Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

tranche de vie

  • Les messages (pas trop) subliminaux

    la_cite_de_la_peur_odile_deray.jpg

    Le coup de fil hebdomadaire aux parents, le lundi en attendant le métro après le boulot.

    Ma mère décroche, volubile :
    "On a de la chance de ne pas être à Nimes, tout est bloqué par la neige !
    - Ah oui...
    - On vient de regarder le JT avec ton père et c'est dingue les gens dorment sur les routes !
    - Hum (je réalise du même coup l'heure qu'il est, on est déjà l'après JT)(je perds le fil quoi)(oui on parle de la neige, ok rebondir...) Oui, enfin on a eu notre lot de neige aussi hein, chacun son tour! Bon, vous allez bien?"

    S'ensuivent quelques échanges sur les enfants de mes sœurs et leurs vacances avec mes parents et l'ânesse à la campagne, sympa mais il me semble oublier quelque chose. D'un coup, je me souviens pourquoi j'appelle et raconte à ma mère mon X-file de la journée : dans mon agence bosse le fils d'une de ses amies. Qu'il a reconnu mon nom quand j'ai envoyé un mail groupé, qu'il a demandé confirmation à sa mère durant le we et que paf, aujourd'hui il vient me parler à la machine à café de sa grand mère et sa mère qui m'ont vu grandir. Que le fait qu'il arrive en m'appelant par mon surnom, crée un lien quasi immédiat et qu'on enchaîne sur la petite ville (#tributetoMarie pour les fans) où l'on est allé à l'école tous les deux, dont on est aussi tous les deux parti très vite, toussa.

    Ma mère hallucine comme moi et dit : "C'est un jeune homme sérieux" (oui, je sais, c'est lunaire, même pour ma mère)(qui a par ailleurs des tas d'expressions bien chamarrées que j'aime).
    J'entends la voix de mon père qui se rapproche, commence alors un conciliabule et ma mère dit : "Mais non, attends Mathilde, j'explique à ton père" et elle re-raconte l'histoire du fils de sa pote blablabla (on fait ça super bien dans ma famille, comme si on ne connaissait pas la fonction haut-parleur en fait). Je patiente, sagement, finis la conversation avec elle une fois l'histoire terminée et parle à mon père, qui attaque bille en tête : "J'étais content quand j'ai entendu ta mère parler de quelqu'un de sérieux. J'ai cru que tu appelais pour dire que tu te mariais ou que tu étais enceinte"...

    Autant te dire qu'à ce moment-là, WTF s'est écrit dans ma tête en lettres de feu...
    Et je n'ai pas cessé de rire depuis ne suis pas encore remise de la subtilité paternelle !
    (and for the record, please note that I'm not pregnant)(and not fiancée either)