Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dents de sagesse

  • Presque

    Il s'en est fallu de si peu. C'est vrai quoi. Ca s'est joué à rien. Un cheveu, bon ok deux. Mais quand même, pendant ces dernières semaines, il a failli m'arriver tellement de choses. Quelques chemins que je n'ai pas pris, d'autres qui soudain me font de l'oeil. Et la vraie vie par-dessus. Celles de tous les jours, avec les pauses déj et les réunions qui sautent ou qui s'ajoutent en un ballet incessant.

    Tellement de trucs que j'ai failli faire que je ne pouvais décemment pas te laisser comme ça, sans rien te dire. Allez, viens, je te raconte !

    Lire la suite

  • Dents de sagesse

    Soyez sages, qu'ils disent.
    Bah pas si sûr que je veuille moi.

    Et qui m'a prévenu qu'être sage c'était juste avoir super mal entre le menton et l'oreille ? Bon c'est chronique, c'est banal, c'est pas grand chose, mais depuis deux jours c'est mon quotidien.
    J'ai mal aux dents.

    Et le plus chiant c'est pas que mes dents poussent et que mon jean-dentiste (oui parce qu'il s'appelle juste Jean...) ne veuille pas les enlever parce qu'il y a la place et que y'à pas de raison d'enlever des dents saines blablabla (alors que moi entre nous, trois gros trous qui se font sans drogue dans mes gencives, je trouve que c'est une bonne raison); non le chiant de l'histoire c'est que ça rétrécit au strict minimum mes seuils de tolérance - certains étant déjà bien bas au naturel...

    Ma tolérance à la connerie de certains, aux drôles de mots des autres, au rapprochement de lui, aux départs précoces. Toute rassemblée que je suis autour de ma douleur, toute concentrée que je me veux pour faire mon travail comme il faut, pour que l'absence de miniboss ne se ressente pas, j'ébrèche mon habituel blindage.

    Et leurs mots traversent. Et m'ébranlent. Plus que de raison. Et je tourne en ronds de colère dans ma tête, comme un lion en cage en attendant que ça passe.

    Parce que ça va passer je sais. Pourvu que je ne dise pas trop de conneries jusque là. Que juste je me tienne.
    Que je reste putain de sage.