Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

george clooney

  • Monuments Men by George Clooney

    Déjà, il faut que je te dise, George je l'aime depuis un bail. Et quand je le vois ce n'est pas une machine à capsules que je vois, ni un sex symbol. Non. Je vois Doug Ross, jeune adulte inapte aux relations amoureuses et à la coupe de cheveux mal dégrossie qui sauve les enfants du Cook County. Parce que j'ai vu chacun des 331 épisodes d'Urgences, la première série télévisée qui m'a vraiment scotchée à ma télé. Première d'une longue série...

    Le jour où j'ai réussi à dissocier George de son rôle de Doug Ross, c'est quand j'ai vu le navet (que j'adore) Une Nuit en Enfer de Roberto Rodriguez et avec Quentin Tarantino. Parce que dans ce film totalement déjanté, George est über sexy. Il a un tatouage tribal dans le dos qui remonte sur sa nuque, et je ne sais pas expliquer ça mais ça le virilise d'un coup. Et ce jour-là j'ai laissé George sortir des Urgences et ai commencé à apprécier son travail d'acteur.

    Le réalisateur en lui a mis du temps à me plaire, je n'ai vu et apprécié que Good Night and Good Luck et, je ne vais pas te mentir, j'ai surtout aimé revoir Robert Downey Jr (qui, lui, sera Larry pour toujours <3). Pas de souvenir impérissable, donc.
    Et puis, on m'invite à découvrir Monuments Men il y a un mois (merci Servane et Manon d'Ogilvy). Je ne savais rien d'autre que le titre de ce film (qui m'évoquait le Mount Rushmore, va savoir pourquoi, ce qui me laissait imaginer une histoire ancrée dans les débuts et la construction du pouvoir aux US) et le fait que George était aux commandes. Finalement, j'ai découvert une belle histoire servie par un casting cinq étoiles (à deux petites exceptions près mais je t'en parle après). La presse n'est pas tendre avec ce film, et si j'ai quelques regrets, j'ai vraiment passé un bon moment. Je te raconte ? Et je te promets que la suite de ce billet sera sans spoiler, que tu puisses aller te faire ton idée demain en salles.

    monuments men, george clooney

    Lire la suite

  • "I have a bad feeling about this mission"

    Aujourd'hui je viens te parler d'un film très beau, un peu beaucoup dur mais si beau. Un film qui se passe là où nos peurs les plus primaires bloquent notre respiration.
    Enrobé dans une photographie sublime, ces levers de soleil sur la Terre sont saisissants. La semaine dernière j'ai fait partie d'une grande salle remplie de chanceux (merci Eric, merci Warner, merci Alfonso et Jonas et surtout, merci George). Nous avons pu découvrir en avant-première Gravity, le dernier film d'Alfonso Cuarón avec Sandra Bullock, George Clooney et l'Espace.

    Alfonso, on lui doit l'une des meilleures adaptations d'Harry Potter, à mon avis, le Prisonnier d'Azkaban mais aussi le film (adapté du bouquin extraordinaire) Les fils de l'Homme. Donc, si tu as vu l'un ou l'autre de ses films, tu sais comme moi, qu'Alfonso s'y connait en noirceur (des personnages, de l'ambiance, de l'image). J'avais regardé la bande annonce vite fait avant d'accepter l'invitation à le voir dans des conditions optimales : le Pathé Wepler est en effet la seule salle parisienne à être équipée Dolby Atmos.
    Ma seule crainte, en arrivant à la projection, c'est quand j'ai réalisé que le film serait projeté en 3D, et honnêtement, je trouve que ça n'apporte rien, que c'est traité de manière cosmétique la plupart du temps, etc.
    Comme je me trompais...

    gravity,gravity movie,warner bros movie,warner studios,warner,alfonson cuaron,jonas cuaron,sandra bullock,george clooney,dolby,dolby atmos,pathé wepler

    Lire la suite