Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2011

This is my grown-up Christmas list

De retour au bureau, j'ai quelques instantannés de long week-end à deux de tension à la campagne à partager avec toi. Comme j'aime les listes (on le sait), en voilà une non exhaustive du programme du week-end dernier...

- Relire Philippe Besson, Se résoudre aux adieux
- Faire des paquets cadeaux "maison" sur le parquet de ma chambre
- Acheter toute la "trash press" disponible au Relay de la Gare pour les trajets
- Rire
- Essayer et adopter mon nouveau rouge à lèvres NARS, Schiap
- Chanter et danser sur les tubes des années 90 dans le salon familial comme des ados surexcités (merci l'émission de W9 ou M6 je ne sais plus)
- Lire un livre de plus d'Olivier Adam, Le coeur régulier
- Parler cinéma et dire la déception de Shame, et l'envie de voir vite et dans le désordre J. Edgar, Les adoptés, New Year's Eve, Take Shelter
- Laisser les iPhone et le macbook pro au repos sagement dans la chambre (et déconnecter donc)
- Prendre des photos
- Jouer à la brand new machine à sous (nouvelle lubie de mon père) installée dans le jardin d'hiver devenu succursale du Caesar Palace de Vegas un peu...
- Câliner les ânes et leur offrir des carottes pour Noël (devenir leur meilleure amie)
- Montrer cet extrait magique du Coeur a ses raisons et passer les 4 jours à dire "Joyeux Naël, Joyeux Naël" en boucle (faire l'étoile aussi)
- Passer 20h sur 24h à manger et/ou boire et/ou parler de ce qu'on va manger après
- Marcher dans le village et aux alentours (pour digérer un peu)
- Tomber amoureuse. Du vin de ma vie. En boire à tous les repas, pour fêter ça. En rapporter une bouteille dans ma valise.
- Aller boire le café à toute heure puis rentrer faire le thé pour les amis parisiens de passage (faire pipi tout le temps du coup)
- Doucement décompresser... et revenir à Paris !

Et maintenant j'arrête avec les chansons de Noël, je sors les alka selzer et en route pour la St Sylvestre...

01/11/2011

Fall 2011

Ô joie, j'ai enfin downloadé mes photos de ce dernier week-end d'octobre à la campagne et voici un digest des couleurs de l'automne, juste pour toi.
En les triant j'ai remarqué que finalement, la mode n'a rien inventé, toutes ces couleurs me font de l'oeil sur les rayonnages des magasins que je ne fréquente que trop rarement depuis des semaines (je me réserve pour mon week-end de shopping à Cardiff, hâte).

Bref, voici quelques photos de plus de ma campagne, en ocre et rouge et vert donc.

IMG_3357.jpg

Lire la suite

31/10/2011

Instantanés de ma campagne

En trois briques : du vert, de l'air et des bestioles.

Pour des raisons évidentes d'oubli de déchargement des photos faites ce week-end, tu vas avoir, pour ces instantanés sur blog, celles du premier week-end d'octobre. Le programme reste sensiblement toujours le même et c'est surtout aussi ça que j'aime...
Balade, câlins avec quadrupède à poils plus ou moins longs selon la saison, afternoon tea à rallonge, photos de tout tout le temps, papotage etc.
Ce week-end, la balade ce fut 9 km entre bord de canal et petits villages de la Marne, par exemple. Les deux vraies différences entre le week-end écoulé et celui dont je te montre les photos, ce sont les enfants (ce week-end il y en avait 4) et les couleurs. L'automne fait désormais régner ses couleurs et le vert se fait foncé et clairsemé quand les ocres, les jaunes et les rouges flamboient. (oui je te fais rêver, et pour la peine tu auras les photos dans un avenir proche -aka avant Noël- ne remercie pas, c'est plaisir d'offrir)

IMG_3155.jpg

IMG_3183.jpg

IMG_3199.jpg

IMG_3204.jpg

IMG_3235.jpg

IMG_3247.jpg

IMG_3299.jpg

IMG_3315.jpg

IMG_3346.jpg

IMG_3340.jpg

07/10/2011

And just smiling at the sound

Thanks God it's Friday.
Si, tu sais, les semaines où l'été se change soudain en automne. Où le boulot s'amoncelle. Où on peine à trouver du temps pour voir ceux qu'on aime... Ce genre de semaine-là qui se termine juste au moment où on hésite entre soulagement, relâchement, jetage et nausée.

C'est chouette de savoir se souvenir d'être en amour avec sa tribu à ces moments-là, précisément. Obstinément.

Alors, je choisis cette si jolie reprise de Cure de Céline Mastrorelli. Ma première chanson de Cure déjà ça se fête. Et une nouvelle amitié aussi. Alors ça en fait des choses à fêter en cette veille de week-end. Ecoutez-la bien, cette cover de Céline est une pépite et le clip est tout à la fois pétillant de son Sud et amoureux de mon Paris.

28/05/2010

Mon Follow Friday n'est pas (que) sur Twitter

Image 1.png

 

Dans l'univers impitoyable de Twitter il y a les Follow Friday (à ajouter au lexique de cette note-là donc). Aussi appelés FF, le Follow Friday, c'est la petite promo du vendredi. C'est la tête de gondole des membres actifs de Twitter.
Plus sérieusement, c'est l'occasion d'un coup de projecteur sur les personnes dont on aime les tweets, par ricochet ça permet d'élargir son horizon twitterien. Certains sont très assidus à l'exercice, certains se gargarisent et RT* même les marques d'attentions de leurs lecteurs. J'ai mon lot de FF chaque vendredi (merci) mais je n'ai jamais FFisé personne, pas par snobisme, juste parce qu'il me semble évident que je ne suis que des personnes qui me plaisent en 140 caractères (et parfois aussi dans la vie) et qu'il n'est pas besoin d'en faire deux tonnes. D'autant que je RT comme personne.

Bref, revenons-en à mon point de départ, je veux quand même coup-de-projecteurer quelq'un en ce vendredi. Un avec qui on dégaine les youtube de la chanson pourrie du vendredi à tout va, un qui connaît les deux Carla (celle de l'Elysée -comme tout le monde- et celle du bout de notre rue). J'ai nommé Todac, Mon Voisin (aucun lien avec Totoro).

Le jeune Todac vient donc de lancer son blog, et celui que j'avais découvert sur twitter puis rencontré dans le quartier qu'on se partage, me régale désormais en plus de 140 caractères et je ne suis pas peu fière d'y être pour quelque chose.
Mieux, je m'autoproclame #marraine dudit blog, et je t'invite à découvrir cette plume (ce clavier?). Parce qu'entre autres choses, Todac n'hésite pas à parler des sujets cruciaux et à taper là où ça fait mal. C'est un peu le Synthol de la rue Hum hum, tu vois?

Message personnel :
mon #voisin, dans le désordre, bravo, bienvenue, moi non plus je ne sais pas comment mettre les avatars sur ton module de comments et vive Florence Foresti (notre FF préférée)...

-------------------------------------------------

*RT = aka Retweeter (verbe du premier groupe) qui signifie republier un tweet qui nous a plu en citant son auteur et en ajoutant (s'il reste suffisamment de caractères à dispo) son grain de sel. Le RT est au moins aussi valorisant qu'un FF.
Exemples de sujets propices aux RT : des articles sur un sujet d'actu, ou sur le web social (vu la clientèle sur twitter...), un trait d'esprit avec ou sans rapport télévisuel, une photo (appelée twitpic par cette secte étrange) bien teasée...

09/03/2010

Les messages (pas trop) subliminaux

la_cite_de_la_peur_odile_deray.jpg

Le coup de fil hebdomadaire aux parents, le lundi en attendant le métro après le boulot.

Ma mère décroche, volubile :
"On a de la chance de ne pas être à Nimes, tout est bloqué par la neige !
- Ah oui...
- On vient de regarder le JT avec ton père et c'est dingue les gens dorment sur les routes !
- Hum (je réalise du même coup l'heure qu'il est, on est déjà l'après JT)(je perds le fil quoi)(oui on parle de la neige, ok rebondir...) Oui, enfin on a eu notre lot de neige aussi hein, chacun son tour! Bon, vous allez bien?"

S'ensuivent quelques échanges sur les enfants de mes sœurs et leurs vacances avec mes parents et l'ânesse à la campagne, sympa mais il me semble oublier quelque chose. D'un coup, je me souviens pourquoi j'appelle et raconte à ma mère mon X-file de la journée : dans mon agence bosse le fils d'une de ses amies. Qu'il a reconnu mon nom quand j'ai envoyé un mail groupé, qu'il a demandé confirmation à sa mère durant le we et que paf, aujourd'hui il vient me parler à la machine à café de sa grand mère et sa mère qui m'ont vu grandir. Que le fait qu'il arrive en m'appelant par mon surnom, crée un lien quasi immédiat et qu'on enchaîne sur la petite ville (#tributetoMarie pour les fans) où l'on est allé à l'école tous les deux, dont on est aussi tous les deux parti très vite, toussa.

Ma mère hallucine comme moi et dit : "C'est un jeune homme sérieux" (oui, je sais, c'est lunaire, même pour ma mère)(qui a par ailleurs des tas d'expressions bien chamarrées que j'aime).
J'entends la voix de mon père qui se rapproche, commence alors un conciliabule et ma mère dit : "Mais non, attends Mathilde, j'explique à ton père" et elle re-raconte l'histoire du fils de sa pote blablabla (on fait ça super bien dans ma famille, comme si on ne connaissait pas la fonction haut-parleur en fait). Je patiente, sagement, finis la conversation avec elle une fois l'histoire terminée et parle à mon père, qui attaque bille en tête : "J'étais content quand j'ai entendu ta mère parler de quelqu'un de sérieux. J'ai cru que tu appelais pour dire que tu te mariais ou que tu étais enceinte"...

Autant te dire qu'à ce moment-là, WTF s'est écrit dans ma tête en lettres de feu...
Et je n'ai pas cessé de rire depuis ne suis pas encore remise de la subtilité paternelle !
(and for the record, please note that I'm not pregnant)(and not fiancée either)

16/07/2009

Une partie de campagne

À peine une heure de train et me voici en pleine campagne, dûment bottée et K-waytée rapport au petit temps de novembre, je crapahute entre les épis de blés pour rejoindre le bois des Brosses à l'abri de la pluie entre les enfants, le petit cheval fougueux et le chien loup.

Campagne.jpg

Lire la suite

18/06/2009

Me cherche pas, c'est mieux...

Bon, je sais, tu vas trouver que je déserte Paris souvent.
Mais j'ai plein de bonnes raisons : déjà il fait super beau et c'est parti pour durer ce week-end à priori, ensuite ce week-end-là on se le prépare depuis novembre. Aussi, je crois bien que ce fut l'un de nos premiers projets lointains en commun, se dire qu'on passerait ce cap-là ensemble. Que du coup, en additionnant, on ne ferait pas du tout notre âge, que ce serait une chouette occasion de faire la fête.

Nous y voilà.
Entre temps, l'eau a coulé pas mal, partout.

Il n'en reste pas moins que ce week-end, ce sera celui de nos tribus. Justement, je suis en pleine préparation du sac du week-end, avec le rouge qu'il faut, les chansons en rang d'oignons dans l'iPod, et une envie de danser comme rarement.

On va se fêter l'été, la musique, l'amitié, le temps qui passe aussi (sans nous faire prendre une ride, ça va sans dire)... Hâte !

Je te souhaite un bon week-end, sors, profite du beau temps et quand tu reviendras je te raconterais la Corse, la filière Bleu Blanc Coeur, comment je suis trop sensationnelle et plein d'autres choses futilement indispensables.