Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/09/2010

La fille de l'après-midi, Elodie Frégé

Elodie Frégé, je t'en ai déjà parlé souvent. Avant et après l'avoir vue sur scène, pour le plaisir ; et parfois même elle m'a aidé à faire passer des messages (pas si) subliminaux.

Capture d’écran 2010-09-10 à 00.33.57.png

Alors, quand j'ai reçu l'invitation de Lucie d'Universal à venir l'écouter chanter quelques titres de son prochain album en acoustique, tu penses bien que j'ai fait de la place dans mon agenda. J'ai aussi évidemment proposé à mon +1 préféré (fan lui aussi) de m'accompagner. Cerise sur le gâteau, Lucie me propose d'avoir un créneau pour un entretien avec Elodie. Nous décidons donc de faire une interview à deux, et rendez-vous est pris.

Je reçois l'album, La Fille de l'après-midi, dans la semaine et je manque de temps pour l'écouter comme il faudrait. Néanmoins, j'ai déjà pu entendre le single, la fille de l'après-midi, qui fonctionne bien et me plaît. On y sent une Elodie différente et à la fois on l'y retrouve. Je ne m'attarde pas sur l'album, parce que ma semaine est pleine. Et ce n'est que la veille au soir que je survole d'une oreille l'album de promo.
Là, une chanson se détache : Les Heures Inertes. 

Ca ne suffira pas pour poser toutes les questions qu'il faudrait, mais je fais confiance à notre duo pour trouver sur place. Et puis, on connait bien ses deux albums précédents... On brainstorme un peu dans le taxi qui nous conduit dans le 5ème pour savoir si on lui demande sa marque de céréales favorite ou l'usage qu'elle fait des médias sociaux (au final on n'aura demandé ni l'un, ni l'autre).

On arrive juste à temps, et je l'aperçois à l'entrée du studio, saisissante dans sa petite robe noire asymétrique, perchée sur des Louboutins vernies. Sa beauté est flagrante, et sa gentillesse aussi. Elle nous accueille avec la bise et se présente d'un "Elo, enchantée". 

Quand je l'avais vue sur scène, nous étions peu (grève oblige) et La Nouvelle Eve étant un lieu à l'atmosphère cosy et intimiste, elle m'avait déjà étonnée par son naturel, sa propension à se moquer d'elle et à partager avec son public ; c'est encore plus vrai en tout petit comité. Souriante, elle nous dit de nous installer où l'on veut et s'éclipse pour un raccord maquillage. Là, Lucie nous explique qu'une équipe de tournage voudrait assister à notre interview pour 100% mag et nous commençons à regretter de n'avoir pas mieux préparé... Qu'à cela ne tienne, nous serons décalés un peu et curieux surtout.

Nous nous installons sur la petite scène et indiquons un des sièges rouges à Elodie, pour changer les rôles. Elle s'assied, et nous commençons, éclairés par la caméra d'M6. Nous parlons évidemment de son album, elle nous raconte les étapes de la création (elle a écrit et composé la majorité des titres, aidée par son bassiste Benjamin)(pas Biolay). Son implication s'est étendue à la production cette fois-ci, elle a arrangé certains titres, toujours avec Benjamin. Elle est très heureuse de cette expérience approfondie, elle espère que le disque étonnera, troublera et plaira évidemment.

Quand on lui parle de ses influences elle cite Gainsbourg, Biolay, Sia, Massive Attack... Elle parle aussi beaucoup de Belle de Jour, une petite cousine de sa Fille de l'après midi. Elle aime se plier à l'exercice de l'explication, confesse sans se faire prier et dans un sourire qu'il y a beaucoup d'elle dans les textes de ce 3ème album. Ecrire lui permet de sortir, de canaliser un peu, d'expier. On sent que c'est aussi une jolie histoire de partage...
À la question sur le duo de ses rêves, elle répond Damien Rice et (évidemment) je serai super pour (Damien if you're reading...).

Finalement, nous aurons été beaucoup plus sérieux que prévu durant cet entretien, et on sent Elodie très investie dans cet album. Nous mettons fin à l'interview juste après qu'elle ait évoqué ses envies d'apprendre (dans le désordre) la poterie, la peinture, le piano... et pendant qu'elle file se changer nous sortons retrouver William pour patienter avant le showcase.

Installée dans les fauteuils rouges, je découvre le mini documentaire en noir et blanc signé universal où Elodie parle de l'album, puis le clip de la Fille de l'après midi (très réussi).

Elodie arrive ensuite avec ses musiciens. Touchante, émue, "traqueuse" comme elle dit elle commence avec les Heures Inertes. Suivent Le Pont, la Fille de l'après midi et une autre dont j'ai oublié le titre, sous le coup de l'émotion elle change des paroles et s'y reprend à deux fois. Cette fille est vraiment étonnante, un instant elle est attendrissante à souhait et juste après elle chante si bien qu'on oublierait presque sa fragilité.

Comme tu dois le lire sans mal, je suis cuite à point pour aimer son album désormais. Maintenant qu'elle me l'a expliqué, maintenant qu'elle m'a transmis l'émotion nécessaire, maintenant que le gros de ma semaine est derrière moi.

Je te laisse avec la seule photo presque pas ratée que j'ai prise pour fêter ça, et je te conseille d'écouter attentivement l'album qui sort le 4 octobre, parce que cette fille-là, en plus d'être belle (de jour et de fin d'aprem), elle sait écrire et ça s'entend. 

IMG_1313.JPG

29/01/2008

Du courage, et de l'acoustique

11/12/2007

Aujourd'hui ce sera Keziah


21/04/2007

L'automne vibrant acoustique