Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/11/2009

La banlieue, novembre & moi

C'est lundi. C'est novembre. Il fait froid. Il fait gris. Il pleut. Je n'arrête pas de venir en banlieue. J'admets une difficulté d'adaptation et une sensation de fillette punie qui passe pas et m'alourdit la tête, le coeur et les jambes. Une envie de simplicité partout perso, pro, blogo-truc, métro tout ça.

Et ça m'inspire une envie de mini playlist anglée banlieue, tu viens ?

Lire la suite

15/07/2009

Tu ne vas pas le croire...

Je ne t'oublie pas.
Je sais, c'est difficile à croire, mais c'est vrai. Je suis juste un peu en jachère... Les mots tourbillonnent dans le désordre, j'attends qu'ils se rangent un peu (et se comptent) calmement et je reprends l'habitude de venir te raconter ma petite vie. Mes premiers jours d'oisiveté encadrée, les grandes vacances qui arrivent, les derniers films que j'ai aimé.
Je reviens quoi. Comme dans la chanson.

Et je t'en laisse une autre pour patienter, une que j'aime et qui n'a rien à voir avec mon prénom pour changer.


26/05/2009

Allo Hector, room service à domicile

Il faut que je te présente mon nouveau meilleur ami, le sauveur de mes repas à domicile de quand j'ai la flemme tout ça. Il est super dispo, plutôt rapide et cuisine très bien.
Je l'ai rencontré un dimanche soir de frigo vide, sur les coups de 21h30, si tu sais, quand tu réalises soudain que tu as super faim et juste rien à manger.

Image 2.png

Là, tel un Zorro moderne (et sans assistant muet), Allo Hector est arrivé dans ma vie. Lassée des Pizza Hut et autres Domino's j'avais envie d'un peu de changement et aussi de manger sain.

Seulement Lina's ne livre pas le soir, je tape donc "resto à domicile" dans Google et avise le portail alloresto. Je tourne un peu sur le portail, je choisis Allo Hector, et passe commande. Là, il a fallu que je me concentre cruellement pour choisir entre bagels, tartes salées, pâtes et mets japonais pour mon dîner du soir.
Une fois décidée, je valide, je reçois le coup de fil du staff d'Hector pour confirmer ma demande et une demie heure après je reçois mon bagel Chicken Green (trop bon) livré avec un mini paquet de chips Lay's et une salade verte fraîche. Mieux, Hector, il avait mis des carambars dans le sac en papier de livraison.

Depuis, Hector et moi avons pris le rythme de croisière d'une relation stable basée sur la confiance et l'affection mutuelle. Je le vois souvent le dimanche soir quoi... du coup je partage ma trouvaille avec toi. Et je voulais surtout te faire savoir qu'il existe une alternative à la mauvaise pizza ou au chinois plus très frais les soirs de frigo vide...

Sinon pour info, Hector il assure en extras aussi : préservatifs, champagne, etc.

---------------------------------------------------------------

Allo Hector 01 43 07 70 70
Horaires d'ouverture : de 19h à 6h du matin, 7 jours sur 7.
Modes de réglement : CB visa, espèces, tickets resto (pas de chèques ni d'Amex)
Livraison : Paris intra muros en 30 à 45 minutes (gratuit) et petite couronne en 40 à 60 minutes (5€)

10/03/2009

Il fait super froid, non ?

Non vraiment, parce qu'il paraîtrait que le printemps se ramène, mais j'me rends pas bien compte emmitouflée dans ma parka à fumer la dernière clope à ma fenêtre, celle d'avant de dormir en écoutant Bertrand Soulier que je vais voir en vrai mercredi soir à l'Entrepôt.

PS : non je n'avais pas de pari du genre "écrire la phrase la plus longue"...

11/11/2008

Week-end en pointillé

(si ta tête est playlistée comme la mienne je te plains un peu à la lecture de ce titre tu fredonnes Vertiges de l'amour)

weekend_1.jpg

Comme je t'écris en ce mardi soir frisquet, le graaaand week-end se termine.

Mais j'ai même pas mal. Pour plein de bonnes raisons, et quelques unes moins bonnes. Déjà, j'ai bossé ce week-end (et oué ambiance), genre samedi, et dimanche et mardi. Lundi aussi, j'aurai dû, mais j'ai déclaré forfait rapport à une migraine terrassante (non je somatise pas, rien à voir, ahem).
Bref, de grand week-end j'en ai point eu.

En revanche des petits bouts oui, et même des très biens.

Ca avait bien commencé par un vendredi soir qu'on attendait depuis septembre, avec une soirée Kemer au Club Med World (ma première fois à Bercy Village à refaire en été paraît-il là je me suis pas bien rendue compte). D'abord on a dîné, sans les anglais mais le coeur y était, on se serait presque cru de retour au paradis. Mais non. Parce que le Kemer mood à Paris ça marche moins bien, déjà les vigiles sont odieux, la soirée coûte deux yeux pour beaucoup beaucoup d'attente (ambiance la queue de Nemo chez Disney un dimanche de juillet). Du coup on n'a même pas profité des quelques GO qui avaient fait le déplacement, on s'est carapaté en vitesse, avec tout ça il était quand même bien 3H du mat, et si je me souviens bien j'ai pleuré, de rage autant que de fatigue, pendant tout le taxi du retour.

Le lendemain matin, courses rapide et Starbucks to go avant bureau, aprem productive boulevard Malesherbes, retour à la maison vers 19H30. La soirée il fallait qu'on se la réussisse, alors on a sorti le grand jeu, fondue savoyarde dans le coin d'Odéon et karaoké (du coup ça y est on L'a trouvé plus besoin de tester...). Une vraie bonne soirée, avec des chansons plein, des rires aussi, et la sortie d'un lycée du sentier.

Dimanche matin, grasse mat, sinon je meurs (à dire avec le ton de Foresti) puis rendez-vous boulot à République avec José, brunch au Pachyderme, le cadre est top, le brunch est pas divin mais bon et copieux, le boulot est chiant mais ça on s'en doute. Aussi on papote un peu... Aprèm studieuse (aprème heureuse?!) à la maison. Soirée télé. Le lundi je te le raconte même pas, tellement j'ai juste dormi.

Mardi, Starbucks people pourquoi (si, parce qu'on arrête pas de dire "pourquoooi ?"). Et bureau. Jusque nuit. Puis, comme une éclaircie de début, de milieu ou de fin de week-end, je sais plus bien, un dîner de filles à l'étienne marcel. Où il s'agit d'un week-end bientôt au coin du feu (non je focalise pas), de ski, de Londres, de Maroc... De "loin" globalement.
Et c'est chouette.
Et me voilà rentrée, mon bouquin m'attend. Mais comme quand même tu me manques je voulais pas encore laisser passer la chance de t'écrire tout le pourquoi du comment je t'écris presque plus (Blü, je t'ai perdu ? Parce que là j'essaie... !!).

02/02/2008

Un samedi aprem au soleil

Un passage par la FNAC en rentrant d'un Starbucks bien matinal, avec déroulage de liste dans les règles de l'art. Dans les rayons, faute du DVD de la Cité de la peur, je n'ai pas résisté au Jukebox de Catpower (en boucle dans mon salon depuis), ni au dernier album de Radiohead et me suis même offert la révélation du moment The Do.

Ensuite, retrouver soeurs et neveux et nièces au Mc Do de Starsbourg St Denis (oui oui le glauque 3000) rapport à la séance de théâtre des grands avec mes soeurs juste en face à 14H.
Après un déj, où je me rends compte que mes années Mc Do sont vraiment loin loin derrière (beurkk reviens Burger King), Violette et moi les laissons devant le théatre et nous partons pour notre aprem de filles.

Direction mon appart pour un rapide nettoyage de mains et museaux (merci Mac Do), et nous voilà rue Montorgueil sautillant joyeusement sur l'air bien connu "Lundi matin, le roi la reine et le p'tit prince..." (oui moi aussi je sautillais, et oui tu peux sourire).

Il fait grand soleil quand nous traversons la place René Cassin, en admirant St Eustache pour rejoindre le petit jardin des Halles. Celui avec les jeux pour enfants.
Ma Violette, les joues rosies par le froid, joue à cache-cache, escalade, dévale le toboggan... Un joli moment.

Quand nous remontons à la maison, nous nous pelotonnons sur le canap devant Gulli, avec tétine et doudou pour un maxi calin. Si les grands n'étaient pas venus chercher mistinguette je pense qu'on serait encore en train de dormir !

c64e7aaeb874335eebea95fe9bd35687.jpg fe42071de2cfae1290ed3a08281b2c56.jpg