Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/01/2008

Respirer, verbe du 1er groupe

Le jour, la nuit, tout le temps, partout, on le fait sans y penser, et justement parfois on y pense pour en y faisant bien attention oublier autre chose qui pèse. Je respire, tu respires.
Tellement de sens pour un mot si quotidien, pour une activité si naturelle :

1/ Attirer l'air dans sa poitrine, et le repousser dehors. Je respire, tu respires

2/ Vivre. Je respire, tu respires

3/ Fig. Se manifester. Je respire, tu respires, il aussi

4/ Avoir quelque relâche après un travail, une épreuve pénible. Parfois, je respire, tu respires

5/ Respirer après quelque chose, souhaiter quelque chose ardemment avec passion. Je respire

Instinctivement, si je devais définir "respirer", m'en aprocher avec des mots, du sens, je proposerai : inné, inconstant, rythmé, vital, apaisant, presque indécent. Inspirer, expirer. Je respire, tu respires.
Tout va bien se passer.

11/01/2008

Note pour plus tard

2h20 de sommeil, ce n'est pas suffisant.

Une envie de soldes. Impérieuse.

9f7e12c004f7a7247f3e3e4793d2ae26.pngParce que tout le monde en parle partout, parce qu'en plus ils nous disent bien (notamment dans ma matinale) que ce sont les dernières comme ça et du coup en réflexe il faut que je les fasse. Vraiment. Même si je n'ai pas franchement besoin de quoi que ce soit. Tout au plus des envies. Et que ma CB commence juste à se reposer après les vacances et Noël...

De toute façon, je sais bien que je vais finir par y aller. Au moins chez Zadig & Voltaire et Vanessa, et peut-être Isabel aussi. Et tous les autres qui seront sur mon chemin, ah, je suis faible. Mais quelle idée aussi d'avoir un bureau voisin des grands magasins ? Et aussi, il paraît qu'il me faut abso-lu-ment une robe de cocktail...

Allez j'arrête de faire semblant de me trouver de bonnes excuses, les soldes, les dernières je vais les faire, à Paris et à Troyes, c'est couru d'avance ! 

Mon Monoprix m'écrit

1856bce79e883ab8aeba2c1fd9e0e922.jpgSi, tu as bien lu. Mon Monop, il m'écrit. Même que ce soir matin en rentrant de ma soirée de séminaire bien arrosée, après un dîner à plein, un pot à moins où walkyrie et moi avons présenté Joan à mini boss et big boss, après que mini boss et moi soyons allées parler (beaucoup)  jusque maintentant au Tambour...

Après tout ça, en rentrant à la masion, je vois que j'ai du courrier. Comme je suis plutôt sur le coup, question courrier en ce moment, je décide de fouiller mon sac à la recherche de mes clefs sans attendre demain matin, je les trouve, j'ouvre ma boite aux lettres, j'attrappe l'enveloppe et la décachette et paf, je ris. Toute seule. Tout fort.
Parce que c'est mon Monop. Le même qui est fermé depuis trop longtemps et que je pleure du coup. Celui où avec Jean-Bruxelles on n'arrivait jamais à se concentrer du temps des courses pour le dîner hebdo... 

Et que m'écrit-il mon Monop ? Qu'il rouvre plus tôt que prévu, et que plus tôt c'est lundi prochain !!! Chic chic, ca veut dire que dès lundi, je vais pouvoir aller hanter de nouveau ses rayons, sans pester dans ceux de Marché U ou Franprix parce qu'ils n'ont jamais mon gel douche, mes céréales ou la marque de yaourt que j'aime ou l'huile d'olive que je veux. Ouééé.

Même mon Monop, comme s'il avait senti le drame de son absence dans ma vie, il me laisse en fin de lettre le nom de son directeur avec sa ligne directe pour si j'ai une urgence j'imagine. J'adore. Déjà que j'étais fan, mais là c'est à la vie à la mort. Merci Monoprix.

ps : sinon une fin de soirée bien instructive avec mini boss, et je vais tout essayer comme on adit faire de la place et matcher l'ext et l'int. Un vrai programme.

10/01/2008

Le fameux pied gauche

Non que j'aie pour ambition de ne te parler que de mes pieds en ce moment, mais il se trouve que ce pied gauche que je me suis méchamment esquinté l'autre matin et qui se rappelle trop souvent à mon mauvais souvenir depuis. Ce pied gauce, c'est justement celui avec lequel je me suis levée ce matin, et ni ma matinale, ni reggiani, n'y ont rien pu, je suis d'une humeur massacrante.

Et c'est une journée de séminaire (encore !) et j'aurai juste envie de feu de cheminée, vautrée sur un canapé, dans la nouvelle maison à la campagne, des vieux friends en boucle dans la machine à dvd. Cuver mon rhume, ma mauvaise humeur, et me faire chouchouter par mes parent, c'est dire...

08/01/2008

Je suis grande et coordonnée

Ou pas, ça dépend des jours, et ce matin plutôt pas en fait.
Pour tout te dire, que tu puisses rire aussi, figure-toi que  je me suis littéralement fermé la porte en verre de ma salle de bain sur le pied (ça va tu te figures là?).
Sur l'arrière de ma cheville plus précisément, et, en dehors de l'inévitable coup de "ça porte au coeur" (comme dirait ma maman) parce que 1/je venais de me lever et 2/à 7h02 je suis pas d'attaque pour me faire mal, ça me donne une jolie démarche de boîteuse qui fait fureur au bureau.

Pfff, me voilà le pied tout enrubanné de sparadrap, pas très assurée dans mes déplacements et le moral de dogue allemand bien levé lui, du coup, dès 7h03.
Re-pfff.

25/12/2007

Joyeux Noël à toi aussi

b3545c541b33ad82fd50e584a86c2f8c.jpg
 
Allez c'est bon, on peut tout décrocher les guirlandes et les boules, on peut tout ranger les jolies déco d'arbres ou de devantures, la messe de minuit tout ça... C'est fini, maintenant, encore une journée de taf, les derniers préparatifs et hop, à Montréal... Ouééé.

En plus, Alex, j'ai bien revérifié et 2008 sera notre année !
 
a00a18dbf1c54ed1b5d3de6af4e89171.jpg

21/12/2007

Color mood table

ee49489a24b9b17212305f441d04745f.png
Today my mood's quite green. Week-end is coming, and i can feel the holiday fever... Which is yours ?