Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/03/2009

Si on me cherche

Je suis à la campagne pour le week-end... Au pays du jogging matinal, des petits plats de ma mère, de la baignoire  de compèt', tout ça. Je me repose quoi. Et comme j'emmène Elise dans mes valises on devrait bien rire aussi.

Bon week-end à toi !

PS : message de service par rapport au plan B, c'est vendredi 13... Joue au Loto !

20/10/2008

Soleil, shopping et vélo

Samedi matin, je retrouve Fred dans le train qui rentre là où l'on a grandi. On se réveille en papotant boulot beaucoup et "date" un peu le temps du voyage. Le second arrêt est pour moi, Fred descend au suivant. On se dit "à demain" et je débarque pas du tout chargée (j'avais fait un super effort) sur le parvis de la gare.

Mes parents étant les rois de la commission erronée, mon père n'avait pas eu le bon horaire et j'ai pu finir Voici au soleil en l'attendant (Fred ne m'ayant pas autorisé à le lire avec lui, pfff). Un passage par le bureau de mon père et nous rentrons, avec le pain pour le déjeuner et un bouquet de tulipes pour ma mère (oui je suis sage) on profite du soleil généreux en déjuenant dans le jardin d'hiver et on se fait un café-photos en se racontant les aventures de ces derniers mois.

On profite du beau temps et du terrain, mes parents me montrent les arbres fruitiers qu'ils ont planté et évidemment, je demande où nous en sommes de cette piscine qui joue un peu l'arlésienne et que je suis tellement super pour que je pousse à la roue très fort... Heureusement, j'apprends qu'elle est toujours d'actualité et que juste mon père a quelques soucis de staff donc ça tarde (ouf).

On parle de vacances, de ski, de plage, de Cannes, des amis, des enfants de mes soeurs, de Noël... Je me repose. On pars passer l'après-midi à Troyes et on dévalise les magasins. Le soir, je passe du temps à chercher Puputte et ses petits en vain, et je papote au téléphone avant de m'endormir dans ma chambre si calme. Après la balade matinale d'une heure et quelque à vélo sous le soleil, avec papa et son pote, sur le vélo de Léon (vé-ri-dique)(et c'est pas top un vélo d'ado pour moi en fait) on évite la sieste de justesse en partant à travers champs bottes aux pieds et carottes à la main pour la jolie jument d'à côté.

Le train du retour sera l'occase de papoter encore avec Fred et de me rendre compte que je suis drôlement chargée au retour, à paris une dinette entre filles chez Joan Collins, le sac de Copine qu'elle finit pendant qu'on tisane en choeur et au dodo. Un bon week-end. Au rythme calme mais qui ressource (bien sûr il m'aurait fallu 10 jours de ce régime pour effacer mon teint gris et mes cernes, mais on fait avec ce qu'on a hein !).

PS : sinon, un week-end sans starbucks du tout, c'est nul, je me le note bien pour plus tard.

18/09/2007

En province, en week-end, en vrac

En liaison satellite permanente avec le bureau, le DA et le boss rapport à une présentation qui va bien... En formation accélérée de déménageuse-emménageuse bretonne, rine ne m'a résisté hormis mon piano d'études mais faut pas pousser mémé non plus hein.
Une maman au bord de la crise de nerf (compréhensible un peu) mais je supporte pas si bien que ça, du coup jogging à fond pour décompresser. Et Elise venue prêter ses petits bras pour la cause... et aussi passer un bon moment ! Pour le plaisir quand même, une photo de la future maison de rêve.

e0bfcf91a25c64a948a7804b14e4f73e.jpg


J'ai aussi rendu les clefs de la maison de mon enfance où désormais vivent les pas beaux, pfffff.
Un passage par le ciné du samedi soir (vide, on est à Romilly aussi) pour pleurer devant Ceux qui restent.

Bref, un week end assez montagnes russes dans l'ambiance, avec plein de mails au retour. Pas de passage par le cimetière parce que c'est pas comme ça que je me souviens, mais un pensée devant sa maison, en passant.
Vu la mère de l'amoureux historique, ça y est il est papa, pas encore vu la tête du petit ais l'imagine assez bien, on a bien ri de penser à lui changeant les couches tout ça....Ah, ça casse le mythe du ténébreux de nos 17 ans !

Rentrée donc, vu Hairspray aussi (trop drôle) et rattrappée par toutes sortes de rentrées : des blogueurs, des amis, des soeurs... Pendant ce temps dans le sud, copine se bat et je l'embrasse fort comme je pense à elle.
promis bientôt je posterai des trucs cohérents tout ça...