Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sunset

  • Il faudra bien qu'on s'en parle

    Un clip lumineux (rien de trop étonnant le nouvel album s'intitule Sunset), une chanteuse toujours aussi solaire, un texte juste et une mélodie qui reste en tête. La dernière chanson de Superbus me plaît. Elle parle d'eux et bizarrement je n'entends pas que ça. J'entends bien plus que ça. Cette chanson, ce clip appuient ailleurs et résonnent chez moi.

    Ca me parle de nous. De ces dérives à portée de clics, de ce qu'on devient maintenant que les loups ne sont plus dans les bois, maintenant qu'on est grand et que les comptines on ne se les chante plus au coucher. Maintenant qu'on se les sert à toute heure et à tous les temps, qu'on se rêve plus que parfait dans un futur plus si proche du présent.

    Maintenant qu'on se tient par la main de toutes les connexions possibles sans savoir se parler ou s'entendre ou même juste être là. Un commentaire vaut-il un sourire ? Un like un regard complice ? Combien de share pour un coup de téléphone ? Combien de RT pour se prouver qu'on compte ? Quel pagerank pour une soirée ensemble ?...

    Je n'arrive toujours pas à trouver les mots pour te parler de ça, ici. Ma note sur le sujet est en brouillon depuis plus de 3 ans. Ridicule ? Pas si sûr. Elle viendra. T'inquiète. Elle mûrit. En attendant, écoute À la chaîne et tu auras déjà des indices.

  • I go to sleep

    Je rentre juste d'un concert magique. Une pépite de féminité et de délicatesse...
    Un moment un peu suspendu, comme ça, un lundi soir. C'était le concert de mon amie Céline Mastrorelli au Sunset ce soir. Mieux, il paraît que tous parisiens que nous sommes nous avons battu les cannois à l'applaudi-émotio-mètre. Fière.

    Elle y a interprété son album Elle était une fois que j'écoute depuis cet été, et dont au moins trois titres sont entrés dans mon top 50 ever. Elle a également chanté deux de ses dernières nées, que je connais mieux. Dont j'ai su les tenants et les aboutissants, qui sont plus comme des secrets qu'elle me confierait.

    En plus de ses compositions, Céline a repris deux tubes. Parce que je t'aime de Barbara (et si tu suis, tu sais ce que c'est Barbara, pour moi) et I go to sleep de Sia (et avant des Pretenders et encore avant eux de je ne sais plus qui).

    Alors, en contournant le chantier des Halles pour rentrer à la maison, après le repas de post-concert avec les amis et les musiciens, après la brochette d'onglet de boeuf de chez Denise, après la composition de l'équipe improbable entre SuperConnasse (moi-même) et SuperPourri (qui préfère garder l'anonymat)(on comprend), après tout ça, je suis rentrée. Et en marchant, j'ai chanté très fort dans ma tête cette chanson entêtante et enivrante que je ne connaissais que par Sia avant de la découvrir encore plus touchante en acoustique au piano à queue ce soir.

    Et je te laisse avec la version live de Sia, n'ayant pas réussi à filmer Céline (c'était filmer ou profiter, et j'ai choisi).

    Bonne nuit, fais de beaux rêves.

    (fais pas attention à la tête de déterrée de Sia, ferme les yeux -Dove'sway forever- et écoute-moi ça)