Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2008

Sinon

Toi, ca va ?

20/02/2008

J'ai testé pour toi

  • Dormir la nuit (et c'est super) : j'entends vraiment dormir et vraiment la nuit, pas deux heures par ci par là avec du Joan plein les bras... Genre me coucher super tôt avec un bouquin et éteindre la lumière et les neurones avant 21h30. Tu sais quoi, tous les jours je pourrai jamais, mais une fois de temps en temps c'est juste le pied.
  • Pekin Express sur la route des Incas : et j'en peux déjà plus du couple Belge, et aussi jamais j'aurai pu traverser ce marécage grouillant. Ce qui nous a valu une bonne crise de rire avec Elise par téléphone... Nous deux là-bas, la prod se flingue !!
  • Le quart d'heure "vérité" au bureau (un dérivé  du quart d'heure américain mais en pas pareil...) : et ça fait du bien par où ça passe. Si, je te jure, comme un poids en moins sur les épaules. Ca changera rien, mais ça soulage !

  • Le sourire niais accroché (on me signale en régie qu'il se décroche toujours pas)

  • Le ciné (plein) : j'ai pas le temps de te raconter bien tout de suite, mais je désespère pas.

  • Le retour de celle que l'on n'attendait plus : ma voix. Celle d'avant, celle d'il y a plus d'un an. C'est spécial. Au point que Mini Boss ne me reconnaît plus trop et ques mes collègues sont tous un peu désarçonnés. L'avantage, c'est que mes parents, eux, pour la première fois depuis longtemps ne m'ont pas accueilli d'un "t'es enrhumée? t'as la voix enrouée..." pour le coup de fil hebdomadaire.

  • Le lundi soir sans Jack (Malone, hein, de FBI portés disparus) : et ben, sans surprise, c'est nul. 

15/02/2008

Le plein d'infos capitales

Ca va sans dire. Mais c'est bien de le dire aussi, parfois.
  • C'est le week-end.
  • Je suis déjà en pyj, enroulée dans ma fameuse polaire (il fait beaucoup trop froid), la tisane fleure bon sous mon nez et c'est bon d'avoir les doigts qui brulent un peu sur la tasse.
  • Demain soir, je le retrouve. Après une longue année de silence radio. Hâte. Un peu peur aussi.
  • La Saint Valentin c'est bon, on est tranquille pour une année, et en bonus j'ai de quoi faire des litres de Joan Collins avec mes affreux en version homemade.
  • Paris va bien. Et moi aussi.

95e4af5613cba00b929d216c2c35abfd.jpg

12/02/2008

Plein de choses à dire

952e568cf3373d51f1b9318b9e4d4678.pngMais il se passe un truc bizarre, je ne sais plus trop comment te les écrire toutes ces choses.
Tu vois, à force de décharger ici les trop-plein, les trop-vide aussi d'ailleurs, je n'ai presque plus rien à coucher sur mes carnets de notes.
Ceux qui, quand je les reprends calmement, voient naître une chanson, une nouvelle, le début d'un autre roman (inachevé hein, ils le sont tous pour le moment je n'arrive à finir que les petits formats).

A force d'être au bureau un peu trop, de ramener du bureau à la maison, de ne pas vouloir rater tel ou tel film, d'avoir l'épaule douillette et l'oreille attentive, d'entretenir une relation coupable avec Joan, de vouloir dérouler la liste, de m'intoxiquer sans vergogne au Latte et à la presse people (que je lis différemment depuis que c'est devenu une activité de groupe mais j'y reviendrai une autre fois)...

Depuis tout ça, je n'ai plus le temps de m'ennuyer. Là, je t'entedns penser : "c'est chouette de ne pas s'ennuyer", bah pas si sûr. Parce que c'est de l'oisiveté et de l'ennui que je tiens la plupart de mes textes, mes lignes de proses les plus inspirées.

Non, que je ne prenne plus le temps de réfléchir, de prendre du recul, d'analyser, non, ça, ça va je le fais toujours trop assez (on ne se refait pas paraît-il), simplement, le fait de venir marteler le clavier ici à chaque coup de gueule, coup de coeur, ça fait que ça ne déborde plus. Enfin plus autrement que quand j'en parle aux gens dans ma vie (ils se reconnaîtront, et du coup merci!).
Et je ne sais pas encore comment apprivoiser ça.
Alors je réfléchis (je te le disais, une vraie tare...), je fais une toute petite pause et comme je n'ai pas encore la solution, je me contente de poster ici les musiques qui tournent dans ma tête. Tu verras, je serai revenue avant d'avoir pu te manquer ! 

09/02/2008

Samedi studieux

Un petit revival de mes années d'études parisiennes, ce samedi (matin tôt comme tu peux lire) je  me prépare à prendre le chemin tant de fois emprunté, la ligne 9, puis un peu de l'avenue montaigne et les champs élysées (à dire avec l'accent anglais parce que c'est plus drôle) puis la rue Charron et hop direction la salle 11 pour expliquer mon parcours (ahem), ma vie mon oeuvre tout ça... Allez je file, promis je te raconte après ! 

05/02/2008

Parfois

e501cf0ea6a5f1a66536a328405f2dec.png

Parfois, les montagnes russes n'ont rien à voir avec lui. Ou un autre. Ou les gens. Ou rien.
Parfois juste, la météo n'aide pas.
Certains matins, le boulot non plus. Certains jours, les vacances semblent trop loin, trop courtes. Certaines nuits, tout se ressemble. Et même râler n'a plus cette saveur défouloir.
 
En même temps, je sais bien que c'est le principe des montagnes russes, vite en haut, vite en bas, plus haut, plus bas, plus haut encore, plus fort, toujours.
 
Tout ça, c'est un peu beaucoup de ce que je suis aussi. Et comme dirait Cabrel, ça continue encore et encore.
Ouais, alors je chante. Parce que souvent chanter, même mal, même des merdes, ça me redonne le sourire.
Et sourire, j'aime.

04/02/2008

Cosmopolitan sur le oueb !

Si. Cosmopolitan.fr même.
Ayé, le roi de la cosmoliste qui me parle juste tous les mois, le mag qui sait mieux que personne traquer mes petits arrangements avec moi-même ou mes grandes aspirations secrètes, celui qui tape toujours dans le mille quand il me parle de "Moi et..." (mon parapluie, ma belle-mère ou les grenouilles peu importe).

Bref, mon chouchou de la boutique Relay (anciennment relais H pour les vieux de la vieille mais je m'égare), le mag de fille que je lis depuis 10 ans avec toujours le même plaisir est ENFIN accessible ont the world wide web.

9f6a39bfd17f4df5e437f2008477e9f2.png

 

Désormais, non contente de me trimballer la version papier glacé dans mon sac (la petite taille ça va sans dire), voilà que d'un clic je pourrai retrouver l'univers et le ton de mon Cosmo en deux secondes, le temps d'avaler un dwiche de chez Cojean devant l'ordi ou en attendant que mes photos se déchargent dans l'ordi à la maison...

Alors j'ai deux mots à dire sur tout ça : merci cosmo d'abord, et aussi bravo (et j'en profite pour un bisou à l'une des fébriles qui officie à m'amener mon cosmo tout beau tout chaud sur le net)

02/02/2008

Un samedi aprem au soleil

Un passage par la FNAC en rentrant d'un Starbucks bien matinal, avec déroulage de liste dans les règles de l'art. Dans les rayons, faute du DVD de la Cité de la peur, je n'ai pas résisté au Jukebox de Catpower (en boucle dans mon salon depuis), ni au dernier album de Radiohead et me suis même offert la révélation du moment The Do.

Ensuite, retrouver soeurs et neveux et nièces au Mc Do de Starsbourg St Denis (oui oui le glauque 3000) rapport à la séance de théâtre des grands avec mes soeurs juste en face à 14H.
Après un déj, où je me rends compte que mes années Mc Do sont vraiment loin loin derrière (beurkk reviens Burger King), Violette et moi les laissons devant le théatre et nous partons pour notre aprem de filles.

Direction mon appart pour un rapide nettoyage de mains et museaux (merci Mac Do), et nous voilà rue Montorgueil sautillant joyeusement sur l'air bien connu "Lundi matin, le roi la reine et le p'tit prince..." (oui moi aussi je sautillais, et oui tu peux sourire).

Il fait grand soleil quand nous traversons la place René Cassin, en admirant St Eustache pour rejoindre le petit jardin des Halles. Celui avec les jeux pour enfants.
Ma Violette, les joues rosies par le froid, joue à cache-cache, escalade, dévale le toboggan... Un joli moment.

Quand nous remontons à la maison, nous nous pelotonnons sur le canap devant Gulli, avec tétine et doudou pour un maxi calin. Si les grands n'étaient pas venus chercher mistinguette je pense qu'on serait encore en train de dormir !

c64e7aaeb874335eebea95fe9bd35687.jpg fe42071de2cfae1290ed3a08281b2c56.jpg