Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

allociné

  • Wes Anderson nous offre The Grand Budapest Hotel

    Et, crois-moi, c'est un très joli cadeau.

    movies_grand-budapest-hotel-poster.jpg

    On retrouve dans The Grand Budapest Hotel l'attachement quasi obsessionnel de Wes Anderson pour tout ce qui est beau, pensé, millimétré. Une maniaquerie du bon plan, du bon acteur, de la juste réplique, de la bonne lumière... Alors, évidemment, il y a un très TRÈS gros casting : Ralph Fiennes, Bill Murray, Adrian Brody, Harvey Keitel, Willem Dafoe, Jeff Goldblum, Jude Law, F.Murray Abraham, Edward Norton, Jason Schwartzman (<3), Tilda Swinton, Owen Wilson, et deux frenchies (pas mes préférés mais cocorico tout de même) Léa Seydoux et Mathieu Amalric. Deux très jolies découvertes : Saoirse Ronan et Tony Revolori les deux jeunes héros de cette fable dramatique inspirée librement des écrits de Stefan Zweig.

    grand-budapest-hotel-tony-revolori-saoirse-ronan-600x421.jpeg

    grand-budapest-hotel-adrien-brody-600x421.jpeg

    grand-budapest-hotel-bill-murray-600x421.jpeg

    grand-budapest-hotel-edward-norton-600x421.jpeg

    grand-budapest-hotel-tony-revolori-owen-wilson-600x421.jpeg

    The-Grand-Budapest-Hotel_Cornelius-Creative-Lifestyle.com_.jpg

    Alors forcément, entre Zweig et Anderson, le scénario est bien ficelé et navigue habilement de la grande Histoire aux petites histoires. Tu verras, en tant que spectateur on sourit, on rit, on attend la suite avec impatience, on se régale des loufoqueries qui sont la signature d'un Anderson pur souche mais aussi de la beauté et des détails du décor, des costumes. On s'émerveille aussi, bien sûr, du jeu de tous ces acteurs A class.
    Surtout, surtout, je vais me répéter mais les images sont si belles qu'on voudrait ressortir avec un album photo grandeur nature pour le feuilleter à l'envi.

    Je ne peux guère t'en dire plus sans spoiler, et ce n'est pas mon habitude. Je m'en tiendrai donc à un dernier argument : ce film en plus de tous les gros atouts que je t'ai déjà cité possède un charme fou. Une délicatesse qui fait du bien, un amour du cinéma qui transpire chaque plan, et un plaisir évident de tous les grands enfants qui ont participé à ce chef d’œuvre. Car ne te méprends pas, ça fait longtemps qu'on n'a pas vu du si beau cinéma, même chez Anderson.

    C'est sorti aujourd'hui en salle. FONCE.

    PS : si tu manquais encore d'arguments, sache que je l'ai vu avec le #club300 Allociné la semaine dernière et que j'y retourne lundi soir au Royal Monceau !

  • FLICS d'Olivier Marchal tire quatre fois sur TF1

    flics.jpgImagine... Il est 20H50, on est jeudi soir, dehors on a déjà l'impression d'être fin novembre et tu te poses devant ta télé, désabusé.
    Tu zappes un peu, inutile d'essayer de te souvenir où est passé le programme télé de la semaine, il te reste le petit menu de la live box pour choisir ce qui accompagnera ton plateau télé du soir. Des flics, sur TF1, t'as l'habitude entre Julie (Lescaut), Navarro (tiens qui connaît son prénom?), Marie (Balaguère aka Ingrid Chauvin), Isabelle (Florent aka une femme d'honneur)(ok elle est gendarme mais ça marche aussi) ; des gens uniformés et dressés pour te divertir en faisant régner la loi et l'ordre dans ta télé c'est du "over deija view" (déjà vu mais avec l'accent).

    Mais si t'as de la chance, et que justement tu t'avachis ce jeudi qui se trouve être le 9 octobre ta soirée n'aura rien d'habituel, accroche toi à ta télécommande et couche tes enfants... En ce 9 octobre tu vas découvrir FLICS, l'histoire de deux anciens amis respectivement chef de la BRB et de la Crim' qui se (dé)battent au coeur de la tourmente.
    Si je suis si affirmative c'est que grâce à Allociné, j'ai pu tester pour toi, dans des conditions optimales, les deux premiers épisodes de cette mini série qui en compte quatre (4 fois 52 minutes). Et je te les conseille. Vivement.

    Lire la suite