Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2014

Un été à Osage County, misery loves family

Il ne faut pas se fier au titre VF de ce film, Un été à Osage Coutny mais plutôt à la baseline qu'on peut lire sur l'affiche originale Misery loves family. C'est une des jolies surprises cinéma de mon mois de janvier et tu vas pouvoir aller découvrir ça par toi-même dès mercredi prochain en salles.

August-Osage-County-movie-poster.jpg

Déjà un film au casting duquel on trouve Meryl Streep, Julia Roberts (sans Lancôme et sans diktats)(pardon,je m'égare), Juliette Lewis, Ewan Mc Gregor, sans oublier Margo Martinsdale et Chris Cooper dont on connait au moins les visages à défaut des noms..., ça sent le gros film.

august-osage-county-ms-kb-01-600-370.jpg

Ensuite, un film qui parle d'une famille de névrosés, de psychotiques qui se soutient, se déchire, s'use et abuse ; ça me rappelle l'univers de Douglas Coupland (auteur dans mon top 10) et ça m'attire forcément.

august-osage-county-ms-jr-01-600-long.jpg

Au rayon des acteurs dont on va entendre parler cette année, ce film compte Benedict Cumberbatch (qu'on peut notamment voir dans la nouvelle version de Sherlock Holmes de la BBC ou 12 years a slave en salles en ce moment) qui balade son air rêveur et sa tête des années 50 au milieu des fous de cette maison sublime d'Oklahoma.

20131220171629august_2.jpg

On trouve de tout dans cette fresque familiale au vitriol. De l'Amérique profonde tarée, au sens littéral, des secrets explosifs qui n'auraient jamais dû s'ébruiter, des bassesses et des mensonges, de la culpabilité, des résidus de complicité ou de l'absence de celle-ci et forcément de l'amour aussi.
De l'amour surtout. Mal exprimé, mal vécu, mal vieilli, malheureux, mal en point.

Il y a des actrices et des acteurs fabuleux, donc. Dans des rôles auxquels ils ne nous ont pas habitués et servis par des dialogues bien écrits. Et on comprend les nominations de Meryl Streep et Julia Roberts aux Oscars 2014.

On assiste à de jolies scènes et des vraiment vilaines. En tout cas, rien qui laisse indifférent. Et ce sentiment d'étonnement qui subsiste durant toute la projection parce que je n'aurai su m'attendre à ça, et que je sais déjà qu'il me faudra un peu de temps avant de décider si j'ai aimé ou non. Au cours du dîner qui a suivi, en bonne compagnie, j'ai su qu'Osage County m'avait plu. Et m'avait collé une envie furieuse de prendre la route, l'été, aux États-Unis.

Ce film, je sais déjà que je vais retourner le voir à sa sortie.

august-osage-county.jpg
Un été à Osage County, sortie le 26 février 2014

13/05/2009

Le 62ème Festival de Cannes ne se fera pas sans moi

affiche_festival_cannes_2009.jpgLa 62ème quinzaine de cinéma tout en paillettes à Cannes s'ouvre aujourd'hui. Ce sera encore des kilomètres de pellicules présentés et des stars sur tapis rouge immortalisées...

Et, cette année, il se murmure que toute la Croisette m'attend (j'adore le principe)(mais faîtes gaffe quand même je suis super chatouilleuse du traitement VIP maintenant...). C'est Yougether qui m'a dit (comme Carla mais sans la guitare) qu'Orange Cinéma Séries ne survivrait pas à ce festival sans moi. Alors moi, bonne copine que je suis, je rassure tout le monde : je serai là !

 

Pour voir Rahan, Viiiincent, la plage du Goéland, faire ma première Blogueurs du Sud (et en profiter pour découvrer la Beach-to-Be, Hi Beach à Nice), et Vincent et Nicolas bien sûr.

Au générique de mon festival, cette année : pas d'étoile de pitbul d'or en vue (à moins que Pénélope ne me nargue trop...), pas de Javier non plus (l'est en main du coup pfff), mais des mojitos et autres coupes de champagne entre le VIP Room et les marches du bas de la rue d'Antibes,  le bar du martinez parce que, et des photos de mes ballerines argentées spécialement pour GuiM, des jeter de bras et tournées de jus de goyave avec notre Copine du Sud.

Et le soleil, et la douceur, et la plage (toujours). Du coup, je pense que je ne verrai pas trop de films, mais le coeur y est hein.
Sinon, qu'est-ce qu'on chante ? Et aussi, on pourra faire la rue d'Antibes pour une fois ?

 

PS : les épisodes précédents sont à lire ici, et (et souhaitons- nous de ne pas avoir Carole Rousseau, j'me comprends)

01/05/2009

Mes films de la rentrée 2009... et au-delà !

Je cite Buzz L'éclair mais je ne l'imite que pâlement... Des mois que je vais au cinéma, que je fais chauffer ma carte UGC à en devenir rose fluo de fidélité et pourtant, je ne te dis rien. Non, je ne t'ai rien dit des navets, des grands moments, de ce que j'ai vibré, pleuré, pesté, senti ma gorge se serrer. Et pourtant, je te jure qu'il y a des choses à dire.

Je vais donc essayer de rattrapper ce retard avec pas moins de 27 films, et j'ai dû en oublier, et je n'aurai sûrement pas la mémoire si fiable et fraîche que je le voudrais mais je vais tenter de te dire quelle pépite il ne faut pas rater, quel film tu pourras voir en DVD un dimanche etc.

Et puis, comme je ne serai pas là de la semaine, pas la peine de rechigner, genre "c'est super trop long comme post, personne n'en veut" parce que personne n'a dit que tu devais tout te taper d'un coup, hein, tu as la semaine pour le lire. Et puis je peux bien te le dire, je ne ferai pas d'interro écrite...

Dans les films qui suivent, tu trouveras du Woody, du Clint, de l'allemand, de l'anglais, de l'américo-français, du français, de l'argentin, Scarlett, Julia, Clive et tous les autres. Même le dernier Ken Loach, avec Eric Cantona, vu en avant-première grâce à  cet Eric -là (juste à temps pour qu'on puisse en parler au bar du Martinez à Cannes)
Enjoy !

Lire la suite

25/03/2009

La Journée de la Jupe en salles

adjani-cinema-magazine-263385.jpgSoit tu développes un petit syndrome Doris, soit tu n'auras pas oublié que je t'en ai déjà parlé de La Journée de la Jupe. Une première fois quand je l'ai vu, et la seconde quand on a enfin su que ça passerait au cinéma.

Depuis, il s'est tout de même passé pas mal de choses : la bande-annonce a été visionnée près de 500 000 fois, Isabelle Adjani s'est prêté volontiers au jeu de la promo à coup de journaux télévisés, de divan rouge chez Drucker, de Grand Journal sur Canal+, d'A Nous Paris, etc. Le film a été diffusé sur Arte comme prévu le 20 mars, explosant les scores de la chaînes avec 2 246 000 spectateurs, NAF NAF et KOOKAI se sont mobilisés offrant des réductions à toute détentrice d'un ticket de cinéma pour La Journée de la Jupe.

Aujourd'hui, c'est le jour tant attendu pour Jean-Paul Lilienfeld et d'Isabelle Adjani. le jour de la sortie en salles à Paris et en France (salles visibles sur Allociné). Ce soir, à la séance de 20H du MK2 Beaubourg, les spectateurs auront la chance de rencontrer Isabelle et Jean-Paul (oui on est intimes presque maintenant).

Je vais me répéter une dernière fois, ce film c'est une perle. Une vraie. Quelque chose de rare et précieux, tu vois, alors on pardonne les petites facilités scénaristiques (le mobile magique par exemple) et on profite. Ce soir je suis d'anniv' mais c'est sûr, ce week-end, j'y retourne !

09/01/2009

Everything is fine, mon 1er choc ciné de 2009

19019838_w434_h_q80.jpgJe n'avais pas entendu parler de ce film québécois. J'ai découvert la bande annonce d'Everything is fine (Tout est parfait), le week end dernier et elle est assez bien faite pour donner envie d'y aller vite.
Mercredi soir, soirée de soeurs, et en attendant Alex devant l'entrée de l'UGC, je me dis qu'on a bien fait de choisir ce film d'Yves Christian Fournier et non Twilight ou De l'autre côté du lit pour lesquels la queue s'allonge et slalome jusqu'à ressembler à celles des manèges star de chez Mickey...

Lire la suite

20/11/2008

Ca fait trop longtemps que je ne suis pas allée au ciné

Mais il me reste plein de films à débriefer alors voilà, comme d'hab en vrac les films UGC et moi ce qu'on a vécu ensemble il y a fort fort longtemps.

cinema-une-chanson-dans-la-tete-2550564_39.jpgUne chanson dans la tête ** J'aime beaucoup Patrick Chesnais depuis sa prestation dans La Belle Histoire (un de mes Lelouch cultes) et ce jour-là, j'avais envie de dépaysement, le Liban m'appelait donc! Un bon moment. Une histoire de départ improbable mais entraînante, un film parfait pour un dimanche après-midi paresseux près d'un feu de cheminée.

mari de trop.jpgUn mari de trop*** Avec Colin Firth, Uma Thurman et Jeffrey Dean Morgan (LE Denny Duquette au charme imparable) un trio drôle, un peu couru d'avance mais qui remplit bien son contrat de comédie romantique.

 

 

vie devant yeux.jpgLa vie devant ses yeux*** Ce film-là m'a bien plus tout le long, jusqu'à ce qu'il finisse et que je me dise soit j'ai raté un truc de fou, soit je vois pas le rapport et c'était pas top. Barbie et Benj' y sont allés avec pour mission de comprendre ce qui m'avait échappé, et grâce à eux j'ai enfin compris !! Du coup, même si j'étais pas super réveillée j'adore ! Y'a du rebondissement quoi...

lorna.jpgLe silence de Lorna Déjà je rentrais juste de vacances, ensuite ma soeur m'avait forçée et c'est pour lui faire plaisir que je me suis envoyé un film des frères Dardenne. Pfff et comment te dire... Au secours !! Je déteste, y'a pas d'autres mots, j'ai lutter pour pas m'endormir c'est tout ce dont je me souviens.

 

mama mia.jpgMama mia**** Ca c'est top. De la musique. Meryl Streep et des soupirants tous extras. Des jeunes gens plus beaux les uns que les autres, la lumière et les paysages de la Grèce, ce film c'est de la pêche à l'état brut. Tu ris, tu souris, tu danses sur ton siège, tu chantes, et tu applaudis encore 15 minutes après le générique de fin !! (véridique)

parlez moi.jpgParlez moi de la pluie** Un peu déçue. J'ai connu Bacri et Jaoui dans moins de facilité, moins d'aigreur un peu gratuite. Pascale Arbillot est lumineuse mais le film est long, triste et cynique alors... Quelques moments de grâce tout de même mais ce n'est pas leur meilleur. Loin s'en faut. Pourtant avec un titre chipé à Brassens... j'attendais mieux.

tre stres tres.jpgLa tres tres grande entreprise** Invitée à découvrir le film en présence de Pierre Jolivet, j'ai passé un bon moment même si les ficelles sont un peu grosses, les 4 acteurs phares marchent bien ensemble, et la mayonnaise prend. On rit avec eux, et un peu d'eux aussi parfois. Le sujet est lourd, et finalement assez peut traité, on se retrouve dans une comédie plus qu'autre chose... dommage ? Pierre Jolivet, en revanche fut passionnant et si je n'avais pas perdu l'intégralité de ce que j'ai filmé de nos échanges tu aurais pu juger toi-même (ahem).

La prochaine fois je te parlerai du dernier Woody Allen (caliente) et du reste...

23/10/2008

Mesrine, Jacques. Signe distinctif : Enemi Public n°1

Image 2.pngGrâce à France Inter (et mini boss) j'ai découvert lundi soir dernier, en avant première, les 2 volets de la saga "biographique" sur Jacques Mesrine*. L'histoire du scénario est déjà folle, 30 ans que le cinéma lorgnait sur une adaptation de la vie de l'Enemi Public N°1, avant même sa fin médiatique. Il en aura donc fallu des années, des réalisateurs (entre autre : Truffaut), et des pages de scenarii noircies avant que Jacques Mesrine et ses amis ne s'invitent dans les salles obscures. Et je trouve que ça valait le coup d'attendre.

Lire la suite

11/08/2008

Point ciné du moment

Dernièrement, je suis allée me dépayser au cinéma. Allez je t'emmène, en route !

Image 1.pngBack Soon (pas d'étoile), ce film ne m'a pas plu du tout, montrant une Islande déjantée, désenchantée et aride. Si, comme moi t'as plutôt une envie de vacances en Isalnde au départ, ne va pas voir ce film, c'est l'antidote assuré !! Je n'ai donc pas passé un bon moment,  pas accroché avec l'histoire ou les acteurs et n'ai plus du tout envie d'aller en Islande

Image 1.pngLes 7 jours**** Ce film bouleversant nous entraîne en Israel, pendant la guerre, au coeur d'une famille qui pleure la perte de son fils/frère/mari, véritable pilier de la famille tombé trop tôt. Durant les 7 jours du deuil traditionnel (Shiva), la famille s'entasse et les rancoeurs renaissent, enflent, éclatent. Dans la maison du défunt, cette fratrie s'affronte sous le regard d'une mère qu'on ne sait pas comment qualifier. Vibrant, dur et parfois drôle, à ne pas rater !

Le dyptique de Wayne Wang que j'ai vu dans la foulée un dimanche aprem, nous offre deux portrait de jeunes femmes chinoises aux Etats-Unis, on peut les voir indépendamment l'un de l'autre et peu importe l'ordre si 'lon veut voir les deux. Cependant, je suis ravie de les avoir vu dans l'ordre suivant, j'ai bien aimé le 1er et vraiment aimé le second.

18959774_w434_h_q80.jpgLa princesse du Nebraska**, très esthétique, très coloré, l'histoire d'une jeune pékinoise débousollée, enceinte qui vient avorter aux Etats-Unis avant de retourner étudier au Nébraska. Ce film est beau, mais ne m'a pas touchée. Des cris, des larmes, des amours contrariées, mais comme de loin. Insolite : le portable de l'héroïne est véritablement un des protagonistes du film.

18959739_w434_h_q80.jpgUn millier d'années de bonnes prières***, très beau film, tout en pudeur, ces non-dits entre un père inquiet venu de Pékin voir sa fille, si loin de lui depuis qu'elle vit aux Etats-Unis.
Loin de lui autant que de la tradition qui lui est chère... Quelques scènes cultes du père allant à la rencontre des voisins de sa fille ! A noter aussi, une envie d'aller au Thaï qui me démange depuis, à les voir se cuisiner des petits plats bien appétissants...

18948378_w434_h_q80.jpgWall-e***, bon je partais déjà conquise, Pixar & Disney j'adore (Toy Story et Némo sont parmi mes films d'animation prefs) et je n'ai pas été déçue. Wall-e est un petit robot débrouillard super attachant qui nous met en orbite autour de la Terre ! Une fois de plus les génies de Pixar n'ont pas démérité, on voit littéralement battre le coeur de cet amas de ferraille, on partage ses rires, ses trouilles, on lit toutes sortes de sentiments dans ses yeux où raisonnablement on sait qu'il n'y a rien. Mais ça marche, ça marche super bien, le rire, les larmes tout y est. Un vrai bonheur, à ne pas louper ! je regrette juste d'avoir été privée de Presto (le court métrage habituel des studios pixar) qui avait l'air si bien (grrrr) merci UGC !!

18949328_w434_h_q80.jpgLe premier jour du reste de ta vie****, j'adore. Vraiment. Ca me touche. Fort.
J'ai souri, pleuré, ri franchement aussi, l'enfance résonne partout dans ce film où la BO est d'anthologie, où les acteurs sont bons, justes et beaux, tous les 5. Ce que j'ai aimé entre autre, c'est que Rémi Bezançon ne cède pas à la facilité, chaque personnage a ses faiblesses, ses moments où il est injuste et émouvant, humain quoi, avec tout ce que ça comporte de noir et de blanc. Eric en parle très bien, alors je te laisse le lire plutôt que d'en refaire une tonne sur le même mode.
Je suis allée le voir deux fois déjà et je sais d'avance que le DVD viendra bientôt occuper une place dans mon étagère. J'attends aussi impatiemment que la BO soit dispo sur Itunes... Evidemment, je te le conseille vivement.