Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2012

There is absence, there is lack

soulsavers,you will miss me when i burn

Cinq jours de mars au compteur. C'est presque rien mais déjà, la nuit tombe moins vite, on descend les radiateurs et les couches de cachemire. On s'autorise un tour de cou de moins avec l'écharpe et on se sent  l'humeur printanière en diable. On lorgne les couleurs flashy quand on croise les vernis chez monop. On n'a plus assez de ses deux mains pour compter les jours passés sans mettre ses Uggs. Les converse en toile refleurissent le parquet de la chambre à coucher.
Laisser partir l'hiver c'est dire au revoir à la ralcette et vieillir un peu (enfin pour moi surtout, qui suis née au printemps) mais qu'est-ce qu'on ne ferait pas contre un peu de soleil et de chaleur. Mais nos corps engourdis par tout ce froid et ce fromage ne sont pas encore super playlistés sur le printemps.

Du coup, pour signifier au mien la sortie d'hiver, samedi je me suis offert 3h de dépaysement total. Imagine, tu te lèves (et tu te bouscules), il est tôt (12h) et ton premier impératif est à 15h. D'abord tu pars en exploration d'armoire, dans les affaires d'été pour retrouver un maillot de bain. Rien que ça déjà c'est exotique 3000, après les collants sous le jean lui-même caché sous la parka, tout à coup tu enfiles un maillot de bain... Hum. Entre hammam, sauna et massage j'ai passé 3h au paradis. J'en suis ressortie toute neuve, toute zen et totalement imperméable à la bruine bretonne qui s'abattait sur Paris.

Si je te dis que dans 2 dodos, je file voir ma mer préférée pour quelques jours entre filles, tu comprendras le sourire du chat d'Alice que je me trimballe.

En attendant le TGV de mercredi, je liste ce qu'il faut mettre dans le sac des mini vacances en forme de week-end, je vide la carte mémoire du reflex, je remplis l'iPhone de nouvelles chansons... D'ailleurs, j'ai découvert cette chanson-là hier soir, et je l'ai en tête depuis. Je te la prête.
Elle est comme cette sortie d'hiver.

Un peu rauque, un peu floue, un peu belle. Presque vraie... aussi.

22/02/2012

Fatigante, excitante, pas très galante, souriante, énervante, menaçante, parfois changeante, sur la bonne pente, désespérante

Ouais. Aussi.

J'assume tous les souvenirs so '97 que fait remonter cette chanson, évidemment.

14/02/2012

But I'm glad I spent this time with you

En ce moment je conduis et je cours.

Je conduis l'électricité (avec ou sans Uggs) et me prends des coups de jus quoi que je touche : l'ordi, l'imprimante, la poignée de porte, le bouton d'ascenseur, l'étagère métallique, les gens (ceux qui comptent, mais les autres aussi).

Et je cours. Comme d'hab tu me diras. Non, plus que d'hab.
Déjà au bureau dans les nouveaux étages, en général pour tout faire tenir dans une toute petite journée le pro partout et garder quelques oasis de perso. En plus (et pas des moindres comme dirait un de mes étudiants, big up T.) en ce moment c'est la dernière ligne droite avant rendu de mémoire pour les étudiants que je dirige et j'encadre une étude de cas à l'école le soir. Tout ça fait des bonnes journées.

Donc j'ai pas super le temps de tout bien te raconter comme je voudrais, mais ça va revenir. En revanche, j'en profite pour te laisser ma chanson du moment, c'est Lilly Wood & The Prick et j'aime beaucoup.

03/02/2012

Ta peau tes mots... et puis le risque

Zazie ici ce n'est pas exactement une surprise. Et puis cette chanson-là elle est vraiment chouette. Les voix d'Aaron et de Zazie ensemble c'est déjà super joli, mais en plus les paroles et la mélodie me transportent.

Alors je te laisse juger sur pièce. Bon week-end !

Je suis venue te parler des papiers REY

Je n'imaginais pas me retrouver à une soirée pour parler papier. Et pourtant, sur un coup de baguette de ma bonne fée, c'est ce qui m'est arrivé le mois dernier.

Bon, je te raconte vite fait, après un save the date en forme d'orque (que j'avais pris pour une invitation au Marineland, mais non), et une soirée bookée bien à l'avance donc, me voilà tout juste sortie du taxi, sous la pluie, début janvier dans le 4ème.

La soirée a commencé quand j'arrive dans la boutique, je reconnais quelques têtes (notamment Alicia, Bixente et la troupe de Spöka que je commence à bien connaître, big up Jean-Luc) et j'avise des coupes de champagnes dans quelques mains (non, je ne dénoncerai pas) ; bref la soirée s'annonce bien.

Après un petit sas de décompression je rencontre une équipe de fabricants de papier passionnée, ils m'expliquent qu'ils fabriquent un papier éco-concerné, voire responsable et surtout citoyen. Le discours est séduisant, clair et impactant.

Capture d’écran 2012-01-25 à 11.24.18.png

Spöka, à son habitude, n'avait pas fait les choses à moitié et en dehors des échantillons de papiers ils avaient préparé une surprise personnalisée pour chacun des 10 blogueurs invités. Nous étions dans une très jolie boutique de bijoux et autres petites choses réalisés par deux artistes/créateurs, et justement, Spöka avait proposé à l'un d'eux, Arnaud, de relever un défi (en papier.)
Plus exactement en paper design !
Arnaud s'est prêté au jeu et a réalisé, avec des ramettes de papier REY de couleur, des objets totem pour chacun de nous. Chapeau !

photo 2.JPG

photo 3.JPG

Ainsi, Alicia a eu son premier sac Kelly, Bixente des espadrilles bleues à la bonne taille, Gonzague un BB blanc, Ravana une caméra, le Blog en Bois est reparti avec un castor et je ne sais plus qui est reparti avec ce robot orange que nous avons tous lorgné ! Bon et je fais ma fille, mais le plus beau paper design de la vie, c'est moi qui suis repartie avec... La pureté du diamant de papier, c'est tout moi !

photo 1.JPG

Ce qui est sûr, c'est qu'avec cette opé maligne, j'ai prévu d'évangéliser au bureau comme à la maison et désormais, j'imprime sur du Rey. Surtout que du coup, je fais du bien à la forêt. Allez, toi aussi, teste !

27/01/2012

So you think that Im harder than easy

Aujourd'hui, je te présente un Jack nouveau dans ma vie. Dis bonjour à Jack Savoretti !

Son album Harder than easy tourne dans mon Iphone avec la nuance dont je suis coutumière (ahem). J'ai découvert sa voix et ses paroles sur ce titre- là. Et je suis allée direct sur iTunes pour acheter l'album.

Sa voix est comme j'aime, tu commences à savoir toi aussi comme c'est important pour moi la voix, et même, si tu es assidu(e) tu sais le type de voix qui me touche. Je te mets une version avec image fixe parce que le son est vraiment mieux que sur la seule autre version dispo sur Youtube (mais note toi dans un coin qu'il est mignon comme tout).

Décidément, les Jack(s) sont des valeurs sûres.

ps : évidemment, on peut parler des paroles aussi hein.

26/01/2012

Detachment by Tony Kaye

images.jpegIl y'a des films "claques", comme un uppercut, des qui se cognent contre toi avec toute la beauté de cette violence-là. Avec un hyper-réalisme au bord de la catastrophe. Dans cette catégorie, la dingue de listes que je suis range La journée de la jupe et Tout est parfait entre autres.


Il y'a des films chouettes qui parlent de relations humaines. Des familles hallucinantes, des tribus un peu beaucoup passionnément... psychotiques noyées dans leurs schémas, souvent ça tient à un regard de réalisateur, à une complicité entre acteurs... Là, dans mon top personnel on trouve Darjeeling Unlimited (tout à la fois drôle et touchant), Les petits mouchoirs et bien d'autres.


Il y'a des films tristes, des qui te tordent les cordes vocales et te nouent gorge et tripes. Où résonnent des tragédies grecques dès les premières scènes. Ici, je range Une séparation, Gran torino, Match point et Dans ses yeux.


Il y a des films étonnants, où les acteurs irradient où tout est esthétisme où la gorge se serre aussi parfois. Des qui doivent te laisser le temps de les intégrer, de les digérer. Pour qu'enfin un matin (ou un soir), tu en sois sûr. Ces films-là tu les as aimé. Mieux que les mots ne peuvent le dire.
Dans cette dernière catégorie, j'ai rangé M. Nobody. Après avoir laissé filer 3 semaines et quelques dodos, c'est justement la place que j'ai décidé de donner à Detachment.

Lire la suite

13/01/2012

Talking to you is bittersweet

Une jolie découverte (merci Amélie) que ce single un peu OVNI. Rythmique et pêchu pile ce qu'il faut pour un vendredi !