Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2012

Il faudra bien qu'on s'en parle

Un clip lumineux (rien de trop étonnant le nouvel album s'intitule Sunset), une chanteuse toujours aussi solaire, un texte juste et une mélodie qui reste en tête. La dernière chanson de Superbus me plaît. Elle parle d'eux et bizarrement je n'entends pas que ça. J'entends bien plus que ça. Cette chanson, ce clip appuient ailleurs et résonnent chez moi.

Ca me parle de nous. De ces dérives à portée de clics, de ce qu'on devient maintenant que les loups ne sont plus dans les bois, maintenant qu'on est grand et que les comptines on ne se les chante plus au coucher. Maintenant qu'on se les sert à toute heure et à tous les temps, qu'on se rêve plus que parfait dans un futur plus si proche du présent.

Maintenant qu'on se tient par la main de toutes les connexions possibles sans savoir se parler ou s'entendre ou même juste être là. Un commentaire vaut-il un sourire ? Un like un regard complice ? Combien de share pour un coup de téléphone ? Combien de RT pour se prouver qu'on compte ? Quel pagerank pour une soirée ensemble ?...

Je n'arrive toujours pas à trouver les mots pour te parler de ça, ici. Ma note sur le sujet est en brouillon depuis plus de 3 ans. Ridicule ? Pas si sûr. Elle viendra. T'inquiète. Elle mûrit. En attendant, écoute À la chaîne et tu auras déjà des indices.

21/03/2012

Because a vision softly creeping

Le fait que je n'ai pas envie de faire de ce blog une tribune politique ne m'enlève pas le devoir droit de faire une exception.

Je ne vais pas revenir sur l'aspect sensationnel des récents évènements dans le sud ouest de la France (ni sur le fait qu'il ne s'agit que de la partie émergée d'un iceberg que nous feignons tous n'avoir pas vu...). J'ai simplement envie de rappeler qu'à la base on n'est pas là pour s'entretuer. Et que si Dieu existe, de quelque bord qu'Il soit, je pense que maintenant c'est le bon timing pour ranger Sa chambre, et envoyer au coin ceux qui le méritent. Et s'Il n'existe pas ou s'est lassé de réparer nos horreurs erreurs, qu'un homme s'avance (avec ou sans rose à la main) et soit de taille à nous montrer un autre chemin.
Parce que ça suffit.

Et aussi faisons-nous du bien et taisons-nous un peu, pour voir.

04/07/2008

Orange France Télécom quand y'en a plus...

orange.jpgY'en a encore !! Toujours.
Bien sûr, on oublie vite, une fois sorti des méandres des disques d'accueil standardisés qui invitent à taper 1, ou 2 ou tous les autres, bref, une fois que la télé, l'internet, le téléphone re-fonctionne normalement, on respire, et on oublie. Pendant ce temps-là, les factures brandées Orange France Télécom continuent d'arriver, que l'on paye comme il se doit. Et le jour où l'on ne s'y attend pas, c'est re-le drame.

Par exemple, un dimanche matin avec mon neveu qui piaffe sur sa gauffre au nutella pour regarder Gulli, paf, j'allume la télé et plus rien. Je bidouille, débranche, rebranche, reboot tout, sous les yeux attentifs de Lulu qui commence à craindre de rater ses Pokémon adorés (faut-il que je l'aime pour m'infliger ça quand même...), je fais toutes les manip que le 3900 m'a appris pour remettre d'aplomb ma livebox. Rien ne bouge, rien ne cille, on n'aura pas de télé ce matin et pis c'est tout. Lulu râle et j'incrimine le réseau en lui refaisant chauffer une gauffre du coup, on se console comme on peut !

Et j'oublie. Après tout, il n'est pas si rare qu'il y ait des ratés, mon accès à la télé par orange sera sans doute remis de ses émotions ce soir, et pour l'heure nous sommes attendus alors nous filons. La journée s'écoule, ensoleillée et "enfamillée". Quand je passe le seuil de mon appart', la nuit est en train de tomber et je me hâte pour ne pas rater le début du 2ème épisode de FBI : portés disparus, Jack étant l'homme de mes dimanches soirs. Tout courant, j'allume la télé, le décodeur, fait chauffer l'eau du thé et me vautre dans mon canap'. Noir. L'écran de ma télé reste bêtement noir. Ok. Ca ne se passera pas simplement donc. Il va falloir que je me farcisse le service d'assistance d'Orange France Télécom, super, yeah. Disciplinée, je compose donc le 3900, tombe sur un certain Mathieu B., gentil au demeurant, qui me fait faire les vérifs d'usage, tien il a l'air de savoir ce qu'il fait, ça change, peut-être vais-je pouvoir réparer à temps pour voir Jack un peu quand même... Pleine d'espoir j'exécute donc à la lettre tout ce qu'il dit, et c'est en faisant une autre manip que je vois ce qui cloche. Le liveplug de ma chambre. Il est éteint. Plus rien ne se passe, il est mort de sa belle mort. Evidemment, le liveservice (spécialisé sur mon cas) est fermé, évidemment le premier rendez-vous tél est pour le vendredi suivant, je préviens qu'il faudra appeler sur mon portable car je serais au travail à 10H, Mathieu me dit "pas de souci, à bientôt, bonne soirée sans Jack"(bah oui sympa je t'ai dit...).

Ce matin, mon portable sonne au bureau, c'est le petit monsieur qui va me redonner goût au matin en me rendant la télé, je luis fais mon plus beau sourire dans la voix avant de me crisper un peu plus à chauqe mot qu'il sort : 

" Madame, bonjour.
- Bonjour ! (sourire  de  la conne qui pense que ça va être simple)
- Vous êtes à votre domicile ?
- Ben non, je suis au travail d'où le numéro en 06. sur lequel vous m'appelez (déconfiture étage 1)
- Ah mais madame quand on vous donne un créenau et un rdv faut être chez vous sinon ça sert juste à rien
- ... (je rêve où il m'engueule ?)
- Bon, au moins avez-vous bien échangé vos liveplugs ?
- J'ai essayé, Monsieur, mais soit il n'y en avait plus soit les horaires des agences France Télécom sont vraiment trop éloignés des miens pour trouver un créneau (connard)
- Ah bah, on va rien pouvoir faire alors. Vous avez pas rempli votre partie du ...
- QUOI ?!!! (déconfiture étage 4 d'un coup et colère stade avancé qui monte)
- Faut aller racheter des liveplugs Madame, et après faudra reprendre une rdv quand vous êtes à votre domicile, pis de toute façon je vois que vous n'êtes plus sous garantie, alors...
- (Je pleure de rage à m'étouffer dedans) mais ce n'est pas du tout ce que m'a dit votre collègue du 3900 Monsieur.
- Ca arrive de temps en temps, ils font des bourdes, c'est tombé sur vous... Je suis désolé.
- Ben pas tant que moi. (pis c'est pas ça qui me ramènera ma télé, hein, Ducon)'

Encore une fois c'est à moi de m'adapter pour un service que je paye même quand y'a une merde, avec un service client à chier et 0 geste commercial. Putain, je dois vraiment être maso. Allez, je vais me faire une pause déj Orange France Télécom moi, ce midi, pour leur filer encore un peu d'argent...