Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/08/2011

Le Mini Palais a tout d'un grand resto

Hier je déjeunais en famille. Et ce fut l'occasion de tester la nouvelle adresse chic et so glam du tout Paris : le Mini Palais. Mini, sans doute pour la filiation docile à ses grands cousins musées (le Petit et le Grand Palais).

Le tout petit dernier cache bien son jeu, dissimulé à l'arrière du Grand Palais, son entrée fait face à la Seine et sans les grandes statutes de l'édifice on pourrait croire une brasserie hype comme les autres... (tu noteras BIEN le conditionnel hein)

mini palais,paris,restaurant,terrasse

Donc j'arrive dans un grand (GRAND) hall, où de jeunes personnes souriantes m'accueillent (c'est le moment de montrer patte blanche et de dire à quel nom ta table a été réservée). Je suis le jeune homme jusqu'à la jolie table en terrasse, de sol y sombras* comme dirait les aficionados d'arènes, et  je consulte le menu.
Déjà, à voir le nom du chef Eric Fréchon et celui de son chef exécutif (WTF?!) Stéphane d'Aboville, je me colle la chanson de Cat Stevens dans la tête direct. mais peut-être qu'il n'y a qu'à moi que ça fait ça?...

mini palais,paris,restaurant,terrasse

À peine le temps de choisir ce qu'on a envie de manger que la serveuse est là, tout sourire avec des gougères au comté 1ère classe en guise de bienvenue. Suivent un panier à pains bien rempli et un beurre qui n'a rien à envier au fameux beurre Echiré.
Là, il est très important de ne pas se laisser déconcentrer pour faire son choix dans la carte mêlant tradition, saison et exotisme.

mini palais,paris,restaurant,terrasse

Nous sommes venues tester. Nous prenons donc une entrée à partager. Un tartare de tomate verte avec une bruschetta provencale et du parmesan et un sorbet basilic. Super joli, cette entrée est légère et bonne, une ouverture d'appétit idéale et fraîche juste après la gougère.

mini palais,paris,restaurant,terrasse

Ensuite, été oblige, j'ai choisi un St Pierre Roti avec tomates assaissonées et roquettes. Il est servi avec des pensées (que je n'ai pas osé manger). La présentation est super soignée et me rappelle les rares restos gastronomiques où je suis allée. Le poisson est cuit parfaitement, comme je suis incapable de le faire chez moi et l'assaisonnement, la sauce sont parfumés et délicats.

mini palais,paris,restaurant,terrasse

Après tout ça, bien arrosé de St Pellegrino et de discussion sur les vacances, je n'ai plus très faim, je dois bien te l'avouer. Mais testeuse jusqu'auboutiste, j'accepte de partager la surprise du chef, un dessert dont j'ai oublié le nom mais qui peut se partager et qu'on a vu passer en début de repas en version pour 4. Nous prenons donc une version pour une personne. Des fraises, des fraises tagada, de la chantilly et des meringues maison, des biscuits aux pépites de chocolat et de la glace vanille. Yum. Bon. Mais je n'ai pas vraiment fait honneur, je n'avais plus de place !

Bref, un bel endroit, un bon repas. Un bon moment comme une parenthèse de vacances dans cette semaine d'août parisienne. Je te le conseille plutôt pour le soir et les grandes occasions, ce n'est pas donné, mais ça vaut le coup !

mini palais,paris,restaurant,terrasse

* ce qui signifie que la table est exposée pile poil, mi ombre mi soleil

08/06/2010

Un week-end à Lyon

Capture d’écran 2010-06-07 à 23.22.56.pngTout a commencé un soir tard, sur Gtalk, sur une idée d'Olivier, une envie de voir le strip-tease intégral de Ben au Musée d'Art Contemporain de Lyon. Comme nous ne connaissions pas Lyon et qu'il avait découvert la ville quelques années avant, nous avons décidé d'en profiter pour passer quelques jours dans cette ville réputée pour sa gastronomie et sa douceur de vivre. Nous voilà donc partis tous les 3, tels Riri, Fifi et Loulou à l'aventure.


Une vraie bonne idée.
Et comme je te trouve super sage, je te présente notre Manuel des Castors Juniors du week-end à Lyon.

Lire la suite

02/04/2010

Le derrière, un resto comme à la maison

Image 3.pngLes bonnes adresses de resto qui cumulent une carte appétissante, un service impeccable, une déco cosy et recherchée, une terrasse agréable et un fumoir se font rares à Paris.
J'ai eu la chance (merci Pulko) de découvrir une de ces adresses magiques récemment. Et, signe du destin, c'est un de mes arrondissements favoris, à dix minutes de chez moi.

Lire la suite

01/04/2010

Barcelone, citadine en bord de mer

Je suis déjà allée en Espagne. Mais je sais qu'il me manquait quelque chose...
Le petit supplément d'âme, comme dirait France Gall.
Ce week-end, j'ai arpenté les rues de Barcelone et malgré mes souvenirs balbutiants de castillan, que j'ai pourtant pratiqué des années durant, j'ai compris (hashtag inside).

Trois jours à l'heure espagnole ont suffit à me rappeler ce que je n'avais pas su trouver : l'authenticité.
Si j'attendais avec impatience de connaître enfin Barcelone, obscurément, je n'étais pas sûre d'aimer cette ville que tous s'accordait à trouver fabuleuse. Cependant, j'étais ravie de ce break de 3 jours, attendu comme  les bédouins guettent l'oasis.

Et, bien sûr... je suis tombée amoureuse.
De la ville en bord de mer, des mojitos de Roberto, de la culture à emporter de ce week-end, des palmiers et des céramiques du Parc Guëll.

Image 11.png

Lire la suite

14/03/2010

Petits plaisirs d'hiver

2263967420_be62a00461_b.jpgC'est l'hiver.
Si, on peut se parler franchement, c'est l'hiver. Et je ne te parle pas d'un hiver où la neige et les températures au dessous de zéro restent dans les stations de ski ou chez mes amis québécois. Je te parle d'un vrai hiver blanc, vif, piquant, et qui s'est invité jusqu'à cette veille de printemps.

Bon, on ne va pas se plaindre, on a eu des journées très ensoleillées et le soleil c'est toujours bon pour le moral (ne me remercie pas, la compagnie créole c'est pour toi, plaisir d'offrir...). Bref, je ne viens pas te parler de météo, Louis Bodin le fait très bien. Non, je voudrais m'attarder sur les conséquences de ce vrai hiver à rallonge.

Et aussi, au cas où le printemps tarderait à nous réchauffer le climat, comme je suis drôlement sympa (private running gag & special tribute to) je vais partager avec toi mes divers petits plaisirs d'hiver.

Lire la suite

29/09/2009

Week-end à Barcelone, mon citybreak !

photo-espagne-haut.jpgOu comment j'ai décidé de faire d'une pierre deux coup : 1/me réconcilier avec l'Espagne en un week-end, 2/réussir un citybreak à Barcelone.
Je t'explique, l'Espagne et moi ne nous sommes jamais rencontrées "comme il faut".

Pourtant, on avait tout pour bien faire : une même idée de la fête, un même amour pour la grasse mat' et la plage. Ajoute à ça, un côté vacances même en plein hiver et une musique dans l'accent qui fait chanter toutes les syllabes et illuminait ma salle de lycée en terminale.
Parce que les étincelles entre le pays de corrida et moi ça a commencé avec l'apprentissage de la langue, cet idiome coloré et lumineux. C'est entre mon transistor (mecano en tête) et le collège que j'ai appris les rudiments qui me restent.

Bref, ma première fois en Espagne j'attendais un coup de foudre, une reconnaissance mutuelle, le truc où tu sors des abords de l'aéroport et tu te sens arrivé, revenu presque, à ta place en somme. Mais rien.
Je n'ai rien senti d'autre que le soleil qui chauffait ma peau et la cerveza qui pétillait en bouche (c'est déjà pas mal, tu me diras). C'était un grand hôtel à la Manga, ou mes parents fêtaient les 50 ans de mon père, ou avec ma sœur aînée nous avions bronzé, golfé et dansé avec les américains le soir... Le peu d'espagnol que j'ai utilisé se bornait à la commande du petit dej, auprès de Jesus notre serveur, et celle du soir au bar à tapas de l'hôtel. Loin de l'image d'une Espagne pittoresque j'étais en plein mirage (agréable mais tout de même) à touriste.

La seconde fois, c'était en mars dernier, pour le boulot. Je passai deux jours à Valencia. Au programme, test de voitures et grosse soirée de présentations de toutes les nouveautés SEAT. Nous sommes arrivés sous la pluie, avons pris nos chambres dans un hôtel excentré de 40 étages et avons silloné en bus quelques endroits à voir avant d'investir l'endroit réservé à la soirée surplombant le port... Cet endroit magnifique et le tour en voiture du lendemain m'ont fait regretter de ne pouvoir mieux en profiter.

Me voici à l'aube de mon 3ème séjour en Espagne et là, pas question de me rater... Barcelona, me voilà !!

Lire la suite

26/05/2009

Allo Hector, room service à domicile

Il faut que je te présente mon nouveau meilleur ami, le sauveur de mes repas à domicile de quand j'ai la flemme tout ça. Il est super dispo, plutôt rapide et cuisine très bien.
Je l'ai rencontré un dimanche soir de frigo vide, sur les coups de 21h30, si tu sais, quand tu réalises soudain que tu as super faim et juste rien à manger.

Image 2.png

Là, tel un Zorro moderne (et sans assistant muet), Allo Hector est arrivé dans ma vie. Lassée des Pizza Hut et autres Domino's j'avais envie d'un peu de changement et aussi de manger sain.

Seulement Lina's ne livre pas le soir, je tape donc "resto à domicile" dans Google et avise le portail alloresto. Je tourne un peu sur le portail, je choisis Allo Hector, et passe commande. Là, il a fallu que je me concentre cruellement pour choisir entre bagels, tartes salées, pâtes et mets japonais pour mon dîner du soir.
Une fois décidée, je valide, je reçois le coup de fil du staff d'Hector pour confirmer ma demande et une demie heure après je reçois mon bagel Chicken Green (trop bon) livré avec un mini paquet de chips Lay's et une salade verte fraîche. Mieux, Hector, il avait mis des carambars dans le sac en papier de livraison.

Depuis, Hector et moi avons pris le rythme de croisière d'une relation stable basée sur la confiance et l'affection mutuelle. Je le vois souvent le dimanche soir quoi... du coup je partage ma trouvaille avec toi. Et je voulais surtout te faire savoir qu'il existe une alternative à la mauvaise pizza ou au chinois plus très frais les soirs de frigo vide...

Sinon pour info, Hector il assure en extras aussi : préservatifs, champagne, etc.

---------------------------------------------------------------

Allo Hector 01 43 07 70 70
Horaires d'ouverture : de 19h à 6h du matin, 7 jours sur 7.
Modes de réglement : CB visa, espèces, tickets resto (pas de chèques ni d'Amex)
Livraison : Paris intra muros en 30 à 45 minutes (gratuit) et petite couronne en 40 à 60 minutes (5€)

18/04/2009

J'vis toujours des soirées parisiennes

IMG_8897.JPG

Ca se tient, en même temps, je vis à Paris. Il n'en reste pas moins que des soirées parisiennes j'en écume quelques unes, certaines dont j'ai envie de prendre le temps de te parler.

Déjà, il ya un peu plus d'une semaine je suis allée célébrer l'arrivée de l'iPhone 3G chez SFR. Ce mardi-là, premier prime de Baltard, je sautai donc la session Nouvelle Star live de twitter au profit d'une soirée avec des vrais gens, une grosse poignée de people et un showcase de l'ami Yodelice (sisi, après tout ce temps on est ami maintenant j'ai vérifié). Je ne vais pas réinventé la poudre, Eric raconte très bien la soirée. J'ajouterai juste que je vénère la google map sur Blackberry et que si la terrasse du Bertie est extra, ses frites le sont moins.

Ensuite, dans l'ordre le jeudi soir j'ai vécu une soirée en périphérie de Paris. D'ailleurs si je suis honnête j'ai vécu une périphérie de soirée... Invitée par Allociné à découvir en avant première les coulisses du tournage de la série Braquo dans les locaux de Canal+, nous sommes arrivés fins derniers, bien après la projection et juste a temps pour les questions/réponses avec Olivier Marchal. Ah si on a croisé le buffet (extra) aussi.
Olivier a écrit et réalisé 4 épisodes mais sa patte sera sur 6 des 8 épisodes diffusés par la chaîne cryptée dans un avenir qu'on espère super proche tant il en parle bien. La chaîne a d'ailleurs dédié un minisite aux coulisses de la série, à voir !

Après ça, il y a eu notre soirée à Baltard. Invités par BRM suite à la diffusion du premier épisode de cette saison de Nouvelle Star chez M6 et en présence du jury, nous avons donc bravé le rer A en milieu d'après-midi pour aller voir de plus près ce fameux pavillon des bords de Marne. C'est dûment tamponnés que nous sommes allés nous assoir à nos places (une fois avoir remisé portables, bouteilles d'eau, sac et tout ce qui n'est pas autorisé au vestiaire). Sans portable, point de twitter et sans twitter, ben la Nouvelle Star c'est pas vraiment ça cette année.
Partager nos réflexions à chauds, nos bons (ou moins bons) mots avec nos amis en espérant que la grosse baleine blanche ne fasse pas tout planter, c'est le sel de cette émission à mon goût. J'avais très envie de faire le live, et bien... c'est fait. Le chauffeur de salle chauffe comme il peut et surtout nous dit ce qu'on doit faire, quand et comment, et aussi bien sûr ce qu'il ne faut pas faire, nous félicite ou nous réveille pendant les pauses, bref, le côté télécommandé et militaire ne m'a pas vraiment plu.
Pour ce qui est du public, Eric a déjà raconté Patricia, j'ajouterai qu'étant à côté d'elle j'ai failli perdre l'oreille droite à chacun de ses hurlements. Bref, on se donne rendez-vous sur twitter mardi prochain en espérant voir Damien se rattrapper (allez...).

Enfin, hier soir, invités par Laurent Guyot & Co, nous avons écouté Pascal obispo célébrer Goom Radio au VIP room. Nous avons croisé des égarés de la star ac toutes saisons confondues, les éternels paparazzis de Voici et consorts, Laurent Artufel (qu'on n'a pu s'empêcher de re-féliciter pour sa pièce Parfums d'intimité), quelques coupes de champagne, des blogueurs, etc.
Cette fois-ci on avait les bracelets qui vont bien (voir photo, spéciale dédicace).
La partie la plus drôle je crois que c'est le dîner de juste avant au Ruc, où dînaient également nos amis les peoples, notamment Jean Claude Jitrois mais aussi Pascal Obispo (ambiance, on ne se quitte plus), où j'ai failli me noyer dans mon coca light aussi.

Le point commun de toutes ces soirées : les chansons.
Dans les gradins (au grand dam des mômes assis devant nous) à Baltard, assis au VIP room pour aider Pascal qui avait du mal avec les paroles, dans le taxi du détour.