Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2011

Les mots de ma semaine : "Je peux pas ce soir, j'ai..."

photo (1).JPGLa semaine qui se termine a été drôlement (bien) remplie. Tellement que mon frigo, lui, est resté désespérément vide depuis que je suis rentrée de Cannes. Rien à manger en rentrant le soir tard de mes pérégrinations culturelles, rien pour accompagner le thé du matin.

Cette semaine fut donc la semaine du détour au Starbucks de la Place de Clichy tous les jours pour ne pas arriver au bureau le ventre vide. Ce fut aussi l'occasion de faire en cinq soirée le tour du cadran de tout ce que Paris offre de sorties pas que culturelles.

Le dernier Terence Malick, l'Olympia, le théâtre de l'Odéon et même le plateau d'X-Factor, viens, je te raconte ma semaine.

Lire la suite

19/04/2011

J'ai couru comme dans un rêve

la compagnie des sans cou, j'ai couru comme dans une rêve

La Compagnie des Sans Cou a encore frappé. Juste. Et fort.

Je commence à bien connaître cette compagnie de passionnés du verbe et des gestes (le cousin d'une de mes plus proches en fait partie). L'année dernière ils jouaient Masques et Nez, au Studio 13, un spectacle d'improvisation très très bien (qu'ils emmènent d'ailleurs à Avignon en juillet). Je ne t'en avais pas parlé car j'ai assisté à la dernière parisienne, mais si ça repasse par Paris, faut pas le rater, c'est top.

Cette fois, je prends sur mon temps de pause déj pour que tu ne rates pas leur dernière pièce. J'ai couru comme dans un rêve est une création collective de la compagnie, tous les comédiens sur scène et le metteur en scène ont donné leur avis. Sur l'histoire, les personnages, les transitions... (imagine le processus de tours de table animé !)

Alors, je ne vais pas te dire de quoi ça parle, parce que ce serait réducteur. C'est vraiment comme un rêve de nuit agitée. Avec des moments drôles, des moments émouvants, des moments où la gorge se serre si fort qu'on ne sait plus bien si l'on respire encore. La salle de l'Atalante est très petite. Rectangulaire. On est donc au plus près des acteurs. Ils ne pourraient pas jouer faux. Et ça tombe bien, ils sont super justes.

Les personnages sont étonnants. Beaux et attachants tous à leur manière. Cassés. Malmenés. Durs. Flippés. Il n'est pas question de caricature, mais bien de relations humaines. De destin aussi. De famille surtout. Ils forment une famille comme on en connaît plein, une de coeur. Une qui grince et qui tire mais qui réchauffe surtout.

Sur le déroulé de la pièce, que te dire ? C'est décousu, comme la vie. Les passages écrits alternent avec les moments d'improvisation chère à la troupe. Ca chante, ça danse, ça raconte des histoires avec la voix de Clint Eastwood...

À l'arrivée, je garde un de mes meilleurs souvenirs de théâtre, intense et habité. Je suis sortie un peu vacillante, avec le besoin d'un moment avant d'en parler. Après, plus tard, autour d'une bière j'ai pu mettre des mots et analyser ce qu'il y avait de grec (comme les tragédies de l'époque) de contemporain et résolument français. Et j'ai su qu'il faudrait que j'y retourne vite pour prendre un autre shoot de ce petit truc en plus qui signe les pièces réussies.

--------------------------------

Distribution

Clément Aubert
Romain Cottard
Paul Janson
Eléonore Joncquez
Arnaud Pfeiffer
Esther Van Den Driessche
Frédéric Van Den Driessche

Représentations

jeudi 21/04 20h30
vendredi 22/04 20h30
samedi 23/04 15h (c'est le bon plan y'a personne) et 20h30
dimanche 24/04 17h
lundi 25/04 20h30

Astuce : c'est en placement libre alors arrive un peu en avance

L'Atalante Théâtre
10 place Charles Dullin 18e
Réservations 01 46 06 11 90
(environ 20€ tarif normal / 15€ tarif réduit)

24/03/2011

Le meilleur amant que tu aies eu, au Théâtre Essaïon

J'ai déjà dit tout le bien que j'en pense, mais ma pièce coup de coeur du moment, Le meilleur amant que tu aies eu commence une résidence dans un nouveau théatre du centre parisien et les représentations reprennent ce dimanche 27 mars pour 2 mois.

Alors si tu veux passer une bonne soirée et te rappeler que, oui, on rit bien au théâtre pour peu que ça soit bien écrit et bien joué, je te conseille vivement de réserver ta place, et celle de tes potes !!

Pour info, la pièce joue les dimanches (19H30) et les lundis et mardis (20H).

(et sinon rien à voir mais je t'oublie pas et comme je pars voir si la montagne me gagne bientôt, promis je te ramène des photos de neige et de fin d'hiver)

28/02/2011

Le meilleur amant que tu aies eu ?

Capture d’écran 2011-02-28 à 17.40.48.pngVendredi soir, je suis allée découvrir une pièce chaudement recommandée par Denis, mon coiffeur préféré, Le meilleur amant que tu aies eu ? Et accessoirement, j'ai joué les apprentis GO aussi...

C'est escortée de deux amies, et après un bon petit dîner arrosé, que j'ai (aidée des filles et du GPS de nos iPhones) (tsss) déniché le théâtre de la Folie pour assister à la séance de 22H. Caché au fond d'une cour de quartier allumée d'une guirlande de bal populaire, le théâtre est charmant et nous arrivons juste à temps pour nous faufiler dans les premiers rangs sans trop déranger.

Céline Robineau qui joue Nathalie est déjà sur scène. La pièce commence.

Lire la suite

29/10/2010

Presque

Il s'en est fallu de si peu. C'est vrai quoi. Ca s'est joué à rien. Un cheveu, bon ok deux. Mais quand même, pendant ces dernières semaines, il a failli m'arriver tellement de choses. Quelques chemins que je n'ai pas pris, d'autres qui soudain me font de l'oeil. Et la vraie vie par-dessus. Celles de tous les jours, avec les pauses déj et les réunions qui sautent ou qui s'ajoutent en un ballet incessant.

Tellement de trucs que j'ai failli faire que je ne pouvais décemment pas te laisser comme ça, sans rien te dire. Allez, viens, je te raconte !

Lire la suite

10/04/2010

Rendez-nous Spamalot !

Mai 1996 - Je suis en 1ère et nous partons en famille passer quelques jours en Espagne. Ma sœur ainée en a profité pour me faire venir une journée plus tôt a Paris. Elle m'a réservé une soirée théâtre juste nous deux à la Gaïté Montparnasse. Deux pièces en une soirée : La Demande En Mariage d'Anton Tchekhov et Robin des Bois d'à peu près Alexandre Dumas. À l'époque, je ne sais rien de la Troupe qui gardera le nom de cette première pièce. Je reconnais juste sur l'affiche les noms de Dominique Farrugia et Isabelle Nanty. Pour la béotienne que je suis, l'un est synonyme des Nuls que j'aime du haut de mes 17ans et l'autre m'avait marqué dans Tatie Danielle.

Je découvre d'abord Tchekhov et la comédie aux accents slaves si bien orchestrée (j'ai en revanche totalement oublié les acteurs et le metteur en scène). Le temps d'avaler un croque poilâne et nous revoilà dans la salle au premier rang pour cette adaptation libre de Robin le chef des voleurs. Et c'est un fou rire sans fin. Des références qui me parlent, de l'enfance partout : des décors au jeu des acteurs en passant par les répliques cultes. Jusqu'à Robin qui, ratant sa chute, tombera sur mes genoux... J'ai tout de suite reconnu les codes d'un genre que j'aime depuis toute petite : un humour caractéristique, un petit cote Tex Avery avec du comique de répétition à outrance. Je suis fan.

Avril 2010 - Paris est plein de théâtres. Pourtant je vais (trop) rarement applaudir les comédiens en live, ma carte UGC me donne de mauvaises habitudes. J'ai entendu parler de Spamalot il ya quelques jours, en bien, par un qui a le même humour que moi. Je décide donc de prendre mes places et je trouve in extremis deux places de choix pour l'un des derniers soirs*. Installée au 6ème rang de l'orchestre, je ne sais à quoi m'attendre quand le rideau se lève.

Spamalot.jpg


Le très gros narrateur s'extirpe avec peine d'une porte étroite et un éclat de rire fuse du siège à ma droite, à la suite de Ju j'embarque presqu'immédiatement pour 2h de rires. Du running gag à tous les étages, des jeux de mots débiles, des paroles de chansons qui n'existent pas. Et du talent. Le talent des acteurs, les performances des chanteurs, l'orchestre qui accompagne en live la soirée emmené par un Mathieu Gonet dont on devine un sens de l'humour inconnu des plateaux de TF1...

Un spectacle qui n'hésite pas à faire des clins d'oeil aux autres comédies musicales à l'affiche à Paris. Bon, je suis conquise. Et les minutes filent, un acte puis deux. Une histoire sans queue ni tête avec des répliques cultes (encore). La dernière c'est ce soir, alors si j'ai un conseil pour toi c'est de te te trouver fissa un moyen d'y être.

Et si quelqu'un a la bonne idée de faire tourner une pétition pour que la pièce reprenne vite, CONSIDÉRONS QUE JE L'AI SIGNÉE.

Capture d’écran 2010-04-10 à 00.08.27.png


*Le spectacle n'aura pas joué aussi longtemps que prévu, et crois-moi c'est super dommage.

----------------------------------------------------

Infos en plus (comme un planBbis de post quoi)

> Une distribution de toute beauté (à prononcer de toutee bôôôté)

Pierre-François Martin Laval aka Pef m'a fait oublier sa piètre prestation dans King Guillaume. Ses dons de danseur, ses mimiques, son univers partout, j'en veux encore !

Andy Cocq m'a totalement bluffé tant par son jeu d'acteur que par sa voix hallucinante (en Hubert il est juste fa-bu-leux). C'est sans surprise que j'ai appris au cours du dîner au Plomb du Cantal (repaire de la troupe pour l'après show) qu'Andy a joué Ziggy dans Starmania, Le Grand Oiseau dans Émilie Jolie et Cousin Puzzle dans le Soldat Rose (excusez-le du peu).

Philippe Vieux joue un Lancelot inhabituel... avec brio ! Chapeau aussi pour sa tirade d'insulte bien française avec l'arrogance patriote !!

Arnaud Ducret campe un ersatz de Besancenot moyen-âgeux plus vrai que nature avant de devenir le premier Chevalier de la super méga table ronde d'Arthur Roi des Anglais, avec sa carrure de colosse et ses expressions hilarantes il a été mon autre coup de coeur surprise de ce spectacle. Ce n'est qu'en le voyant au Plomb à la sortie que j'ai reconnu en lui le remplaçant de Jean-Claude Convenant dans Caméra Café 2.

Grégoire Bonnet c'est celui qui fait la gueule parce qu'on lui a coupé sa scène, celui qui veut absolument comprendre et décortiquer l'histoire de la noix de coco migratrice et de l'hirondelle. Son air pincé et/ou consterné m'a ravi, il maîtrise le contretemps humoristique comme personne.

> Spamalot au Théatre Comédia
4 bvd de Strasbourg - Paris 10

24/09/2008

Masterclass & Marie Laforêt

Image 2.png1997, je déballe mes cadeaux d'anniv, et j'ouvre une enveloppe avec une place pour aller applaudir Fanny Ardan sur scène avec ma grande soeur et ma mère. Le spectacle qu'elle interprète c'est Masterclass, ce que j'entends de l'explication maternelle c'est qu'il s'agit d'opéra et de Maria Callas. J'ai laissé ma place à Alexandra et choisi de passer l'après midi au jardin avec Léon tout petit et mon père.

Pour que tu comprennes mon manque de curiosité, sache simplement que la première place de théatre offerte par ma grande soeur pour mes 14 ans m'avait infligé 4 heures d'une pièce surtitrée en allemand, en huit clos... Un souvenir passablement agréable, ce qui explique mon extrême méfiance de l'époque sur ses choix sans doute un peu trop engagés ou intellos pour moi.

2008, parce que Marie Laforêt occupe une place de choix dans iPod, et parce que je ne l'ai jamais vue sur scène, quand je tombe en juillet sur les places à vendre d'un spectacle où elle tient le premier rôle, je me précipite. Rendez-vous est donc pris avec Marie, pour le dimanche du retour des vacances (que je pressentais déjà comme pas évident, j'en reparlerai).

Et ce n'est qu'en en parlant avec mes soeurs, que je réalise que le spectacle en question n'est autre que Masterclass, le fameux. rendez-vous manqué de mes 18 ans.
Et je suis ravie de m'être réservée pour la prestation de Marie. Même si je savais bien qu'elle ne me chanterait pas mes chansons préférées (toutes les vieilles), qu'elle aurati vieilli par rapport à l'image que j'avais gardé d'elle, je me faisais une joie de la voir enfin en "vrai".
Alors ? Alors...oui, elle a vieilli et son visage ne porte pas que les marques du temps, (mais comment serais-je à son âge?) cependant étrangement sa voix est restée la même, celle qui me bouleverse mieux que nulle autre.
D'autant que le texte même lui prête des paroles qui lui vont sur mesure, quand elle entre en diasnt qu'elle est là pour les élèves et non pour qu'on la regarde elle, qu'elle ne chantera pas aujourd'hui...
A la fois poignante, émouvante, dure et terriblement femme dans son interprétation de diva blessée et déchue, elle est magnifique.

J'ai aimé entendre quelques morceaux de la Callas, j'ai frémi en découvrant des passages intimes de la vie de cette grande dame. Un bon moment, et le regard de Marie au moment des applaudissements qui s'éternisèrent ce dimanche là, je ne l'oublierai pas.

IMG_8513.jpg

13/06/2008

Dard Dard, je ne m'en lasse pas !

Image 6.pngC'est par Romain, l'amoureux de ma cousine que j'ai découvert Dard Dard et du même coup la compagnie des Parci Parlà en 2006 au théâtre du Point Virgule. Cette pièce m'avait enchantée et je suis allée voir jouer ces "insectes fous" plusieurs fois avec des amis différents pour faire découvrir cette fable d'un nouveau genre à la fois drôle et acide, comme j'aime.

Hier soir je suis retournée les applaudir, et j'ai redécouvert la pièce, grâce à quelques changements de casting, notamment la Reine Elveia jouée précédemment avec talent par Maïk Darah (la voix française de Monica dans Friends entre autre), et cette fois c'est Marie-Béatrice Dardenne qui officiait. Et très bien je dois le dire, tour à tour touchante et drôle, toujours jolie, bravo.
J'ai juste été un peu déçue de ne pas voir mon Boubou favori (l'un des personages clés à la diction bien contrariée) sauter un passage de la fin qui n'a changé que sensiblement, mais suffisamment pour amputer deux de mes répliques cultes. Marie Annick le Moustique toujours aussi savoureuse, m'a une fois de plus cueillie avec ses mimiques et ses répliques.

J'ai appris hier que Freddy Viau, qui joue Marie-Annick notamment, est l'auteur de cette pièce barrée et (en)chantée, alors bravo encore. Je ne m'en lasse pas, vraiment, et j'ai été ravie d'apprendre que la pièce se prolonge à partir du 8 juillet dans un théatre parisien, les infos seront vite dispo sur leur site et je te tiendrai au courant.  Ne passe pas à côté, c'est rare que chaque acteur sur scène soit si bon.