Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/09/2008

Masterclass & Marie Laforêt

Image 2.png1997, je déballe mes cadeaux d'anniv, et j'ouvre une enveloppe avec une place pour aller applaudir Fanny Ardan sur scène avec ma grande soeur et ma mère. Le spectacle qu'elle interprète c'est Masterclass, ce que j'entends de l'explication maternelle c'est qu'il s'agit d'opéra et de Maria Callas. J'ai laissé ma place à Alexandra et choisi de passer l'après midi au jardin avec Léon tout petit et mon père.

Pour que tu comprennes mon manque de curiosité, sache simplement que la première place de théatre offerte par ma grande soeur pour mes 14 ans m'avait infligé 4 heures d'une pièce surtitrée en allemand, en huit clos... Un souvenir passablement agréable, ce qui explique mon extrême méfiance de l'époque sur ses choix sans doute un peu trop engagés ou intellos pour moi.

2008, parce que Marie Laforêt occupe une place de choix dans iPod, et parce que je ne l'ai jamais vue sur scène, quand je tombe en juillet sur les places à vendre d'un spectacle où elle tient le premier rôle, je me précipite. Rendez-vous est donc pris avec Marie, pour le dimanche du retour des vacances (que je pressentais déjà comme pas évident, j'en reparlerai).

Et ce n'est qu'en en parlant avec mes soeurs, que je réalise que le spectacle en question n'est autre que Masterclass, le fameux. rendez-vous manqué de mes 18 ans.
Et je suis ravie de m'être réservée pour la prestation de Marie. Même si je savais bien qu'elle ne me chanterait pas mes chansons préférées (toutes les vieilles), qu'elle aurati vieilli par rapport à l'image que j'avais gardé d'elle, je me faisais une joie de la voir enfin en "vrai".
Alors ? Alors...oui, elle a vieilli et son visage ne porte pas que les marques du temps, (mais comment serais-je à son âge?) cependant étrangement sa voix est restée la même, celle qui me bouleverse mieux que nulle autre.
D'autant que le texte même lui prête des paroles qui lui vont sur mesure, quand elle entre en diasnt qu'elle est là pour les élèves et non pour qu'on la regarde elle, qu'elle ne chantera pas aujourd'hui...
A la fois poignante, émouvante, dure et terriblement femme dans son interprétation de diva blessée et déchue, elle est magnifique.

J'ai aimé entendre quelques morceaux de la Callas, j'ai frémi en découvrant des passages intimes de la vie de cette grande dame. Un bon moment, et le regard de Marie au moment des applaudissements qui s'éternisèrent ce dimanche là, je ne l'oublierai pas.

IMG_8513.jpg

11/02/2008

Musiques d'un dimanche

On en parlait hier autour d'une table, du coup je l'ai dans la tête depuis.

Sinon, Gérard Blanc est toujours scèniquement actif et ça me fait du profit...

10/01/2008

Chante, Marie.

On ne parle pas de sa robe, jamais, juste on l'écoute.
Et moi, j'attends que ça passe avec les violons...

04/03/2007

Ménage en musique !