne névrosée qui se respecte, je ne supporte pas la vue d'une seule page d'un de mes livres cornée. En revanche, j'aime bien casser la tranche des livres en les lisant pour que les pages soient bien à plat. Ce qui fait que souvent je préfère que les-dits livres soient à moi, comme ça je les aplatis si je veux. Bon.

Pour retrouver ma page, j'ai toujours été plutôt partisane de l'instinct. Genre t'as finis de lire tu fermes et tu veux continuer tu ouvres et tu cherches. Puis j'ai été avisée amicalement qu'il existe des trucs spécialement inventés pour ça : les marque-pages. Bien sûr je suis pas si conne, moi aussi j'y avais pensé, glissant tantôt un post- it, tantôt un trombonne, ou encore une photo, une carte postale reçue fraîchement, une fleur cueillie par l'amoureux du moment... bref un peu tout et n'importe quoi. Mon problème c'est que souvent je perds le marque-page.

Et, il est où l'intérêt de prendre un truc pour retrouver sa page si justement le truc on n'en finit pas de toujours le perdre. Nan. J'ai bien réfléchi, et je vous le dis, le marque-ta-page et moi, c'est tout fini.

09/01/2007

Ma galette des Rois

medium_roulegamini.gifParce qu'il faut savoir que j'ai une galette des rois spéciale, moi. Et oui. Je suis super difficile rapport à la frangipane, et la seule boulangerie dont la galette trouve grâce à mes yeux et me donne envie de sacrifier à la coutume (fève ou non) est en province dans le village de mes parents.

Autant dire pas la porte à côté. Et si j'ai déjà seriné tout le monde avec la fameuse galette de chez Collot (merci à lui), je n'en avais pas vu l'ombre d'une encore. Jusqu'à ce midi. Un coup de fil de ma mère en direct du train Romilly/Paris. Elle vient garder mes nièces. Et elle s'est souvenu de mes difficultés à ingérer toute autre galette. Du coup, elle m'a livré une de ces merveilles gustatives Gare de l'Est tout à l'heure... Chic chic. trop de la chance. Parfois c'est chiant une mère mais souvent c'est bien, parce que ça nous oublie pas.

Du coup, ce soir, je vais faire leur fête aux rois !